Uniformes n°272 sep/oct 2010
Uniformes n°272 sep/oct 2010
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°272 de sep/oct 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 90,3 Mo

  • Dans ce numéro : le 8e chox à Dien Bien Phu.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
COLLECTION COIFFURES 22 UNIFORMES | COLLECTION CASQUE EN PLASTIQUE PRÉCOCE u Intérieur du modèle précoce de casque léger en plastique de marque Westinghouse, encore muni entre mai et septembre 1942 de l’ancien système de suspension en rayonne blanche, fixé par 9 contre-rivets rectangulaires en métal blanc. La jugulaire non amovible, dont les deux anneaux sont visibles, et la nuquière sont manquantes. p Gros plan intérieur du casque léger en plastique de marque Westinghouse fourni entre mai et septembre 1942 du système de suspension en rayonne blanche tamponnée de la marque « VE », avec vue sur les contre-rivets rectangulaires en métal blanc, l’anneau riveté de jugulaire et les pressions du bandeau serre-tête. Les couches de toile de coutil, imprégnée de résine synthétique, compressées à haute pression, apparaissent par une alternance de bandes marron foncé et marron clair ainsi que la trame de la toile. t Modèle précoce de casque léger en plastique de marque Westinghouse, encore pourvu de l’ancien système de suspension en toile synthétique blanche, afin de finir les stocks encore disponibles des pièces détachées, entre mai et septembre 1942. La taille égale des 11 rivets extérieurs peints en kaki, montre que la jugulaire en cuir est fixée de manière permanente par deux anneaux. La peinture kaki foncé dark olive drab est celle du premier type sans ajout de fixateur sur résine. L’œillet d’insigne frontal ou d’aération est visible. t Détail du bandeau serre-tête non réglable en rayonne blanche du casque léger en plastique de marque Westinghouse produit entre mai et septembre 1942, dont seule la partie frontale est recouverte d’une fine bande de cuir, avec vue sur les anneaux rivetés de la jugulaire non remplaçable. Electric Company, cette dernière étant récemment entrée en lice. Pourtant non contactée, la Saint-Clair Rubber Company soumet quand même un projet moulé à basse-pression. Les divers prototypes, y compris le modèle en fibre compressée de Hawley, sont soumis aux Bureaux de l’Infanterie, de la Cavalerie, des Transmissions et d’autres Bureaux pour des essais comparatifs. Des tests balistiques sont également conduits à l’Aberdeen Proving Ground, à des températures allant de – 30° à + 200°. A la fin de la période d’essai, il est établi que les meilleurs casques sont fabriqués par Westinghouse, suivis de ceux d’Inland. Les modèles à basse pression de St-Clair et ceux en fibre compressée de Hawley ne recueillent pas de résultats assez satisfaisants. Le 3 février 1942, le Quartermaster Corps adopte comme spécimen baptisé « Liner, Helmet M1, New Type » le sous-casque en plastique réalisé par Westinghouse. Des u Le nouveau casque M1 de l’armée américaine a de multiples usages. Outre la protection du crâne du combattant, le casque lourd sert de gamelle pour faire chauffer la nourriture, de bassine pour la lessive ou comme ici, de cuvette pour la toilette. On aperçoit sur la droite le casque léger en plastique avec son système de suspension modifié en toile HBT et la jugulaire en cuir non permanente (US National Archives). contrats sont rapidement délivrés à Westinghouse, Inland et Mine Safety Appliances pour la production des nouveaux modèles. Du fait d’un besoin urgent, Saint- Clair reçoit également une commande de 450 000 exemplaires à basse pression, bien que son produit ait eu tendance à se fragmenter dangereusement lors des tests de balistique à Aberdeen.
