Uniformes n°290 sep/oct 2013
Uniformes n°290 sep/oct 2013
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°290 de sep/oct 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 72,7 Mo

  • Dans ce numéro : légion étrangère, le 1er R.E.C. en Indochine.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
HISTOIRE D’UNE UNITÉ COLLECTION capable de franchir pratiquement tous les obstacles et dispose d’une autonomie de deux jours de combats. Les légionnaires vont les armer (d’abord par des fusils-mitrailleurs Bren, de F.M 24-29 et enfin par des mitrailleuses de calibre 30) et les modifier pour une meilleure adaptation aux milieux marécageux. L’équipage par « crabes » est au nombre de quatre et un moyen radio est installé dans chaque engin. Marqué le baptême du feu pour les « crabes » Sous le commandement du capitaine de Baulny, les cadres de ces deux escadrons utilisent très vite ces engins et les mettent à profit. Ils optimisent avec beaucoup d’intérêt et d’intelligence les qualités de manœuvre de ces M29C. Leur baptême du feu est célébré lors de l’opération « Vega » dans la plaine des joncs, du 14 au 18 février. Leur emploi se montre satisfaisant et il se confirme avec l’opération « Jonquille ». Grâce à ces victoires, cette conception de combats, pensée et travaillée par le capitaine Baulny est mise en exergue créant, ainsi, une théorie réglementaire. L’année 48 voit l’augmentation du personnel et la genèse du « jaunissement » des troupes. Ce nouveau recrutement permet en octobre la création du premier commando régimentaire. Celui-ci dépend du 5 e escadron et est conduit par le lieutenant De Laffon. Pendant ce temps, les autres escadrons garantissent les missions de l’A.B.C. Les véhicules obsolètes britanniques et l’armement anglais sont remplacés par du matériel américain en 1949. En 1950, quelques modifications surviennent au sein de l’unité ; délocalisation d’escadrons, acquisition de nouveaux matériels et mutation des unités. En exemple, le 6 e escadron déménage en février, du Centre Annam pour Sadec en Cochinchine. Il y intègre le 1er G.E. Du matériel est encore livré au régiment ; pour les légionnaires ayant connu les campagnes de la libération, ces nouveaux véhicules fournis n’ont aucun secret pour eux : ce sont des automitrailleuses M8 et M20. Ils récupèrent aussi des chars obusiers M8. Avec l’ingéniosité d’infiltration et le combat à outrance de l’ennemi, des esquifs, renforcés de blindage, sont mis sur pied pour le contrer. C’est ainsi que l’E.H.R. met en place des petites vedettes de 8 mètres qui montrent leurs limites de feux. Mais elles sont renforcées en nombre par d’autres d’embarcations de la marine : ces dernières possèdent une envergure de 11 mètres, sont mieux blindées, plus rapides et mieux armées. Avec ce renfort de vedettes, la prévention fluviale se révèle beaucoup plus efficace. A la fin de l’année 1950, cette première restructuration transforme complètement l’articulation du régiment : Le 1er G.E. est implanté en Cochinchine et regroupe trois escadrons amphibies (le 1 er, le 2 e et le 6 e escadrons) et équipés de trois pelotons de « crabes ». Le 2 e G.E. est, quant à lui, situé en centre Annam. Celui-ci comprend trois escadrons (3 e, 4 e et 5 e escadrons) constitués de quatre pelotons blindés. Quant à l’E.H.R., il s’installe à Tourane ; il est la colonne vertébrale du régiment. Il assure les missions de soutien, et de commandements. Mais l’escadron possède, également, deux pelotons de protection sur AM M8 et d’un peloton de vedettes blindées. Face à un adversaire possédant un sens d’adaptation assez inné, les tactiques d’emploi des « crabes » commencent à être à bout de souffle en 1950. En réalité, le « Viet » se dissimule de plus en plus dans des zones beaucoup plus impraticables pour les chenillés. On se rend compte, aussi, du nombre insuffisant de M29C au régiment et de sa demande d’entretien assez constant. Mais l’arrivée desL.V.T.4 donne un second élan dans la traque de l’ennemi et dans la maîtrise du terrain. Ce nouvel engin, d’origine américaine, développé dans les années 30, est conçu pour progresser dans des milieux marécageux. Il fait ses preuves lors de la guerre du p Défilé d’un escadron dans la rue devant la population. Les légionnaires ont vissé leur képi blanc sur la tête et lustré leurs véhicules de prédilection. t Sur un fond d’un numéro du journal « Képi blanc » où des légionnaires du 1er R.E.C. posent, on peut observer divers insignes et autres. En dessous se trouvent un cendrier du 1er escadron du 1er G.A. et un autre régimentaire. Pacifique se modernisant au fil des problèmes rencontrés. Ce chenillé amphibie, d’une grande compétence pour le débarquement d’assaut, peut conduire des troupes à l’échelle d’un demi peloton par engin ; soit une capacité de transport de 15 hommes. Quant à son équipage, il se résume, en tout, à 6 hommes. LeL.V.T. est, comparé aux « crabes », blindé et solidement armé. En effet, il est équipé de deux mitrailleuses de calibre 30 et de deux mit 50. Il possède, aussi, deux canons sans recul par peloton. En même temps, son homologue d’appui, leL.V.T.4.A l’accompagne. Celui-ci est équipé d’une tourelle de 75mm. Baptisés « alligators », ils sont regroupés en pelotons avec quatre véhicules de transport, un d’appui et un de dépannage, le tout dirigé par un véhicule de commandement. L’emploi de ces nouveaux mastodontes se réalise fin 1950 au sein du 1er G.E. Un problème non négligeable est soulevé pour le transport des « Crabes » et « Alligators ». En effet, ces deux engins supportent mal les voies routières 1. Ce désagrément annexe est étudié et une solution principale est trouvée par l’emploi deL.C.T. ouL.S.T. pour le déplacement de ces véhicules capricieux. Cette nouvelle dotation provoque une nouvelle mutation du régiment à partir de juillet 1951. En effet, le colonel Royer, nouveau chef de corps, cherche à fructifier et développer les possibilités opérationnelles de son régiment. Il en découle la création d’une unité amphibie et des unités blindées en sous-groupements opérationnels. 16 UNIFORMES | COLLECTION
