Uniformes n°290 sep/oct 2013
Uniformes n°290 sep/oct 2013
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°290 de sep/oct 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 72,7 Mo

  • Dans ce numéro : légion étrangère, le 1er R.E.C. en Indochine.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
TENUE DE CAMPAGNE COLLECTION Le soldat français dans la guerre du Golfe 1990-91 Le 2 août 1990, sur les plages de sable fin les aoûtiens remplacent les juilletistes. Dans ce chassé croisé estival, une nouvelle passe quasiment inaperçue : les forces irakiennes ont envahi le Koweït. Ce simple entrefilet deviendra rapidement un gros titre et très vite ce sont les premiers éléments de la plus grande opération militaire interalliés depuis la Seconde Guerre mondiale qui se rassembleront sur le sable brûlant du désert d’Arabie Saoudite. A l’arrivée en Arabie Saoudite, il n’existe pas de tenue spécifique pour ce théâtre d’opération. Rien ne permet donc de distinguer ce soldat s’acclimatant au désert saoudien de son homologue en manœuvre à Mourmelon, Valence ou Fontevrault. Il porte le casque modèle 78 F1 recouvert du filet de camouflage synthétique pour casque (la fameuse « salade »). Il est vêtu de l’ensemble veste et pantalon F2 et porte l’équipement standard en dotation (ceinturon, portes chargeurs FAMAS, bidon dans sa housse, bretelles de suspension sur lesquelles est fixé le nécessaire de nettoyage de l’arme). Son fusil d’assaut est logé dans une housse en toile plastifiée le protégeant de la poussière. L’ANP 51 sanglé sur la cuisse n’est plus simplement là pour l’entraînement car une alerte SCUD peut intervenir à tout moment. TEXTE ET PHOTOS : Christophe Guillemet La guerre avec l’Iran a laissé une dette colossale à l’Irak au profit de certains de ses voisins arabes, et notamment quinze milliards de dollars vis à vis du Koweït. Celui-ci dispose, en outre, d’importantes réserves pétrolières et d’un débouché sur le Golfe Persique. La tentation est donc grande pour Saddam Hussein d’en faire une province irakienne. Le 2 août 1990, ses troupes franchissent la frontière et balayent sans difficulté la petite armée de l’émirat. Le même jour, le conseil de sécurité de l’ONU condamne l’invasion. Le 6 août, il impose des sanctions économiques à l’Irak et la France met en place un embargo commercial sur toutes les livraisons irakiennes et koweïtiennes. Le 7 août, les Etats-Unis déclenchent l’opération Desert Shield et déploient des troupes en Arabie Saoudite. Le but est strictement défensif au cas où l’appétit de l’Irak s’étendrait à ce pays. Le 9 août, le président Mitterrand demande que soit restauré le droit international violé par l’Irak et annonce l’envoi vers le Golfe Persique de forces navales chargées de contrôler l’embargo. Il évoque déjà une logique de guerre et le porte-avion Clémenceau quitte Toulon avec, à son bord, le 5 e Régiment d’Hélicoptères de combat, la 2 e compagnie du 1er RI ainsi que des éléments du 1er RIMa et du 11 e RAMa. Bouclier du Désert Le 14 septembre, des soldats irakiens saccagent l’ambassade de France à Koweït City et enlèvent quatre français. En réponse, la France décide de projeter une force terrestre en Arabie Saoudite. Le nom de code de l’opération entrera dans l’histoire sous le nom de Daguet. Le 20 septembre, le 2 e régiment Etranger d’Infanterie embarque le premier, 5 jours seulement après en avoir reçu l’ordre. Il est suivi par le 1er régiment de Spahis de Valence, déjà professionnalisé, ainsi que par le 6 e Régiment Etranger du Génie. Les troupes débarquent dans le port de Yambu qui dispose des infrastructures nécessaires à l’accueil des hommes et du matériel de la brigade Daguet. Le point de débarquement étant situé sur les côtes de la Mer Rouge, la brigade doit parcourir 1 100 Km de route à travers le désert en contournant les villes saintes interdites aux infidèles avant d’atteindre sa zone de déploiement près d’Afhar al Batin dans la région des trois frontières. Cette zone, baptisée Arenas, se situe au milieu de nulle part. Pour autant, c’est sans se poser de question que les hommes se mettent à l’ouvrage. De l’ouvrage, il y en a : installation des camps, entretien du matériel (le sable s’infiltre partout), entraînement au combat en milieu désertique et contre la 62 UNIFORMES | COLLECTION
