Uniformes n°272 sep/oct 2010
Uniformes n°272 sep/oct 2010
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°272 de sep/oct 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 90,3 Mo

  • Dans ce numéro : le 8e chox à Dien Bien Phu.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
COLLECTION COIFFURES TEXTE ET PHOTOS : Daniel Blanchard En 1941, l’intendance américaine invente un concept totalement inédit de casque de combat combinant un casque lourd avec une coiffe intérieure séparée. Ce souscasque présente le double avantage de soutenir le casque et d’être une coiffure à part entière. Porté seul, il remplace la casquette de service qui n’est pas emportée dans les paquetages en outre-mer. Jusqu’alors, toutes les armées employaient un système de coiffe directement fixé à l’intérieur de la bombe en acier et qui servait à la maintenir en position stable sur la tête. Les sous-casques M1 américains (1re partie) Genèse du Liner M-1 En 1940, le casque M-1917A1 type « plat à barbe » d’origine britannique, est jugé caduque car fournissant une protection insuffi sante de la nuque et des parois du crâne contre les éclats. Le Bureau de l’Infanterie à Fort Benning en Géorgie préconise que le futur casque d’une armée moderne présente la forme d’un dôme épousant le contour du crâne, protégeant le front sans altérer la vision et permettant l’utilisation des armes. Le cahier des charges recommande également la présence d’une visière pour protéger de la lumière et d’une gouttière sur la nuque pour empêcher la pluie de tomber dans le cou. Le Bureau de l’Infanterie confie le dessin du nouveau casque au colonel H.G. Sydenham qui est contacté début 1941 par John Riddell dont la société fabrique les équipements de footballaméricain. En effet, ce dernier vient de créer le fameux casque de football en plastique avec un système de coiffe original, qui est utilisé par le centre d’entraînement de la toute nouvelle arme parachutiste, situé ment à Fort Benning. L’entrevue des deux hommes oriente les recherches vers un casque de football modifié qui s’emboîte dans la bombe en acier et appelé « Liner » (doublure en américain). Riddell fabrique un prototype de sous-cas- égaleque utilisant la vinylite – matière plastique moulée dans l’eau bouillante – et s’encastrant dans le prototype de coque proposé par Sydenham et baptisé TS-3. Après des tests et l’approbation du War Department, l’Ordnance Departmenréclame d’autres essais pour lesquels il est demandé à Riddell de refaire un prototype utilisant la tenite, sorte de plastique moulé par injection. 20 UNIFORMES | COLLECTION u Fort Benning, Géorgie, 13 août 1941, ce GI’s en uniforme d’été kaki clair « shino » participe aux essais du nouveau casque M1. Il porte déjà sur la tête le Liner en plastique et s’apprête à coiffer par-dessus le casque lourd en acier (US National Archives). Développement Cependant l’Armée estime que ces sous-casques ne sont pas assez légers, tout en appréciant le système de suspension de Riddell qui est considéré comme supérieur à toutes les autres sortes de coiffe intérieure. Le War ment donne pourtant son accord pour verser des Depart- droits à Riddell portant sur deux millions de « Liners » afin d’utiliser sa licence, même si les recherches se poursuivent pour trouver une matière plus légère que la tenite. CASQUE EN FIBRE COMPRESSÉE p Casque léger de marque Mc Cord ou Hawley en fibre compressée recouverte d’une fine toile kaki. La présence de deux rivets latéraux extérieurs de plus grande dimension, indique l’emploi d’une jugulaire en cuir amovible. Il s’agit donc de la dernière version du casque dit « en carton », produite entre octobre et novembre 1942. Le modèle en carton ne comporte pas d’œillet frontal. t Intérieur du casque léger de marque Mc Cord ou Hawley en fibre compressée, dans son ultime version entre octobre et novembre 1942 car muni du système de suspension modifié en toile HBT kaki clair fixé par 9 contre-rivets en forme de « A » en métal blanc, avec bandeau serre-tête réglable maintenu à l’aide de 6 pinces en métal blanc, une nuquière détachable et une jugulaire en cuir marron amovible.
