Uniformes n°271 jui/aoû 2010
Uniformes n°271 jui/aoû 2010
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°271 de jui/aoû 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 86,9 Mo

  • Dans ce numéro : le casque allemand.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
COLLECTION HISTOIRE D’UN COMBATTANT Le 1 st LCI(S) squadron commandé par le Commander T.I Scott-Bell, RN est composé de trois fl ottilles de douze bateaux : la 200 e fl ottille aux ordres du Lieut- Cdr Rupert Curtis, RNVR, la 201 e flottille du Lieut-Cdr Jack Deslandes et la 202 e flottille du Lieut-Cdr Georges Timmermans, RNR (de nationalité belge). Décorations du 1 st LCI(S) Squadron pour la Normandie : Distinguished Service Cross 6 Distinguished Service Medal 3 Mentions in Despatch 14 (dont 4 posthumes) 62 UNIFORMES | COLLECTION u Document d’attribution des décorations officielles britanniques obtenues par John Berry au titre de la Seconde Guerre mondiale. t Béret ayant appartenu à John Berry porté en 1945. t Sur fond de White Ensign, les médailles du Lieut. Berry : 39-45 Star, Atlantic star avec barette « France & Germany », British War medal 39-45, Coronation medal (1953), Franco-british Association medal of Honor (1979). Chevalier de la Legion d’Honneur (1985). Berry, RNVR (1 st Lieut : Sub-Lt John Swann, RNVR). Le Cdt Kieffer, son PC, la troop 1 de l’Enseigne de Vaisseau Guy Vourch et l’autre moitié de la section K-Gun sur le 527 du Lieut. Charles Frederic Craven, RNVR. (1 st Lieut : Sub-Lt H.W.A Farndon, RNVR). Vers 16h30 : départ des berges de la Rivière Hamble à Warsash (entre Portsmouth et Southampton) pour rejoindre « Picadilly Circus », nom de code du point de rassemblement des convois vers la Normandie, au sud de l’Ile de Wight. L’opération Neptune engage au total 2700 bâtiments et 1897 navires de débarquement. De ce point, soixante convois doivent emprunter dix chenaux, deux par plage d’assaut, qui ont fait l’objet d’un important travail de déminage (Operation Maple). Dans le « Channel 10 », le plus à l’Est du dispositif, les LCI(S) 523 & 527 sont intégrés au convoi S6 de la Force « S » du Rear Admiral A.G. Talbot, RN. Au milieu de la Manche, les vagues atteignent 1,50 à 2 mètres, creusées par un vent d’ouest de force 5. Le mal de mer est fortement ressenti par de nombreux commandos pendant cette traversée agitée. Le second point de regroupement, situé à 7 miles des côtes normandes est atteint à 5h. La progression reprend vers 6h45 vers la plage de « Sword » : huit kilomètres de Saint-Aubin-sur-Mer à Ouistreham, découpée en quatre secteurs nommés d’Ouest en Est : Oboe, Peter, Queen et Roger, euxmêmes redécoupés en trois sous-secteurs : green, white & red. Le 1er BFMC doit opèrer sur Queen Red en face d’Hermanville-surmer au lieu-dit la Brèche. L’heure H du D-Day est 7h25. Doivent d’abord débarquer les chars spéciaux du 22nd Dragoons (79 th Armoured Division) et du 13/18 th Hussars (27 th Independant
p Insigne du 1er BFMC, ayant appartenu à André Foliot de la troop 8. Commandé par le Lt-Col Robert Dawson, le n°4 commando est composé de cinq troops britanniques codées de A à E, des 177 hommes du BFMC provenant du 10e (InterAllied) Commando formant les troops 1 & 8, et d’une section de mitrailleuses K-gun : soit environ 600 hommes. Le n°4 cdo appartient à la 1st Special Service Brigade de Lord Lovat, avec les n°3 & n°6 cdos et le 45 e (Royal Marines) Commando, soit environ 3000 hommes. Armoured Brigade), le 5 th Assault Rgt du Royal Engineers et les 2nd Bataillon/East yorkshire Rgt et 1 st Bataillon/South Lancashire Rgt de la 8 th Brigade de la 3rd Division d’infanterie britannique, chargés de dégager les sorties de la plage. A 7h55*, le 6 juin 1944 : les LCI(S) 523 et 527 touchent le sol normand. Sur le 523, à l’ordre « Out ramps », le Sub-Lt Swannet son « ramp crew » mettent fébrilement en place les coupées d’accès à la plage, aidés par le Lt Bagot, et sous la mitraille les commandos