Uniformes n°288 mai/jun 2013
Uniformes n°288 mai/jun 2013
  • Prix facial : 7,95 €

  • Parution : n°288 de mai/jun 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 92,4 Mo

  • Dans ce numéro : le 2e B.E.P. en Indochine.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Leclerc (debout à gauche en manteau) entouré de ses officiers. Abel Tommy- Martin est le premier assis à droite : il porte ses galons de lieutenant sur les pattes d’épaule et l’ancre des troupes coloniales sur le casque tropical. Deux pattes d’épaules prises à Koufra par Abel Tommy-Martin sur un officier italien : celle avec les étoiles est pour la grande tenue d’été de lieutenant du corps des troupes coloniales. L’autre est pour la grande tenue (automne-hiver) d’officier subalterne du corps des troupes coloniales. Faya, le 11 novembre 1941 : le lieutenant Gourgout (à droite) présente le fanion de la première compagnie de découverte et de combat. Ce serait lors de la prise d’arme du 2 mars que Leclerc prononce la phrase symbolique du serment de Koufra devant le drapeau français qui flotte sur le fort conquis. Les jours suivants, Abel Tommy-Martin, assisté d’un toubib italien commande une colonne de secours chargée d’évacuer les blessés des deux camps à Ounianga : le déplacement se fait à travers 400 kilomètres de fech fech, terrain argileux présentant l’aspect d’ardoises, dans des conditions effroyables. Les 21 et 22 mai 1941, autour de l’oasis de Koufra même, le 3ème peloton Bedford effectue un exercice en vue de contrôler le fonctionnement du peloton : commandé par le lieutenant Tommy-Martin, il rassemble 1 officier, 9 sous-officiers et caporaux-chefs, 6 caporaux et soldats européens ainsi que 30 militaires indigènes. Le peloton porté est constitué de 8 voitures de combat et 1 voiture de munitions. L’armement consiste en 2 mitrailleuses Hotchkiss, 3 mitrailleuses Schwartzloze, 6 F.M et deux jumelages de 13,2mm avec 3000 cartouches par pièce. Des observations très importantes pour la suite des opérations sont recueillies par Abel Tommy-Martin sur la consommation d’eau par homme, les pannes de véhicules, les caractéristiques du combat dans le désert etcLa consommation d’essence par véhicule s’élève à 58 litres aux 100 kilomètres en raison des conditions de circulation dans le désert. Comme à son habitude, le lieutenant Tommy-Martin dresse un compte rendu des opérations sur un document italien du « gruppo carabinieri reali della Libia orientale ». Les opérations du Fezzan De juillet 1941 à janvier 1942, le lieutenant Tommy-Martin séjourne à Faya en compagnie des lieutenants Plagnard, Gourgout et Dubut. Pendant cette période de préparation et de montée en puissance des forces françaises, Abel Tommy-Martin dessine un projet de fanion pour la compagnie portée du Tchad, participe à l’instruction des troupes et construit une route dans la région de Faya. Au cours de cette période est constituée la première compagnie de découverte et de combat. Le lieutenant Tommy-Martin est nommé officiellement topographe et navigateur. En novembre 1941 il se rend avec trois camions Chevrolet de Faya à Zouar pour chercher le capitaine Massu : c’est lors de cette mission de reconnaissance qu’est préparé le parcours de la prochaine opération sur le Fezzan. Abel Tommy-Martin rapporte de ces expéditions une quantité très importante de photos et de croquis. Toutes les cartes qui serviront aux opérations ont étés dressées à la main par Abel Tommy-Martin, la plupart du temps au dos de documents officiels italiens saisis. Le lieutenant Tommy-Martin est affecté pour les opérations à la patrouille D commandée par le capitaine Massu. Le 1er mars, la patrouille attaque Umm El Araneb : le lieutenant Tommy-Martin s’approche à 200 mètres du poste italien et y tire 20 coups de mortiers avant de décrocher à la nuit. Le caporal Raymond Bergère, qui fait partie du véhicule de Tommy-Martin, est tué alors qu’il tire au fusil-mitrailleur sur les italiens : le lieutenant Tommy-Martin rapporte son casque percé d’une balle. Les combats se poursuivent les jours suivants, succession d’attaques et de replis. Le tirailleur de première classe Guinjabissi, matricule 7699, qui fait également partie du véhicule du lieutenant Tommy-Martin est cité à l’ordre de la division pour son comportement lors de l’attaque. Par ordre général n°940 en date du 1er juin 1942, le général de Gaulle cite Caisse de munitions pour mitrailleuse italienne Breda ayant appartenue au lieutenant Tommy-Martin et servant à contenir des produits médicaux. (Mémorial du Maréchal Leclerc-Paris) COLLECTION | UNIFORMES 33
