Uniformes n°288 mai/jun 2013
Uniformes n°288 mai/jun 2013
  • Prix facial : 7,95 €

  • Parution : n°288 de mai/jun 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 92,4 Mo

  • Dans ce numéro : le 2e B.E.P. en Indochine.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
HISTOIRE D’UNE UNITÉ COLLECTION Carte postale rappelant la mémoire du chef de bataillon Jacques Bédoura, commandant en 1915 le 1er bataillon du 119 e R.I., dit bataillon « Pot au feu ». rique, nous les avons tenus à distance de la Sambre, les tuant au fur et à mesure qu’ils avançaient. Vers 13 heures, la pression des allemands, soutenus par une nombreuse artillerie, augmente et devient menaçante sur le front des voisins. C’est l’heure du déjeuner mais il n’est plus question de manger. Nous avons tenu ces endiablés d’allemands. Les 1er et 3e bataillons du 119 e R.I. se replient sur le front de Montigny-le-Tilleul à onze kilomètres environ en arrière, sur la Sambre à gauche de la route nationale belge n°21 avant la rue de l’Agace. Après avoir suivi la route nationale, nous empruntons à gauche une tranchée d’écoulement d’eau vers la Sambre, sur les bords nord de laquelle nous nous établissons en ordre de bataille derrière des tas de briques qui sèchent au soleil ; nous sommes ici les 2 e, 3 e et 4 e sections de notre 2 e compagnie. La 1 re section est derrière nous en hauteur et peut tirer sur l’ennemi par derrière nous, à contre-pente face à l’ennemi, mal placée dans un champ d’avoine non coupée. Derrière elle, à 30 mètres environ, il existe une haie d’épine blanche bien touffue en dessous d’un petit talus. C’est la mort certaine d’une partie de ces combattants. Cela m’a beaucoup étonné de la part de son chef qui, le matin, nous a fait capturer la patrouille de Uhlans sur la Sambre devant la gare. Sur notre gauche nous avons un pré d’herbe rase et descendant sur la Sambre, où se trouve le 49 e régiment d’infanterie de Bayonne (18e corps d’armée) ; c’est une drôle de position, aucun accident de terrain jusqu’à la rivière ! C’est le nu complet. De l’autre coté de la Sambre, il y a de la cavalerie et nous l’avons vu se replier au galop au premier contact avec l’infanterie allemande ; des chevaux tués et des cavaliers blessés ou tués. Les autres n’ont pas résisté et ont disparu au plus vite. Tout à coup, devant nous, nous apercevons à deux kilomètres environ les allemands qui, après avoir passé la Sambre à Marchienne-au-Pont, où nous avons couché le 21, débouchent en colonnes par quatre des crassiers de Mont-sur-Marchienne. Le lieutenant Ruanet, commandant la 1 re section de notre 2 e compagnie, et qui se trouve derrière nous en hauteur, tire sur eux avec un feu de salve Autre exemple de livret militaire, ayant appartenu à Pierre Lebigre, originaire du Calvados, classe 1907, qui à la mobilisation sera versé dans l’industrie de l’armement. Livret militaire ayant appartenu au soldat Cottard, classe 1890. Disposition inhabituelle, il porte la mention « 119 e régiment d’infanterie » tamponnée sur la couverture. l’infanterie allemande, avec ses mitrailleuses, en haut de la rue qui descend sur la Sambre, en face de la gare. Nous sommes bien cachés derrière et nous tirons à feu à volonté dans le tas. Nous avons une mitrailleuse à notre disposition. Vêtus légèrement, les allemands descendent, nombreux, en se faufilant dans les embrasures des portes et sous les porches ; ils se font descendre comme des lapins, la rue est jonchée de cadavres ; mais il en vient toujours de nouveaux. On dirait une nuée de sauterelles. Leurs pertes sont élevées. De notre côté, nous n’accusons pas de pertes ; nous leur avons fait beaucoup de mal et, malgré leur supériorité numéen disant « ce sont peut être des anglais » « quelle blague ! » nous avons pensé, nous venions de nous battre avec les allemands jusqu’à 13 heures. Les anglais les auraient donc remplacés ! Ignorance totale. Le soir du 22 août nous recevons l’ordre de nous reporter à droite de la route nationale belge n°21, après avoir subi des pertes considérables, en tués et blessés, derrière nos tas de briques. En prenant à droite un chemin perpendiculaire à la route nationale, je tombe sur le dos, à l’intersection des deux chemins dans la partie maçonnée. Impossible de m’arracher de cet endroit. Alors, deux camarades me coupent les courroies d’épaules de mon havresac et me tirent de cette mauvaise situation. Les