Uniformes n°287 mar/avr 2013
Uniformes n°287 mar/avr 2013
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°287 de mar/avr 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 73,9 Mo

  • Dans ce numéro : 44 panzerpolizei.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
REVUE DE DÉTAILS COLLECTION u Dolman-pelisse modèle 1871 du maréchal Lyautey. Celui-ci comme bon nombre de ses tenues est d’une fabrication non réglementaire. C’est en effet un mélange de dolman-pelisse de général et de pelisse d’officier. La base est bien celle d’un dolman-pelisse modèle 1871 mais on y a fait modifié le col qui est ici dit Saxe alors qu’il devrait être droit. Le tailleur y a également ajouté le cordon dit fourragère de la pelisse modèle 1889. Le dolman pelisse est en dehors de ces détails d’une fabrication des plus soignée et comportant de nombreuses chamarrures typiques elles aussi des pelisses d’officiers de l’armée d’Afrique, surtout à l’arrière. (Collection du musée de la cavalerie de Saumur, photo Bertrand Garandeau) p Détail de l’arrière du dolman-pelisse montrant les nombreuses chamarrures et le motif dit papillon qui descend jusqu’en bas alors que d’après le règlement, sa hauteur doit être de 280mm environ. Les 3 galons du dos dit « à la soubise- hussard » en poil de chèvre noir confirment qu’il s’agit bien d’un dolmanpelisse modèle 1871 de général, car sur les pelisses d’officiers, le dos n’en comporte que deux. (Collection du musée de la cavalerie de Saumur, photo Bertrand Garandeau) devant ; Il est encadré par 2 galons en poil de chèvre noir, de 12 mm de largeur. Un col blanc en toile est fixé à la doublure du collet, qu’il ne doit dépasser, de tous côtés, que de 2 mm. La fermeture s’effectue au moyen de 5 brandebourgs de tresse carrée en poil de chèvre noir de 6 mm de grosseur ; ils forment sur chaque devant 5 rangées faites de 4 brins de ganse réunis. Le brandebourg du haut est posé à 30 mm environ au-dessous de l’encolure, et celui du bas à hauteur de la taille. Ils sont également espacés entre eux et décrivent sur la poitrine des lignes parallèles et légèrement cintrées. Les brandebourgs sont cousus en plein sur la poitrine, les extrémités des brandebourgs opposés à la fermeture se terminent par un trèfle. Des olives guipées, à point de Milan, sont fixées à la naissance des trèfles pour former l’encadrement ; chaque extrémité antérieure des brandebourgs du côté gauche présente un œil formant boutonnière, destiné à recevoir l’olive placée à l extrémité antérieure des brandebourgs, correspondants du côté droit. Les devants et les extrémités inférieures du dolman sont encadrés d’un galon dit « à la soubise- hussard », en poil de chèvre noir de 20mm de largeur. Trois galons semblables dessinent les 2 coutures verticales du dos jusqu’au bas ; sur ces galons, à 150 mm au dessus du bas, est formée une rosace de même galon ; l’une de ses branches, celle externe, va se perdre à 50mm sous l’encadrement (mesuré en dedans du triangle) ; l’autre va rejoindre, à la même distance, celle du côté correspondant, pour y former avec elle la pointe d’un V. Sur chaque côté des devants, le dolmanpelisse est pourvu : de 3 poches, dont une dissimulée par le deuxième brandebourg du haut ; son ouverture, qui est à 90mm, suit exactement le contour supérieur de ce brandebourg. Les deux autres, coupées en sens oblique, sont placées entre la pique dessinée sur les côtés et les extrémités des brandebourgs du bas ; leur ouverture, de 160mm de longueur est garnie d’un double galon à la soubise. A l’intérieur, à droite et à gauche du vêtement, 2 poches dites « à portefeuille », d’une profondeur de 270mm au moins, sont également pratiquées dans la doublure. Le dolman- pelisse est parementé en drap du fond ; sur le devant de gauche, le parementage a une longueur de 60 mm depuis le haut jusqu’à la ceinture, et au-dessous il va croissant de 35 mm jusqu’à 50 mm. Celui du devant de droite a 60 mm dans toute son étendue ; il n’existe pas de parementage dans le bas du dolman. Les manches, coupées d’un seul morceau, sont terminées par un parement en pointe, en drap du fond, bordé d’un galon à la soubise- hussard de 20 mm, et la hauteur à la pointe de 50 m/m. Chaque manche porte un trèfle formé de 6 brins de poil de chèvre noir, quel que p Photo d’un préfet vers 1875, il porte le dolman-pelisse adopté en 1873 et le képi à visière carrée modèle 1852. (Collection Jérôme Cornieux) 34 UNIFORMES | COLLECTION
