Uniformes n°272 sep/oct 2010
Uniformes n°272 sep/oct 2010
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°272 de sep/oct 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 90,3 Mo

  • Dans ce numéro : le 8e chox à Dien Bien Phu.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
COLLECTION TENUE DE CAMPAGNE 32 UNIFORMES | COLLECTION pu En 1981, les Etats Unis participent aux manœuvres « bright star » avec l’Egyp- te. Il faut fabriquer un uniforme camouflé pour les opérations dans le désert : le modèle choisi, camouflage pattern, desert retient 6 couleurs et est basé sur les déserts rocailleux de l’ouest des Etats Unis. Il est surnommé « chocolate chips ». Les premières fabrications de 1981 sont soignées : la veste est entièrement doublée de l’intérieur, sur le haut des épaules. Les coudes sont renforcés. De même, le pantalon est renforcé aux fesses et aux genoux. En 1990, ces tenues manquent et il faut relancer la production pour équiper les troupes de Desert shield. La fabrication des nouvelles tenues est simplifiée, il n’y a plus de doublure ni de renforts. Sur les premières fabrications, le pli des poches se trouve côté sternum, sur les fabrications ultérieures, il se trouve côté épaules. Ce camouflage se révèlera inadapté aux déserts saoudiens et irakiens. l’apparition de la pluie. Les blindés sont enterrés dans des emplacements camouflés, prêts à démarrer à la moindre alerte. A la fin du mois d’octobre toutes les unités américaines sont déployées et en mesure de défendre le pays : des simulations montrent que l’Irak aurait à payer un prix qu’il ne voudrait pas payer dans le cas d’une attaque vers le sud. L’entraînement peut commencer pour les mechanized men. Exercices d’assaut, de prises de bunkers, entraînement au tir à balles réelles. Les hommes portent 24 heures sur 24 leur masque à gaz dans sa sacoche de transport au côté et les exercices d’alerte aux gaz sont quotidiens. Les stratèges militaires américains ne doutent pas un instant que Saddam Hussein utilisera l’arme chimique contre les armées de la coalition. Le 29 novembre, l’ONU, par sa résolution 678, délivre un ultimatum à Saddam Hussein qui, s’il ne retire pas ses troupes du Koweït avant le 15 janvier 1991, devra faire face à une offensive. Desert storm : la campagne aérienne La bataille commence le 16 janvier 1991 à une heure du matin par un ouragan de bombes, de missiles et d’obus lancée sur l’Irak et le Koweït par l’armada aérienne la plus sophistiquée du monde. L’opération « Desert storm » est lancée. En 24 heures et près de 2 000 sorties, l’aviation de la coalition détruit le potentiel militaire irakien, usines d’armement, centrales énergétiques, centres de communication, ponts, routes, aéroports. Les forces irakiennes sont pilonnées quotidiennement avec une attention toute particulière pour les unités de la garde républicaine qui sont soumises aux terribles effets de concusq Devant les puits de pétrole en feu, des soldats américains contemplent des corps de soldats irakiens carbonisés.
sion des « dumbbombs » lancées par les B 52. Les concentrations de chars essuient des pluies de « cluster bombs » lancées par les A10 thunderbolts. Les F117 furtifs délivrent des frappes chirurgicales de « smart bombs » au cœur même de la capitale irakienne. La première nuit voit se dérouler la plus longue mission de bombardement de l’histoire de l’aviation : 7 bombardiers B 52 G décollent à l’aube du 16 janvier d’une base aérienne en Louisiane. 15 heures plus tard, ils délivrent leur chargement de bombes AGM 86 C ALCM sur leur objectif, avec une précision de 89%. La mission dure 35 heures pour une distance parcourue de 23 000 kilomètres. Les bombardements vont se poursuivre pendant plus d’un mois. Tous les objectifs militaires sont détruits, l’aviation irakienne est anéantie au sol, la marine de Saddam Hussein est détruite en une journée connue sous le sobriquet de « Bubiyan turkey shoot » (la journée de tir aux pigeons des îles Bubiyan). Saddam Hussein réagit en lançant des missiles Scud sur Israël dans le but de fissurer l’entente entre les pays de la coalition et surtout en incendiant les puits de pétroles du Koweït, une première mondiale de terrorisme écologique. Première confrontation Le 29 janvier 1991 à 23h00, trois bataillons mécanisés irakiens attaquent sans préparation d’artillerie et sans soutien aérien la ville saoudienne de Khafji, située le long de la côte à quelques kilomètres au p Comparaisons entre les deux tenues désert utilisées pendant la guerre du Golfe. sud de la frontière avec le Koweït. L’attaque prend les marines et les forces saoudiennes par surprise mais la riposte américaine est immédiate. Le 31 janvier, la ville est reprise et les Irakiens subissent une cuisante défaite. Les Alliés s’interrogent encore sur le but de cette attaque peu conforme à la tactique de combat irakienne : s’agissait-il d’une tentative de Saddam Hussein de déclencher la guerre au sol avant que les alliés n’y soient totalement préparés ? Ou bien d’un piège pour attirer les forces coalisées dans une contre attaque qui les auraient menées jusqu’au Koweït où elles auraient pu subir des pertes importantes ? Quoi qu’il en soit, l’état de santé des prisonniers montre les effets dévastateurs de la campagne aérienne sur le moral et la volonté de combattre des soldats irakiens. Mais il faudra reconquérir le Koweït et pour cela, une attaque au sol est inévitable : Saddam Hussein refuse toutes les tentatives de médiation lui autorisant le retrait de ses troupes sans conditions. 40 divisions irakiennes sont massées au Koweït et de part et d’autre de la frontière avec l’Irak, un chiffre estimé à près de 500 000 hommes : plus de 3 000 chars attendent dans des positions enterrées l’attaque au sol. Le littoral est entièrement miné et les ouvrages défensifs le long de la frontière sud avec l’Arabie Saoudite constituent un obstacle infranchissable de fossés antichars, de champs de mines, de fossés remplis d’essence prêts à être enflammés et de murs de sable. (À suivre) COLLECTION | UNIFORMES 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 1Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 2-3Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 4-5Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 6-7Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 8-9Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 10-11Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 12-13Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 14-15Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 16-17Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 18-19Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 20-21Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 22-23Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 24-25Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 26-27Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 28-29Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 30-31Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 32-33Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 34-35Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 36-37Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 38-39Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 40-41Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 42-43Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 44-45Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 46-47Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 48-49Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 50-51Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 52-53Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 54-55Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 56-57Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 58-59Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 60-61Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 62-63Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 64-65Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 66-67Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 68-69Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 70-71Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 72-73Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 74-75Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 76-77Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 78-79Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 80-81Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 82-83Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 84-85Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 86