allemands sont à 20 ou 30 mètres de nous. En m’examinant plus attentivement mes camarades me dirent : « mon vieux Martin, tu l’as échappé belle. Regarde ta gamelle qui est traversée d’une balle au ras de ton cou ». Nous avons pris une nouvelle position face à Montigny-le-Tilleul où notre 4 e compagnie se cramponne dans un pré, le derrière en l’air pour bien se faire voir et reçoivent les premiers obus allemands. Heureusement ce ne sont que des shrapnels qui éclatent assez haut. Telle fut notre première journée de bataille à Charleroi-Marcinelle où nous nous sommes battus jusqu’à la grande nuit. Dès lors, nous apercevions dans un horizon d’un demi-cercle, des feux d’incendies que les allemands avaient allumés dans les villages conquis. Tous les soirs à la nuit, il en sera de même au fur et à mesure de leur avance. Nous avons passé la nuit dans un de ces villages à la hauteur et à proximité de Nalinnes. » Le 23 août 1914 « Au point du jour, le 119 e régiment d’infanterie forme l’aile gauche du 3 e corps d’armée ; bien que les trois bataillons soient en ligne, la liaison reste précaire avec le 18 e corps d’armée. La 1 re compagnie, où se trouve mon camarade Fernand, est détachée au village de Fontenelle pour essayer de combler un vide existant. Ce n’est que vers 11 heures qu’on aperçoit les premiers 60 UNIFORMES | COLLECTION
LE 119 E RÉGIMENT D’INFANTERIE 1914-1918 1914• 5 août : le 119 R.I. se mobilise à Courbevoie• 22 août : bataille de Charleroi• 24 août : retraite générale• 29 et 30 août : bataille de Guise (ferme de Viermont-signal d’Origny)• 31 août : Reprise de la retraite• 5 septembre : Combat de Gault-la Forêt• 13 septembre : combat de la ferme Sainte Marie (secteur de Cauroy les Hermonville)• 5 novembre : stabilisation du front. Occupation du secteur du Godat (Marne) jusqu’au 24 avril 1915. 1915• 20 juin : arrivée dans le secteur d’Aix-Noulette (Artois)• 14 juillet - 23 août : occupation du secteur de Neuville Saint Vaast• 25 septembre - 8 octobre : combat du bois de la Folie-cote 140• 26 octobre - 1er décembre : occupation du secteur de Frise (Somme). 1916• 10 janvier - 27 février : occupation du secteur d’Erches• 8 avril : arrivée du 119 e R.I. à Verdun• 10 avril : combats du fort de Vaux• 1er - 3 juin : combats au bois de la Caillette et de la ferme de Thiaumont Occupation du secteur de Bezonvaux jusqu’au 11 janvier 1917. 1917• 20 mai : occupation du plateau des Boyettes (Chemin des Dames)• 1er juillet : combats du sous-secteur d’Ailles• 1er septembre : arrivée du 119 e R.I. dans le secteur de Grugies-Dallon, en face de Saint Quentin. 1918• Janvier : le119e R.I. est relevé par une brigade irlandaise• 7 mars : occupation du sous-secteur Hamont au nord de Somme-Suippe• 18 juin : embarquement à Valmy pour Pont-Sainte-Maxence• 9 juillet : bataille du Matz. Combat à la ferme Forte (Gournay-sur-Aronde)• 10 - 22 août : prise du village de Ressons-sur-Matz et alentours (progression de 15 km)• 30 septembre : bataille de l’Ailette• 28 octobre : le119 e R.I. est placé en réserve de division• 11 novembre : le régiment apprend la fin des hostilités à la Hardoye (Ardennes). Ces deux photographies, illustrent après quelques mois de campagne, les premières modifications en matière d’habillement. Ces trois soldats, dont le boutonnage s’est singulièrement amoindri, ont été très probablement photographiés dans le secteur d’Hermonville (Marne) au cours de l’hiver 1914. Le personnage de droite, a perçu une capote simplifiée à poches de hanche, avec un col de petite dimension, offrant une protection supplémentaire mais dérisoire contre les intempéries. Les petites guêtres en cuir ont disparu, faisant place aux premières bandes molletières. tirailleurs ennemis débouchant du bois de Nalinnes ; c’est là aussi que l’on voit le premier avion de renseignements allemand « un Taube ». La 1 re compagnie prend l’ennemi sous son feu et lui fait marquer une assez longue hésitation ; nous, la 2 e compagnie, sommes en réserve à la lisière d’un bois, où nous avons été repérés par l’avion, à environ deux ou trois cents mètres derrière. A midi l’artillerie ennemie intervient brutalement contre nos premières lignes ; qu’est-ce que nous recevons à la lisière du bois comme obus de 105 et 150. Le « Taube » nous a repérés et nous faits arroser copieusement. L’ennemi nous est supérieur aussi en artillerie lourde, nous avons beaucoup de tués et de