t Détail de l’étiquette du tailleur : Gerbreaud-Hébrard Le marquage Bruxelles 1919 atteste de la fabrication après guerre du dolmanpelisse modèle 1871 devenu complètement obsolète à la suite de la guerre mais que Lyautey devait visiblement apprécié. Cela permettrait également de dire qu’il se l’est fait faire spécialement lorsqu’il a été élevé à la dignité de maréchal de France le 19 février 1921 et qu’il n’a pas fait simplement ajouter 4 étoiles sur son dolman-pelisse d’avant guerre. (Collection du musée de la cavalerie de Saumur, photo Bertrand Garandeau) u Les manches sont ornées réglementairement des 7 étoiles qui caractérisent la distinction de maréchal, le fait d’être élevé à la dignité de maréchal est en effet une distinction et non un grade. (Collection du musée de la cavalerie de Saumur, photo Bertrand Garandeau) t Le col de forme dite Saxe comporte également des chamarrures tant sur la partie avant qu’arrière. Le cordon-fourragère est ici présenté sur le devant alors qu’il se porte sur l’arrière comme le précise le règlement et que les photos d’époque montrent. C’est une erreur qui se rencontre souvent en collection ainsi comme c’est le cas ici qu’en musées. Le dolman-pelisse est ici orné de la médaille militaire, d’une croix de guerre avec palme de bronze et de la plaque de grand officier de la légion d’honneur. (Collection du musée de la cavalerie de Saumur, photo Bertrand Garandeau) soit le grade de l’officier général ; la plus grande largeur de ce trèfle est de 70 mm ; le sommet s’élève à 315 m/m au-dessus du bas de la manche. Sur ce trèfle sont appliquées des étoiles en argent massif, au nombre de sept pour les maréchaux, trois pour les généraux de division et deux pour les généraux de brigade. Ce dolman ne comprend pas de pattes d’épaule ; il peut recevoir pour l’hiver une fourrure intérieure et extérieure en agneau d’Astrakan noir. Avec l’avènement de la Première Guerre Mondiale, le dolman-pelisse deviendra complètement obsolète pour un nouveau type de guerre et surtout suite à de profonds changements d’uniformes dans toute l’armée française (généralisation de la couleur bleu horizon, et du kaki chez les troupes d’Afrique et coloniales). Le corps préfectoral, grand inconnu de nombreux collectionneurs : `Il nous a paru essentiel d’aborder le sujet du corps préfectoral après avoir parlé du dolman-pelisse des officiers généraux. En effet, beaucoup de collectionneurs ignorent que les préfets ont également porté le dolman-pelisse des généraux et ce, dès 1873, à la seule différence que ces derniers ne comportent pas les étoiles de grade aux manches. (A suivre) Remerciements : L’auteur exprime toute sa gratitude à Messieurs Christophe Desola, Jérôme Cornieux, Bertrand Garandeau ; à Monsieur Louis Delpérier pour m’avoir incité malgré mon manque d’expérience car jeune collectionneur, à écrire mon premier article ; et tous les autres pour leur aide précieuse apportée et sans qui cet article n’aurait pas pu voir le jour. u Photo d’un préfet vers 1900 où l’on aperçoit bien les 6 galons en fer de lance. Le képi est devenu à visière arrondie pour suivre la mode de l’époque. (Collection Jérôme Cornieux) COLLECTION | UNIFORMES 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 1Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 2-3Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 4-5Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 6-7Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 8-9Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 10-11Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 12-13Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 14-15Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 16-17Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 18-19Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 20-21Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 22-23Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 24-25Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 26-27Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 28-29Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 30-31Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 32-33Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 34-35Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 36-37Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 38-39Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 40-41Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 42-43Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 44-45Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 46-47Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 48-49Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 50-51Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 52-53Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 54-55Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 56-57Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 58-59Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 60-61Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 62-63Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 64-65Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 66-67Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 68-69Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 70-71Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 72-73Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 74-75Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 76-77Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 78-79Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 80-81Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 82-83Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 84-85Uniformes numéro 287 mar/avr 2013 Page 86