t Cartes dédicacées par les officiers du 3 e escadron du 1er G.A. lors de la fête anniversaire de la bataille de Camerone en 1953. q Un groupe de « crabes » se balade par voie fluviale à bord d’un LCT. L’air y est serein dans le rang des légionnaires qui profitent de la croisière. Chapeaux de brousse et bonnets de police se côtoient sur la tête de nos cavaliers et les mitrailleuses américaines remplacent les vieux fusils-mitrailleurs anglais devenus obsolètes. La transformation se distingue ainsi : Un peloton de protection composé d’A.M.8 et un peloton d’obusiers sont créés au sein du peloton hors rang ; Le 7 e escadron voit le jour le 27 juillet à Hué ; Les escadrons blindés sont réorganisés gagnant en potentiel opérationnel ; Le 1er Groupe d’escadrons devenu le 1er Groupe Amphibie le 1er septembre 1951 à Sadec ; Le 2 e G.A. est créé. Celui-ci est composé d’un sous-groupement légion et un autre du 1er chasseur, ce dernier laisse à terme sa place à une formation totalement légionnaire ; Création de compagnies portées dans les Sous-Groupements Amphibie. Les deux G.A. forment un corps à part entière. Mais malgré leur indépendance, ils conservent les traditions avec le 1er R.E.C.. Cette restructuration étend, désormais, le régiment jusqu’au Tonkin. Mais ce changement soulève un problème majeur sur les effectifs s’effilochant avec la création d’escadrons et de la montée en force des G.A.. En effet, les renforts d’Afrique du Nord deviennent de plus en plus insuffisants. Une mesure est donc prise pour pallier cette carence : la mise en place d’un STRUCTURE D’UN SOUS-GROUPEMENT AMPHIBIE (S.G.A.) Commandant de sous-groupement ; Peloton hors rang ; Trois pelotons de « crabes » (huit par peloton) ; Un peloton deL.V.T. (six de transport et deux d’appui) ; Une compagnie portée. L’effectif théorique s’élève à 06/28/341 dont 00/08/217 autochtones. recrutement de « légionnaires autochtones » 2. Ce « jaunissement » permet, entre autres, le développement, des groupes commandos dans les escadrons. Durant l’année « de Lattre » en 1951, le Royal Etranger se met constamment en exergue dans des opérations, interventions et autres escarmouches 3. Ces efforts lui valent l’estime de ses chefs qui le sanctionnent par de nouvelles citations à divers escadrons. Cette date voit, aussi un recul très net de l’influence du « Vietminh » dans la plaine des Joncs. En 1952, le calme paraît s’installer en Cochinchine 4, ce qui permet de réunir les deux Groupements u Ce sous-officier du 1er G.A. en repos porte sa tenue de ville pour sortir avant la prochaine opération. Son uniforme disparate marque une période de transition où le corps expéditionnaire faisait feu de tout bois pour habiller ses hommes. En effet, le permissionnaire porte un pantalon H.B.T. avec un ceinturon britannique. En guise de coquetterie, il porte un blouson fantaisie taillé dans du tissu américain assez en vogue chez les sous officiers subalternes. Son képi, sa chemise et sa paire de guêtres sont de fabrication locale, seule la paire de brodequins ne provient pas d’une production de l’Indochine. COLLECTION | UNIFORMES 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 1Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 2-3Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 4-5Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 6-7Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 8-9Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 10-11Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 12-13Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 14-15Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 16-17Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 18-19Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 20-21Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 22-23Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 24-25Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 26-27Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 28-29Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 30-31Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 32-33Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 34-35Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 36-37Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 38-39Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 40-41Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 42-43Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 44-45Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 46-47Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 48-49Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 50-51Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 52-53Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 54-55Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 56-57Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 58-59Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 60-61Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 62-63Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 64-65Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 66-67Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 68-69Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 70-71Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 72-73Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 74-75Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 76-77Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 78-79Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 80-81Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 82-83Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 84-85Uniformes numéro 290 sep/oct 2013 Page 86