blessés. Couchés au pied des arbres qui se trouvent abattus sur nous, nous restons là, immobiles, creusant le sol enraciné avec nos outils portatifs sans pouvoir tirer sur les allemands car nous avons des unités françaises devant nous. Peu de temps après on voit surgir, d’un peu partout, les fantassins ennemis progressant derrière les gerbes de blé qu’ils entraînent avec eux. La fusillade ne tarde pas à faire rage principalement devant le village de Pairain, où les 2 e et 3 e bataillons luttent à un contre trois. A 17 heures le régiment reçoit l’ordre de se replier, d’abord sur Thy-le-Château, puis sur Walcourt. La 1 re compagnie à Fontenelle, tardivement prévenue, reste encore quelque temps sur ses positions aux trois-quarts encerclée. Elle finit par se dégager sous la protection d’une section solidement ancrée aux lisères nord du village et ramenant tous ses blessés, arrive à rejoindre dans la nuit le 1er bataillon installé aux nouveaux avant-postes à Pry. Le baptême du feu a été sévère : trois Hiver 1914-1915. Si pour les allemands il y a loin du « Nach Paris », c’est l’enlisement devant Reims ou Arras pour les français. Ces jeunes soldats qui ont échappé aux premiers feux, arrivent probablement du dépôt, où ils ont été habillés d’effets provenant de la collection n°2, complétée d’expédients. Quelques détails retiennent notre attention, notamment en matière d’équipement : Le personnage central a perçu un ceinturon simplifié à un ardillon, et porte des bandes molletières ; ci et là, les antiques cartouchières modèle 1877, destinées aux fusils gras (et dont les stocks abondaient avant la guerre), ont fait leur réapparition. Le personnage (deuxième à droite) porte directement une pelle pioche Seurre passée dans le ceinturon. Enfin, face à la rigueur du climat, tous portent une couverture de laine arrimée sur le havresac. COLLECTION | UNIFORMES 61



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 1Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 2-3Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 4-5Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 6-7Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 8-9Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 10-11Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 12-13Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 14-15Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 16-17Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 18-19Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 20-21Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 22-23Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 24-25Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 26-27Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 28-29Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 30-31Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 32-33Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 34-35Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 36-37Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 38-39Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 40-41Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 42-43Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 44-45Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 46-47Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 48-49Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 50-51Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 52-53Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 54-55Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 56-57Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 58-59Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 60-61Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 62-63Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 64-65Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 66-67Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 68-69Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 70-71Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 72-73Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 74-75Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 76-77Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 78-79Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 80-81Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 82-83Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 84