Uniformes n°292 janv/fév 2014
Uniformes n°292 janv/fév 2014
  • Prix facial : 9,95 €

  • Parution : n°292 de janv/fév 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 70,8 Mo

  • Dans ce numéro : U.S. Army... 1941-1945.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
COLLECTION HISTOIRE D’UN COMBATTANT Le commandant René Joly : des Glières au 11 e choc TEXTE ET DOCUMENTS : Mark Bruschi Né en 1922 à Maiche, au cœur du massif du Jura, René Joly assiste à l’affligeant spectacle de la débâcle de mai 1940 qui aboutit à l’occupation de la France par l’Allemagne. Vivant en zone occupée et achevant son apprentissage chez Peugeot à Montbéliard, il prend la décision de franchir la ligne de démarcation en 1942 afin d’échapper au STO et pourquoi pas d’atteindre l’Angleterre via l’Espagne. Son périple improvisé le conduit à Lons le Saulnier puis à Annecy où il contracte presque par hasard un engagement au 27 e BCA. Après son incorporation et quelques mois de classes, une mauvaise nouvelle tombe : les Allemands envahissent la Zone Libre après le débarquement des Alliés en Afrique du Nord. Suite à la dissolution de l’armée d’armistice en novembre 1942, il est rendu à la vie civile et donc de nouveau soumis au STO. Avec trois compagnons, il est alors coopté par un agent de l’Armée Secrète et part en montagne. Débarquant du bus à Thônes jour de marché, ils sont aussitôt 28 UNIFORMES COLLECTION abordés par leur contact en civil mais dont les bandes molletières trahissent l’appartenance aux chasseurs. Le groupe éclate aussitôt, deux garçons rejoindront La Clusaz et deux autres (dont Joly) Manigod. Le 2 décembre 1942, ils font leur entrée dans le village endormi sous la neige, accueillis par le maire qui les prend en charge malgré les risques de représailles. Plusieurs mois s’écoulent ainsi dans la clandestinité, mais il est finalement identifié et arrêté par les gendarmes de Thônes. Transféré sur Annecy où sont rassemblés sous la surveillance des GMR une cinquantaine de réfractaires au STO, il est envoyé sur Lyon et regroupé en gare des Brotteaux avec 200 à 300 jeunes destinés à rejoindre l’Allemagne par convoi ferroviaire. Durant le voyage, Joly parvient à fausser compagnie à ses geôliers en se glissant par une fenêtre lors d’un arrêt et en Le sergent-chef Joly se fait tirer le portrait chez un photographe alors qu’il sert au 27 e BCA en occupation en Autriche. On notera son losange de bras de fabrication tailleur brodé en cannetille et la fourragère de la Légion d’Honneur. se précipitant au hasard dans le train stationné juste de l’autre côté de la voix. Caché sous une banquette avec la complicité d’un couple de voyageurs, il déjoue les contrôles d’identité et atteint Lisle sur le Doubs pour retrouver la maison familiale. Après 15 jours d’incertitude, craignant d’être dénoncé, il décide de repartir en Haute-Savoie où il retrouve un embryon de maquis sans grands moyens toujours dans la région de Manigod. Sur le plateau des Glières En janvier 1944, il monte au plateau des Glières où le capitaine Tom Morel rassemble les groupes éparts de maquisards auxquels il va, d’une main de fer, donner une L’insigne du 27 e BCA (fabrication Arthus Bertrand). Le sergent-chef Joly porte le fanion de sa compagnie du 27 e BCA vers 1947 en Autriche.
René Joly aux Glières en 1944, chef de groupe au sein de la section « Hoche » à Notre Dame des Neiges. âme. Les parachutages se multiplient afin d’armer les 500 hommes regroupés à 1400 mètres d’altitude au cœur du massif des Bornes. Chef de groupe au sein de la section « Hoche » (compagnie Joubert) installée à Notre Dame des Neiges, René Joly fait l’apprentissage de la « petite guerre » qui oppose les maquisards aux gendarmes et miliciens. Il fait partie de la centaine d’hommes qui montent un coup de main dans la nuit du 9 au 10 mars 1944 sur Entremont afin d’arrêter le commandant Lefebvre du GMR Aquitaine et durant lequel tombe Tom Morel. A partir du 13 février, suite aux assauts donnés sur le réduit par les forces de Vichy puis par les Allemands, le capitaine Anjot (successeur de Morel) donne l’ordre de dispersion dans la nuit du 26 mars. René Joly se fond alors dans l’obscurité glacée avec ses compagnons et au prix d’une véritable odyssée se faufile silencieusement entre les mailles du filet, franchissant le Fier avant d’atteindre les hauteurs de Thônes. Là, une fois les armes cachées et grâce à de faux papiers, il échappe aux gendarmes tandis que plusieurs de ses camarades moins chanceux sont arrêtés puis déportés. Poursuivant la résistance, il participe avec le Bataillon Godard à la libération d’Annecy, d’Aix-les- Bains puis de Lyon et enfin en Tarentaise à la campagne des Alpes. En 1945, décoré de la croix de guerre avec une palme et une étoile, titulaire de la médaille militaire, il contracte un engagement en tant que sergent au 27 e BCA alors en occupation en Allemagne puis en Autriche. Jusqu’en 1948, il effectue plusieurs stages à l’EHM de Chamonix afin de parfaire sa spécialité montagne et ambitionne de devenir moniteur. A la veille de la fin de son contrat, il apprend avec déception qu’il va être affecté à l’instruction des recrues et préfère rengager dans une arme résolument moderne : les troupes aéroportées. Le sergent-chef Joly durant les combats en Tarentaise menés par le bataillon Godard lors de la bataille des Alpes en 1945. Citation à l’ordre de l’Armée obtenue par René Joly suite aux combats des Glières et de la Libération Diplôme et insigne du brevet militaire de parachutiste (fabrication Augis, n°33801) obtenu à Philippeville par le sergent chef Joly en 1949. Marcel Georges, ancien du III/1er RCP puis du 10 e BPCP en Indochine raconte dans son livre « Mon ami Sinh », comment il a été breveté para à Philippeville dans le même stick que René Joly : Le pilote a remis la gomme et entame son circuit pour revenir dans l’axe. Les deux suivants, accrochez ! Les suivants : Joly et moi. Pas de problème c’est une question de volonté. J’ai accroché le mousqueton au câble. Les bras croisés sur mon ventral, à un mètre de Joly, j’attends. Joly est courbé, prêt à sauter. D’énervement, il piétine un peu sur place comme un pur-sang au départ d’une course. Attention, Go ! Le deuxième en position ! La terre passe sur le dos, un grand claquement, un choc, je me retrouve suspendu à 700 mètres d’altitude. Un peu plus loin, Joly au bout de son parachute me fait des grands gestes auxquels je réponds avec exubérance. Nous avons sauté, plus rien ne compte. COLLECTION UNIFORMES 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 1Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 2-3Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 4-5Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 6-7Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 8-9Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 10-11Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 12-13Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 14-15Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 16-17Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 18-19Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 20-21Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 22-23Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 24-25Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 26-27Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 28-29Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 30-31Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 32-33Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 34-35Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 36-37Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 38-39Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 40-41Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 42-43Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 44-45Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 46-47Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 48-49Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 50-51Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 52-53Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 54-55Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 56-57Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 58-59Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 60-61Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 62-63Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 64-65Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 66-67Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 68-69Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 70-71Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 72-73Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 74-75Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 76-77Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 78-79Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 80-81Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 82-83Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 84-85Uniformes numéro 292 janv/fév 2014 Page 86