HISTOIRE D’UN COMBATTANT COLLECTION La croix de guerre 1939 du lieutenant Tommy-Martin avec palme et étoile vermeil. Projet de fanion pour la compagnie portée dessiné par Abel Tommy-Martin. à l’ordre du Corps d’Armée : « Tommy- Martin Abel, lieutenant, a fait preuve à la tête d’un détachement d’attaque des plus belles qualités de bravoure et de sang froid. A contrôlé la navigation d’une patrouille motorisée avec une précision qui ne s’est jamais démentie sous de nombreuses attaques aériennes ». Lors d’une attaque, la patrouille D perd des camions sous le feu des avions Caproni italiens et est obligée de retraiter. Des désaccords apparaissent alors entre Leclerc et certains de ses officiers sur la façon dont ont été conduites les opérations. ATI, avril 1942-novembre 1943 Le 20 avril 1942, Abel Tommy-Martin est envoyé en poste à Ati, au Tchad : Lieutenant Commandant d’arme, il y cumule les fonctions de chef de poste, commande la 15 e compagnie d’instruction de tirailleurs sénégalais du Tchad ainsi que la 9 e compagnie de dépôt et d’abattage de viande de bétail pour l’alimentation des confins. Ce poste était avant lui tenu par un commandant. Pendant cette période en arrière du front, le lieutenant Tommy- Martin, toujours accompagné de ses tirailleurs sénégalais, effectue de nombreuses expéditions à pied et en véhicule dans le désert et dans les montagnes du Tchad. Il voyage en avion jusqu’au Soudan égyptien et recueille des aviateurs anglais et américains égarés dans le désert. Malgré ces activités, Abel ronge son frein. Le 25 novembre 1942, il fait une demande de mutation « dans une unité active correspondant à mon âge et mes services antérieurs » Le 16 mai 1943, le lieutenant Abel Tommy-Martin est désigné pour prendre le commandement de la 3 e compagnie du bataillon de marche numéro 12 à Moussoro, au sud de Faya.. Le 6 juillet, sa demande de mutation est refusée par Leclerc mais le 23 août, il prend les fonctions d’officier de liaison et d’adjoint du commandant Le Nuz. Les expéditions, les entraînements et les instructions reprennent à un rythme soutenu avec les tirailleurs sénégalais. Du Tchad à la Provence : le retour au front Le 1er mars1944, Abel Tommy-Martin perçoit une rame de camions Dodge et effectue en plusieurs semaines un périple de 7500 kilomètres qui va le mener avec ses tirailleurs jusqu’en Tunisie. Il stationne quelques semaines à Tunis où il revoit sa famille et retrouve des camarades de promotion de St Cyr. Le 7 juin 1944, il embarque à Bizerte avec tout le bataillon de marche numéro 12 sur le LEE, un navire anglais, escorté par des destroyers : la destination est la baie de Naples où, après les durs combats menés par le BM4, le Général De Lattre est en train de regrouper les troupes de la future première armée française. Le B.M. 12 s’installe à Albanova, au nord de Naples. De nouveau, notre lieutenant effectue des déplacements dans la région : il se rend sur les ruines du Monte Cassino et le 5 août 1944, il assiste à l’audience publique du Pape Pie XII à Rome. Carte des opérations de Koufra dressée par Abel Tommy-Martin. Au nord ; l’oasis de Koufra avec le fort d’El Tag et le village d’El Giop. Les reliefs et les altitudes y figurent, ainsi que les latitudes et longitudes. En pointillés rouges, le trajet suivi par la compagnie portée lors de la reconnaissance du 7 février 1941 qui verra la destruction du poste radiogoniométrique et en vert, le trajet du 17 février qui débouchera sur la prise du fort. Oasis de Koufra, mars 1941 : le camion Bedford d’Abel Tommy-Martin : assis sur le capot, le lieutenant Gourgout. 34 UNIFORMES | COLLECTION



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 1Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 2-3Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 4-5Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 6-7Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 8-9Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 10-11Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 12-13Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 14-15Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 16-17Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 18-19Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 20-21Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 22-23Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 24-25Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 26-27Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 28-29Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 30-31Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 32-33Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 34-35Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 36-37Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 38-39Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 40-41Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 42-43Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 44-45Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 46-47Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 48-49Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 50-51Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 52-53Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 54-55Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 56-57Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 58-59Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 60-61Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 62-63Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 64-65Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 66-67Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 68-69Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 70-71Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 72-73Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 74-75Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 76-77Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 78-79Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 80-81Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 82-83Uniformes numéro 288 mai/jun 2013 Page 84