Uniformes n°273 nov/déc 2010
Uniformes n°273 nov/déc 2010
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°273 de nov/déc 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 83,5 Mo

  • Dans ce numéro : tenue tropicale Luftwaffe.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
COLLECTION OBJETS ET DOCUMENTS Texte : Philippe Guimberteau Collection : Joseph-Henri Cardona Les Éclaireurs de France 1911- 1940 Durant les années 1909 et 1910, le scoutisme (lancé en 1907 en Angleterre par Baden-Powell) est expérimenté en France. L’année 1911 voit la création quasi simultanée, entre autres, des Eclaireurs de France (non confessionnels) et des Eclaireurs unionistes (d’inspiration protestante). Les Eclaireurs de France (EDF) vont être les premiers à déposer des statuts et à se constituer en association. Un certain Nicolas Benoît En 1910, le lieutenant de vaisseau Nicolas Benoît se rend en Angleterre pour préparer un brevet d’interprète. Il y rencontre Baden- Powell et sa méthode novatrice. De retour en France, en avril 1911, Benoît entreprend alors de trouver les appuis qui cautionneraient la création d’un mouvement de scoutisme en France. Il prend contact avec André Chéradame (journaliste), Paul Charpentier, Georges Bertier (pionnier de l’éducation nouvelle, directeur de l’Ecole des Roches, a lancé une troupe scoute au sein de son école depuis mars 1911), le pasteur Georges Gallienne, Samuel Williamson et rencontre le baron Pierre de Coubertin. Ce dernier propose de transformer sa Société des sports populaires (fondée en 1909) en une Ligue d’éducation nationale (LEN) rassemblant toute les initiatives de scoutisme réalisées en France. Coubertin accepte la présidence de la Ligue, officiellement lancée le 4 mai 1911. 66 uniformes | COLLECTION Mais cette unité va être de courte durée. En effet, le 2 novembre 1911, Benoît, Chéradame, Bertier et Gallienne se retirent officiellement de la LEN. Ils vont fonder une association laïque : les Eclaireurs de France. Quant à Coubertin, ce dernier va lancer les Eclaireurs français (EF). Le lancement des Éclaireurs de France L’article premier des Statuts (déposés à la Préfecture de Police le 2 décembre 1911) précise qu’une association, placée sous le régime de la loi du 1er juillet 1901, est fondée sous le nom de : « LES ÉCLAIREURS DE FRANCE (BOY-SCOUTS FRANÇAIS) ». Cette Association a pour objet de « provoquer et d’encourager la création de groupements de boy-scouts français, dans le but de développer chez les jeunes gens la vigueur et l’adresse physiques, l’initiative, l’esprit de ressource, le courage sous toutes ses formes, le p Photo d’un éclaireur arborant la boucle à tête d’indien marquée « PREMIER SCOUT ». Rectos des différents modèles de boucles (en bronze) portés chez les EDF. En haut, à gauche : boucle de ceinturon éditée vers 1922 par le magasin scout « la Grande Maison » pour sa clientèle de toute association. A cette époque, aucune association n’avait de boucle de ceinturon. Il existe un modèle sans la mention « premier scout » pour les non scouts. A droite, première boucle (en une seule partie), officielle mais non obligatoire. En bas, deuxième modèle de boucle en deux parties. Drapeau avec cravate des EDF du XI e arrondissement parisien. Il porte les couleurs traditionnelles de la ville de Paris (le rouge et le bleu). Aux quatre motifs peints à chaque angle sur l’avers correspond quatre fanions de chef de patrouille (non présentés ici) illustrés par les mêmes dessins. Le revers du drapeau comporte une illustration représentant une ruche avec des abeilles. L’absence du symbole de « l’arc tendu » peut laisser penser que ce drapeau est d’un modèle précoce.
p De haut en bas, 1 re rangée : insignes de poitrine (d’aspirant ou de promesse). Modèle brodé à l’initiative d’un groupe ou d’une région (avant 1931) ; modèle brodé (vers 1931) ; quatre variantes tissées (avant 1941). La couleur varie suivant qu’il est porté sur le pull bleu-marine, sur la chemise kaki-beige ou sur la chemise verte (marins). 2 e rangée : deux modèles de l’insigne de Seconde classe de 1921 (brodé et tissé) ; deux variantes de l’insigne de Première classe de 1921 ; deux modèles de l’insigne de Chevalier. 3 e rangée : badges du premier type (1912). patriotisme, le sentiment de la solidarité, de la responsabilité morale et de l’honneur ». L’association est autorisée pour les officiers de l’armée active par décision ministérielle en date du 25 avril 1912. Le bureau pour l’année 1912 comprend : André Chéradame (président), Georges Bertier, Augustin Dufresne et Toni Mathieu (vice-présidents), Paul Charpentier (secrétaire général), Francis Young (trésorier). Plus une quinzaine de membres dont Nicolas Benoît et Georges Gallienne. Benoît sera tué sur l’Yser, le 17 décembre 1914, à la tête de ses hommes. L’essor du nouveau mouvement est rapide. De 4 832 membres actifs en octobre 1913, on atteint les 9 642 en juillet 1914. Mais l’invasion allemande de la Belgique et du Nord de la France va stopper net cette progression. L’heure est désormais à l’entraide (accueil des réfugiés des régions envahies…). Le 20 octobre 1918, à Paris, à quelques jours de l’Armistice, Baden-Powell remet leur drapeau aux Eclaireurs de France. L’année suivante voit la naissance du Comité américain des régions dévastées (CARD) qui s’intéresse tout de suite au scoutisme comme moyen de redonner une santé à des enfants trop longtemps sous-alimentés. Avec les représentants des associations françaises, il crée l’œuvre des « Eclaireurs de la France dévastée ». Organisation La Fédération des Eclaireurs de France (qui sera reconnu d’utilité publique par Décret du 6 août 1925) admet tous les garçons munis d’une autorisation de leurs parents et les dirige suivant leur âge vers les Louveteaux Insignes tissés portés par les EDF aux jamborees mondiaux. Lys jaune pour celui de Birkenhead (1929) ; liseré vert et lys jaune pour celui de Gödöllö (1933) ; liseré vert et lys gris pour celui de Vogelensang (1937). (8 à 12 ans), les Scouts (11 à 17 ans), ou les Routiers (16 ans et plus). On peut noter que les Louveteaux et les Routiers n’ont pas été créés dès le début du mouvement. L’unité forme la base de l’organisation technique de la Fédération des Eclaireurs de France. Elle prend le nom de « Meute » pour les « Louveteaux », de « Troupe » pour les « Scouts » et de « Clan » pour les « Routiers ». p Carte de membre « actif-fondateur » datée de 1912 portant la signature imprimée du premier président des EDF : André Chéradame.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 1Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 2-3Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 4-5Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 6-7Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 8-9Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 10-11Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 12-13Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 14-15Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 16-17Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 18-19Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 20-21Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 22-23Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 24-25Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 26-27Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 28-29Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 30-31Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 32-33Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 34-35Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 36-37Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 38-39Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 40-41Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 42-43Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 44-45Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 46-47Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 48-49Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 50-51Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 52-53Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 54-55Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 56-57Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 58-59Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 60-61Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 62-63Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 64-65Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 66-67Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 68-69Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 70-71Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 72-73Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 74-75Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 76-77Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 78-79Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 80-81Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 82-83Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 84-85Uniformes numéro 273 nov/déc 2010 Page 86