Uniformes n°272 sep/oct 2010
Uniformes n°272 sep/oct 2010
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°272 de sep/oct 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 90,3 Mo

  • Dans ce numéro : le 8e chox à Dien Bien Phu.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
COLLECTION INSIGNES p Insigne du fusilier-mitrailleur Chauchat (troupe). 28 UNIFORMES | COLLECTION t Représentation discrète, mais bien visible de l’attribut des servants de crapouillots. La petite torpille est cousue sur la manche du personnage de droite, l’ogive orientée vers le bas. La légende originale de cette photographie mérite d’être citée : « Février 1916, région de Tahure, Champagne, ravin 149. Poste téléphonique du bataillon Coignard 93 e R.I. et du sous officier de liaison téléphonique – agent de liaison d’artillerie – Cet abri fut écrasé le 7 mars 1916 après un bombardement de minenwerfer. » u Ce jeune artilleur photographié en 1915, nous présente sur une tenue défraichie un insigne précoce de dimension honorable, peut-être découpé en drap bleu foncé. t Ce jeune chasseur du 5 e bataillon de chasseur à pied, photographié à Rouen dans les années trente, nous présente un insigne de tireur chauchat de couleur jonquille tissé sur drap du fond. A noter que ses autres attributs (pattes de collet, galons) ont été réhaussés à la craie pour les rendre visibles sur la photographie. u L’insigne de fusilier mitrailleur Chauchat, visible sur ce Jeune conscrit photographié à la fin du conflit. L’insigne de fusiliermitrailleur « Chauchat » Arme nouvelle, qui connaitra un destin prometteur : le fusil mitrailleur. A l’image du médiocre « Chauchat », il se voie attribué un attribut, officiellement instauré le 24 juillet 1916. Il représente l’arme vu de profil, surmontée d’une grenade. Comme il est de règle, les couleurs varient selon la réglementation en vigueur à l’époque. Deux modèles en cannetille dorée et argentée sont réalisés pour les sous officiers. Or : infanterie (sauf chasseurs). Argent : bataillons de chasseurs à pied et alpins, cavalerie (à l’exception des spahis).
L’insigne du canon de 37 mm Le canon de 37 mm 1916 TR est une arme en dotation dans les unités d’infanterie. Il est utilisé contre les petits postes avancés, postes d’écoute ou fortin en construction. Egalement employé comme « contre-mitrailleuses », il annihile les pièces révélées sur le front, ou sur les fl ancs des troupes d’assauts ; les observatoires ou tout simplement prend à partie la ligne ennemie. Sa constitution en personnel est insérée dans l’organigramme de chaque régiment. Chaque pièce est servie par six hommes : un tireur, un chargeur, quatre pourvoyeurs. Chaque soldat reçoit une formation propre à son rôle, mais doit pouvoir remplir les autres fonctions si nécessaire. Le canon peut être servi par un seul homme. L’insigne du personnel est officiellement instauré le 13 août 1916. Il représente un matériel de 37 mm, vu de profil. p Quelques insignes attribués aux grenadiers et bombardiers d’infanterie. Modèle en fil tissé jonquille sur fond bleu, certainement à l’usage des chasseurs. Modèle en fil tissé rouge sur fond kaki. La grenade garance est attribuée aux « grenadiers d’élite » par décision du 27 septembre 1918. Le modèle présenté ici est une fabrication après-guerre. À droite, fabrication très stylisée en cannetille dorée, évoquant la forme de la grenade F1. Attribut du commerce de confection particulièrement soignée, il est réservé aux sous-officiers grenadier ou aux grenadiers d’élite. De part sa visibilité, cet insigne est uniquement cousu sur la vareuse. p Groupe de soldats du 133 e R.I. photographiés vers 1920. Au premier plan le canon de 37 mm à tir rapide, en position de tir. Le peloton du canon de 37 deviendra progressivement un peloton de mortier d’accompagnement, sans modification d’effectif. Chaque pièce de 37 étant progressivement remplacée par une section de deux mortiers stokes ou jouhandeau-deslandres. p Deux variantes de l’insigne du personnel du canon de 37 mm. À gauche, modèle de l’infanterie de ligne décrit par la notice du 13 août 1916. À droite, modèle tissé en fil jaune sur fond bleu foncé, probablement à l’usage des bataillons de chasseurs. Ce dernier est une fabrication postérieure à la Grande Guerre. p Document probablement mis en scène, présentant des grenadiers en action en 1915. L’insigne des grenadiers d’élite « La grenade fait partie de l’armement de l’infanterie comme le fusil et la baïonnette. Tout fantassin doit être capable de combattre à la grenade. Les soldats les plus habiles et les plus intrépides dans l’emploi de la grenade sont nommés grenadiers d’élite ; ils portent un insigne spécial sur le bras gauche ». (Instruction sur le combat à la grenade du 7 avril 1916). L’insigne des « grenadiers et bombardiers d’infanterie » est instauré par la directive du 17 juillet 1915, soit une grenade en drap découpé. Le 16 septembre 1916, suite à une nouvelle décision, la grenade devient bleu foncé pour les grenadiers, brodée en cannetille dorée pour les sousofficiers grenadiers. En dehors de l’instruction commune donnée à tous les soldats, le grenadier d’élite reçoit une formation particulière et suit un entrainement des plus complets. L’enseignement comprend : la confection des charges d’explosifs, la fabrication des grenades d’exercice, l’utilisation des grenades et détonateurs allemands et le maniement des mortiers de tranchée de faible calibre. Les hommes d’une unité ou d’un groupe de tirailleurs combattant à la grenade se divisent en : fusiliers, lanceurs et pourvoyeurs. Ils reçoivent chacun un insigne respectif. COLLECTION | UNIFORMES 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 1Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 2-3Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 4-5Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 6-7Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 8-9Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 10-11Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 12-13Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 14-15Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 16-17Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 18-19Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 20-21Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 22-23Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 24-25Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 26-27Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 28-29Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 30-31Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 32-33Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 34-35Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 36-37Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 38-39Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 40-41Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 42-43Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 44-45Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 46-47Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 48-49Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 50-51Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 52-53Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 54-55Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 56-57Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 58-59Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 60-61Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 62-63Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 64-65Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 66-67Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 68-69Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 70-71Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 72-73Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 74-75Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 76-77Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 78-79Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 80-81Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 82-83Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 84-85Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 86