CASQUE A BASSE PRESSION q Intérieur du casque léger en plastique à basse pression de marque St- Clair dans sa seconde version en octobre 1942, équipé du système de suspension modifié, en toile HBT kaki clair avec bandeau serre-tête réglable et jugulaire amovible. Les 9 contre-rivets en forme de « A » sont en métal blanc et les pinces métalliques du bandeau serre-tête peintes en kaki. La surface intérieure est d’une couleur marron beige, rugueuse et mate, et ne présente aucune trace de résine. Les sections de toile de drap sont bien apparentes avec la superposition des bandes et perceptibles au toucher avec une différence d’épaisseur au fond. La technique à basse pression Techniques de fabrication St-Clair Rubber Company confectionne un casque léger à partir de six sections de toile de drap rude prédécoupées et imbibée de résine. Les sections sont étalées dans un récipient en forme de cloche en les croisant pour former approximativement une coque. Elles sont ensuite chauffées pour les coller suffisamment ensemble afin de pouvoir les retirer du récipient et les placer ensuite dans un moule à presse en acier. Une enveloppe en caoutchouc résistant à la chaleur est placée à l’intérieur de la coque et plaquée à basse pression avec de la vapeur pendant dix minutes. Une fois le casque moulé, les bords sont massicotés. Puis une couche de peinture kaki foncé est appliquée au pistolet, initialement à l’extérieur et à l’intérieur de la coque, et ensuite passée à la cuisson pendant six minutes. Sur les dernières versions, l’extérieur du casque seulement est peint. En phase terminale, le casque est envoyé chez Mac Cord pour l’installation du système de suspension et de la jugulaire. Début 1944, 1 300 000 exemplaires ont été fabriqués lorsque le contrat n’est pas reconduit. Hood Rubber Company manufacture un casque aussi simple que possible et utilise des matériaux non essentiels pour les besoins de la guerre. Cette société utilise du ruban de drap de coton imprégné d’une résine résistant à l’eau et à la chaleur et qui est enroulé autour d’un moule constitué de deux moitiés creuses réunies par un joint d’acier. Lorsque le moule est complètement recouvert, du ruban de coton est enroulé sur le centre du moule pour former les bords p Détail de la légère encoche située sur chaque rebord latéral, au niveau des pattes de jugulaire du casque lourd, pour donner plus d’aisance après l’emboitement du casque léger en plastique à basse pression de marque St-Clair. Vue sur le crochet de jugulaire en cuir et les contre-rivets en métal blanc. inférieurs. La préforme est ensuite séparée en deux, produisant ainsi deux casques à la fois. Du ruban est ajouté en renfort sur les rebords et un disque de drap de coton est installé au fond de la bombe. La coque est posée dans une presse pendant dix secondes pour compacter les rubans afin d’éviter les cloques. Une enveloppe en caoutchouc est enfoncée dans la coque qui a été placée dans le moule. De l’eau bouillante à basse pression est projetée sur l’enveloppe en caoutchouc pour transférer la pression et la chaleur au casque. La cuisson dure six minutes. Les bords du casque sont massicotés et la finition réalisée à chaud. Les douze trous pour les rivets et l’œillet frontal sont percés, ensuite le système de suspension est riveté. Le casque est peint au pistolet d’une teinte olive drab et séché aux lampes infrarouges puis la jugulaire est posée. Les ingénieurs de Hood Rubber pensent avoir conçu un casque d’une qualité supé- p Extérieurement, le casque léger en plastique à basse pression de marque St-Clair présente une différence unique et à peine perceptible par rapport à tous les modèles en plastique : une légère découpe sur les deux rebords latéraux, au niveau des pattes de jugulaire du casque lourd afin de leur donner de l’aisance après l’emboitement. La peinture extérieure kaki foncée est du premier type, sans ajout de fixateur sur résine, et les tous premiers modèles St-Clair étaient peints aussi à l’intérieur. Deux rivets latéraux de plus grande taille sur les 11 employés indiquent la présence d’une jugulaire en cuir marron remplaçable, donc un modèle postérieur à septembre 1942. L’œillet d’insigne frontal ou d’aération est visible. p Gros plan intérieur du fond du casque léger en plastique à basse pression de marque St-Clair, montrant le relief perceptible au toucher des bandelettes de toile de drap superposées et l’aspect d’un marron beige, mat et rugueux, dû à l’absence de trace de résine. rieur à ceux produits selon d’autres techniques. Cependant, l’Armée n’est pas convaincue et passe seulement une commande de 206 000 pièces. Comme celle du St-Clair, la surface interne est d’une couleur marron beige, sans trace brillante de résine, avec les lamelles de coton visibles. L’étoffe est d’un tissage très fin, contrastant avec le tissage grossier du drap utilisé par St-Clair. Les bandes de tissu au niveau de la visière et du bord arrière sont posées à angle droit. La pièce ronde au fond de la bombe est faite d’une matière grossière et semble être recouverte d’un vernis. Les casques Hood Rubber et St- Clair comblent les besoins jusqu’à l’entrée en production des modèles à haute pression La technique à haute pression Le procédé de fabrication à haute pression varie sensiblement selon les différents manufacturiers qui restent libres d’utiliser leur propre méthode tant que le produit fini est COLLECTION | UNIFORMES 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 1Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 2-3Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 4-5Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 6-7Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 8-9Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 10-11Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 12-13Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 14-15Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 16-17Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 18-19Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 20-21Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 22-23Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 24-25Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 26-27Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 28-29Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 30-31Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 32-33Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 34-35Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 36-37Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 38-39Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 40-41Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 42-43Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 44-45Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 46-47Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 48-49Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 50-51Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 52-53Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 54-55Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 56-57Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 58-59Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 60-61Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 62-63Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 64-65Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 66-67Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 68-69Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 70-71Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 72-73Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 74-75Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 76-77Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 78-79Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 80-81Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 82-83Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 84-85Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 86