Légionnaires du 2 e REI mettant en batterie des mortiers de 120 mm. La tenue est exactement la même que celle portée en métropole. La pochette à pansement type TAP distingue malgré tout ces hommes opérant en Arabie Saoudite de ceux restés au pays. menace NBC. Pendant cette période, le 6 e REG est sur tous les fronts pour aménager des positions défensives dignes de ce nom. Un premier renfort arrive mi-octobre, puis un autre à la fin de ce même mois après que le général Mouscardès commandant l’opération ait brillamment résumé la situation au ministre de la Défense en visite sur place : « s’ils attaquent, nous sommes à poil ». A la même période, la force Daguet se réinstalle sur sa deuxième zone de stationnement, baptisée « Miramar » située au nord de la cité du Roi Kalhed (le St Cyr Local). Début janvier, la situation diplomatique n’a pas évolué. Sur le terrain, les hommes peaufinent leur tactique opérationnelle en ce milieu bien différent de l’Europe Centrale. Un autre renfort arrive. Il est constitué du 4 e Dragon qui renforce le dispositif avec ses chars AMX 30 B2. Le 17 janvier, l’ultimatum fixé à l’Irak par l’ONU pour retirer ses troupes du Koweït arrive à expiration sans que le moindre soldat irakien ait quitté l’Emirat. « Bouclier du désert » laisse place à « Tempête du désert », désormais, « les armes vont parler ». La protection contre les agents chimiques Le recours à l’arme chimique ne pose aucun problème de conscience à Saddam Hussein qui l’a largement utilisé dans la guerre Iran-Irak et contre les civils kurdes. Cette menace est donc prise très au sérieux par la coalition. L’entraînement pour s’en protéger commence bien souvent dès l’embarquement pour l’Arabie Saoudite et se prolonge, sur place grâce à de nombreuses alertes réelles ou fictives. Le port de la tenue NBC devient bientôt aussi naturel que celui du treillis. La protection des voies respiratoire est assurée par l’ANP 51. Lorsqu’il n’est pas utilisé, il est porté dans sa musette accrochée au ceinturon et sanglée sur la cuisse. Celle-ci contient également les effets de protection mdl 63 contre les agents agissant par voie cutanée. La tenue adaptée à cet usage et largement utilisé dans le Golfe est le Survêtement de Protection à Port Prolongé (tenue 3SP). Elle est composée d’une veste, d’un pantalon et de gants en cuir conditionnés dans des emballages Ce cavalier du 1er spahis apprenant toutes les subtilités de la manœuvre de son AMX 10 RC en milieu désertique a enfilé la combinaison F1 des équipages de char. Bien que n’offrant aucune protection contre le feu elle est préférée à la combinaison thermostable moins confortable sous ces latitudes. Il est coiffé du fameux « bob » imposé pour tous le corps expéditionnaire par le général Mouscardès soucieux de créer une uniformité propice à l’esprit de corps. COLLECTION | UNIFORMES 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 1Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 2-3Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 4-5Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 6-7Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 8-9Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 10-11Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 12-13Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 14-15Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 16-17Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 18-19Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 20-21Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 22-23Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 24-25Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 26-27Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 28-29Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 30-31Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 32-33Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 34-35Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 36-37Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 38-39Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 40-41Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 42-43Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 44-45Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 46-47Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 48-49Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 50-51Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 52-53Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 54-55Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 56-57Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 58-59Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 60-61Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 62-63Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 64-65Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 66-67Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 68-69Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 70-71Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 72-73Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 74-75Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 76-77Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 78-79Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 80-81Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 82-83Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 84-85Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 86