Uniformes n°296 sep/oct 2014
Uniformes n°296 sep/oct 2014
  • Prix facial : 7,50 €

  • Parution : n°296 de sep/oct 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 66,2 Mo

  • Dans ce numéro : histoire d'une unité... les bataillons de parachutistes vietnamiens en Indochine.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
COLLECTION ARCHÉOLOGIE MILITAIRE Texte et photos  : DAVID AMBERG La plaque d’identité du général Searby Début de l’été 2012, deux jeunes passionnés de détection font la découverte de quelques centaine de plaques d’identité US de la seconde guerre mondiale, parmi lesquelles figure celle du général Searby. La plaque du général Searby. E dmund Wilson Searby est né le 7 mars 1896 à Sébastopol en Californie et passe son enfance à Sonoma. Aprés avoir fait des études de droit, il sort diplômé en novembre 1918 de la célèbre académie militaire de Westpoint. De 1920 à 1921, il effectue un séjour d’instruction à l’école de cavalerie de Fontainebleau en France. Du 20 août 1929 au 15 juin 1937, Edmund Searby étudie à l’école militaire d’Artillerie de Fort Still dans l’Oklahoma. En 1930, il épouse Muriel M. MacLeod, de cette union, naitra trois enfants. Le 2 février 1940, il entre en tant que Major dans le 82nd Field Artillery bataillon. Il est nommé Lieutenant-Colonel, le 15 septembre de l’année suivante. Il sera transféré 18 UNIFORMES | COLLECTION en 1943 dans l’artillerie de la 80th Division où il est promu Brigadier-General le 19 mars 1943. De retour à Fort Still, Edmund Searby fait la connaissance en septembre 1943 du jeune sous-lieutenant David J. Hindlemanna qui il demande de devenir son aide de camp. Le 7 juillet 1944, Edmund Searby devient Artillery Commandeur, commandant ainsi les 313th Field Artillery Battalion, 314th Field Artillery Battalion, 315th Field Artillery Battalion et 905th Field Artillery Battalion de la 80 e Division. La division débarque en France à Utah Beach le 2 août 1944 et connaît son premier baptême du feu le 8 août 1944 près du Mans. Le général Edmund Wilson Searby. Photo prise le 20 juin 1944 à Fort Dix, USA Epinal American Cemetery Le 1er septembre 1944, la 80th division est en Lorraine et libère le même jour la ville de Commercy. A partir du 11 septembre, la division se heurte à une résistance acharnée des allemands et est obligée d’abandonner une partie du terrain conquis. t Une partie des plaques d’identitées retrouvées. Ces plaques étaient fixées sur les tombes provisoires des soldats d’où le reste de peinture blanche. En 1947, le cimetière provisoire fut fermé, une partie des dépouilles fut rapatriée aux USA et l’autre partie transférée dans les cimetières militaires américains de Saint-Avold et d’Epinal.
La tombe du général Searby au cimetière américain d’Epinal. La journée tragique du 14 septembre Alors que les soldats de la 80th division sont dans le village d’Atton (Meurthe-et- Moselle) au pied de la butte de Mousson, le général Searby accompagne le 3 e bataillon du 318 e régiment d’infanterie en première ligne, impatient et déterminé de prendre cette colline haute de 380m, dominant une partie de la vallée de la Moselle afin d’y installer un poste d’observation vital pour l’artillerie. Le général Searby accède au sommet de la colline en compagnie de son aide de camp. Les deux hommes sont armés seulement de pistolet Colt 45. Le sous-lieutenant Hindlemanninquiet de la décision de son supérieur ramasse sur le chemin, le fusil d’un soldat tué. Le général Searby est le premier a atteindre la crête à 13h50. A peine arrivé au sommet, il dirige les missions de tirs par radio en ayant repéré douze cibles par où les allemands pouvaient arriver. Il réussit néanmoins à détruire plusieurs batteries d’artillerie ennemie. A 21h30, alors que les soldats US n’ont pas encore consolidé leurs positions, les allemands contre-attaquent dans un déluge de feu. Soudain, à moins de 150 mètres du général apparaît un char ennemi qui est stoppé net par un obus au niveau de son train de roulement. Ses occupants bondissent dehors et tirent en tous sens avec leurs armes automatiques. Les soldats US se refugient derrière un vieux mur de pierre. Soudain, le général Searby furieux ramasse le fusil d’un Gi blessé en hurlant « Je vais l’avoir ce fils de p… ! », se lève et tire comme à la fête foraine. Il est pris pour cible par les allemands. Le général Searby est tué sur le coup. De suite, le sous-lieutenant Hindlemannprend le commandement et demande des renforts. Dans un premier temps par soucis de discrétion, il déclare que Searby est blessé. Finalement, la contre-attaque allemande est repoussée grâce à l’arrivée des renforts. La bataille de Mousson aura couté la vie à plus de 600 soldats. Quelques jours plus tard, le général Jay W. MacKelvie remplace le général Searby. David J. Hindlemanndevient son aide de camp. A la fin de sa vie le jeune sous-lieutenant a raconté ses mémoires de la bataille de Mousson à ses enfants qui ont pu les publier. Le général Edmund W. Searby a été tout d’abord inhumé dans un cimetière provisoire allié prés de Toul. En 1947, sa dépouille est transférée au cimetière américain d’Epinal où il repose aujourd’hui (Plot B, Rang 14 et Tombe 1). A titre posthume, il sera décoré de la Silver Star, Legion of Merit et de la Purple Heart. Sur les 1655 généraux US qui servirent pendant la seconde guerre mondiale, 66 décédèrent pendant leur service actif, pour la plupart par cause d’accident (maladie, crash d’avion, accident de circulation), mais seulement quelques-uns sont morts aux combats à côté de leurs hommes de troupes, Edmund Wilson Searby fait partie de ceux-ci. L’auteur tient à remercier Messieurs Dwight Anderson Surintendant du cimetière Américain d’Epinal et Laurent Jean pour leur aide précieuse. COLLECTION | UNIFORMES 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 1Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 2-3Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 4-5Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 6-7Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 8-9Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 10-11Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 12-13Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 14-15Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 16-17Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 18-19Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 20-21Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 22-23Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 24-25Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 26-27Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 28-29Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 30-31Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 32-33Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 34-35Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 36-37Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 38-39Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 40-41Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 42-43Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 44-45Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 46-47Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 48-49Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 50-51Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 52-53Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 54-55Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 56-57Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 58-59Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 60-61Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 62-63Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 64-65Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 66-67Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 68-69Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 70-71Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 72-73Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 74-75Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 76-77Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 78-79Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 80-81Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 82-83Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 84-85Uniformes numéro 296 sep/oct 2014 Page 86