p Gros plan intérieur du casque léger de marque Mc Cord ou Hawley dit « en carton », en fibre compressée, avec vue sur les contre-rivets en forme de « A » en métal blanc du système de suspension modifié en toile HBT OD N°3 et le bouton-crampon de la jugulaire en cuir. Le marquage sur un côté tamponné à l’encre noire « FIBRE-MD » n’apparaît pas systématiquement sur tous les casques rencontrés et le tampon complet est LINER FIBRE-MD (collection Julien Saddier). L’Armée subit une forte pression pour développer un sous-casque adapté à sa nouvelle bombe en acier. Mc Cord Radiator and Manufacturing Company, qui fournit les casques M-1917A1, essaie de produire le futur casque lourd tout en poursuivant la fourniture des derniers M-1917A1 programmée jusqu’au 1er mai 1941. Bien qu’il n’y ait pas de description offi cielle, cette société contacte Hawley Products Company qui fabrique les casques tropicaux pour l’Armée, afin qu’elle produise un souscasque adéquat avec l’espoir qu’il soit agréé par l’Armée, et qu’elle en obtienne la sous-traitance. Les ingénieurs de Hawley se mettent immédiatement au travail en partenariat avec Mc Cord et deux autres sociétés, Lilley Company et George R. Carter Company, qui fabriqueront plus tard le système de suspension en toile basé sur le modèle de Riddell. Début avril 1941, une centaine de nouveaux sous-casques est terminé et envoyée à l’Armée pour des tests. Le 28 avril, l’Office of Quartermaster General (OQMG) signifi e à Hawley que ses souscasques sont approuvés et lui demande de se préparer à une production de masse. Pour y faire face, Hawley doit construire un nouveau bâtiment et acheter un grand nombre d’équipements. Mais dès lors quet Casque léger à l’état neuf de marque Mc Cord ou Hawley, en fibre compressée recouverte d’une fine toile kaki. Les deux rivets latéraux de jugulaire de plus grande taille indiquent la présence d’une jugulaire en cuir amovible et une ultime production entre octobre et novembre 1942 du casque dit « en carton », qui ne comprend pas d’œillet frontal. (collection Julien Saddier). p Gros plan intérieur du casque léger de marque Mc Cord ou Hawley dit en « carton », doté du système de suspension modifié en toile HBT kaki clair fabriqué par « Johnson and Johnson Company », identifié par le tampon à l’encre noire « J & J », avec bandeau serre-tête réglable, nuquière détachable et des contrerivets en forme de « A » en métal blanc. l’Armée possède un sous-casque – officiellement baptisé « Liner, Helmet M1 » - conforme pour le prototype TS-3 de son nouveau casque d’acier, celui-ci est standardisé le 9 juin 1941 sous l’appellation « Helmet, Steel, M1 ». Le 9 juillet, un ordre d’achat initial de 950 000 sous-casques en fibre compressée est passé auprès de Hawley. Après cette première commande, le Quartermaster Depot de Philadelphie est désigné pour leur stockage puis attribue les premiers contrats le 15 décembre 1941 à Mc Cord pour 250 000 casques Hawley. Fin 1941, la production commence enfin à grande échelle. En février 1942, la fourniture des casques revient au Quartermaster Depot de Chicago qui s’occupe du contrat initial de Mc Cord et lui accorde des contrats complémentaires les 2 mars, 4 juin, 22 juillet et 5 août 1942 pour la fabrication totale des casques en fi bre compressée. En novembre 1942 quand la production est terminée, 3 977 000 sous-casques ont été réalisés, principalement par Mc Cord, puis par Hawley et en sous-traitance par General Fiber Company en quantité moindre. Le Liner premier modèle dit « en carton » La fabrication du nouveau casque léger est très similaire à celle du casque tropical. Elle incorpore deux coques en fibre compressée, imprégnées de produit imperméable, collées ensemble et recouvertes d’un fin tissu kaki clair. Le système de suspension Riddell consiste en une bande de toile de rayonne blanche fixée à la coque par six rivets à l’extérieur et six contre-rivets rectangulaires en métal blanc à l’intérieur. Trois bandes de toile identique sont pincées avec les mêmes contre-rivets pour former trois « V » dont les pointes sont dirigées vers le centre de la bombe. Un cordon en coton relie les trois pointes des « V » et permet d’ajuster la profondeur au-dessus de la tête. Un bandeau serre-tête en rayonne blanche est fixé sur la bande à l’aide de six paires de pressions en acier placées entre les six rivets. Sur le devant, il est recouvert d’un cuir très fin pour fournir plus de confort au niveau du front. Le bandeau serretête n’est pas réglable mais est disponible en treize tailles. A l’arrière de la bombe, une bandelette est fi xée plus bas à l’aide de trois rivets. Une nuquière fournie en trois tailles est fixée dessus avec deux paires de pressions en acier. Une mince jugulaire en cuir marron est passée de manière permanente dans deux pattes rivetées de chaque côté du casque. Une petite boucle à passant permet d’ajuster la jugulaire, puis de la placer sous le menton lorsque le sous-casque est porté seul ou au-dessus de la visière du casque lourd quand les deux sont portés ensemble. Le modèle « en carton » ne comporte pas d’œillet d’insigne frontal. Bien que près de 4 millions de sous-casques soient achetés, ils sont considérés comme un article bouche-trou jusqu’au développement d’un meilleur équipement. En effet, le casque en fibre compressée est très fragile : il s’écrase facilement, le tissu recouvrant l’extérieur s’effiloche ou se déchire rapidement, le système de suspension en rayonne a tendance à se détendre, la jugulaire est trop mince pour une utilisation intense. L’adoption temporaire du sous-casque en fi bre compressée, donne une idée de la pression subie par l’Armée pour mettre rapidement en service le nouveau casque lourd. Concomitamment, l’OQMG commence des recherches intensives pour un sous-casque convenable. Le Liner deuxième modèle « en plastique » Divers fabricants de casques, dont ceux des casques de mineurs et de pompiers, sont approchés pour fournir une étude. Certains ayant l’expérience du plastique, se voient demander de soumettre un projet pour des tests. Inland Division of General Motors, Mine Safety Appliances Company, Gemloid Corporation, Standard Products Company et Woodall Industries Inc proposent un prototype de casque en plastique. Tous les projets sont réalisés à partir de matériaux variés - le papier bouilli, le caoutchouc, l’écorce, la toile de jute, le lin ou le feutre - tous imprégnés avec de la résine synthétique. Le sous-casque complet, système de suspension et jugulaire compris, ne devant pas dépasser un certain poids, il est décidé d’utiliser une étoffe légère imprégnée de résine synthétique. L’OQMG détermine en novembre 1941 que le meilleur casque en plastique est celui confectionné en toile imbibée de résine de phénol-formaldéhyde et compressée à haute pression. L’OQMG demande la fabrication de 600 casques selon ce procédé. La commande est répartie entre trois entreprises : Inland Division, Mine Safety Appliances et Westinghouse COLLECTION | UNIFORMES 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 1Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 2-3Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 4-5Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 6-7Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 8-9Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 10-11Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 12-13Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 14-15Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 16-17Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 18-19Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 20-21Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 22-23Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 24-25Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 26-27Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 28-29Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 30-31Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 32-33Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 34-35Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 36-37Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 38-39Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 40-41Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 42-43Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 44-45Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 46-47Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 48-49Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 50-51Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 52-53Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 54-55Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 56-57Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 58-59Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 60-61Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 62-63Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 64-65Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 66-67Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 68-69Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 70-71Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 72-73Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 74-75Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 76-77Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 78-79Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 80-81Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 82-83Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 84-85Uniformes numéro 272 sep/oct 2010 Page 86