français débarquent rapidement. Pendant ce temps, le 527 est touché à l’avant par des obus allemands qui décrochent les rampes et bloquent la mise à terre d’une partie de la troop 1 et des K-gun. Avec beaucoup de sang froid, le Lt Berry manœuvre son bateau pour se mettre à couple du 527, charge le reste des français et procède à un second débarquement. Alors qu’il se retire de cette seconde manœuvre, il est touché à son tour par des tirs de mortiers qui provoquent des dégâts sous sa ligne de flottaison et un éclat lui déchire l’épaulette droite. En s’éloignant, Berry prend en remorque un LCT (Landing Craft Tank) désemparé et conduit les blessés qu’il contient au LCI(S) 510 aménagé en navire hôpital. A deux miles de la côte il constate que son bâtiment prend l’eau par l’avant et que ses p Portrait du Lt Bagot, photo donnée à « Jack » Berry sur le 523 le 5 juin 1944. hélices sont entravées. Il est pris en remorque à son tour par le Lt Craven. Berry réussit finalement avec le Leading Stocker Nielsen à dégager les hélices et à remettre les moteurs en route puis arrive à colmater plusieurs voies d’eau de la coque en utilisant les sommiers et les matelas des couchettes. Il décide de faire le chemin de retour en Angleterre par ses propres moyens. A 15 miles au sud-est du phare « Nab Tower » (Est de l’Ile de Wight) alors qu’il accoste un LCVP (Landing Craft vehicle & Personnel) abandonné pour vérifi er s’il ne contient pas de blessés, ses hélices se retrouvent de nouveau fortement entravées. Le Sub-Lieut « Johnny » Walker, RNVR dont le LCI(S) 501 rentre aussi pour réparations le prend en remorque jusqu’à la base HMS Tormentor pour un repos bien mérité des hommes et les réparations du matériel, avant un rapide retour au large de Sword... Opération GAMBIT L’Opération Gambit est montée par les Britanniques pour « marquer » les approches des plages des Forces « J » et « S » (secteurs Juno et Sword) au sein de l’opération Neptune. Il est évidemment important que les forces de débarquement arrivent sur les plages prévues. Partis dans la nuit du 2 au 3 juin, deux sous-marins miniatures de type X-Craft, les X-20 et X-23 sont remorqués à travers la Manche et se trouvent en position, dès le 4 juin, en face des plages normandes de Courseulles-sur-Mer et Ouistreham. A la tombée de la nuit, ils font surface mais à Pendant la seconde guerre mondiale, le service à la mer dans la marine britannique se fait dans trois grandes branches : RN : Royal Navy avec ses marins militaires professionnels engagés. RNR : Royal Naval Reserve, recrutée chez les professionnels de la mer, marine marchande ou pêcheurs. RNVR et RNV(S) R : Royal Naval Volunteer Reserve et Royal Naval Volunteer (Supplementary) Reserve, organisation unique au monde, composée de civils venant principalement des régions côtières, engagés « HO » (Hostilities Only). Surnommée la « Wavy Navy » du fait de la forme particulière du grade des officiers. L’entrée en guerre augmente considérablement les besoins en effectifs de la marine et rapidement les commandements des unités les plus petites notamment celles du Coastal Command (MTB/MGB/ML...) et des barges de débarquement seront confiés à des officiers du RNVR mais aussi Canadiens (RCNVR), Australiens (RANVR) ou Néo-zélandais (RNZNVR). Le développement est tel qu’à la fin du conflit, 80% des officiers commissionnés dans la marine britannique appartiennent à la RNVR. 01h00 le 5 juin, reçoivent le message codé de la BBC « For Padfoot, Unwell in Scarborough » : leur signifiant que les opérations de débarquement sont reportées de 24 heures du fait d’une météo défavorable. Dans la nuit du 5 au 6 juin à 04h45, ils refont surface dans une mer qui reste agitée. L’opération étant maintenant confirmée, ils mettent en place les aides à la navigation : balise-radio de guidage, mât télescopique de 18 pieds (presque 5,50 m) dont le sommet est pourvu d’une lampe verte visible seulement du large jusqu’à une distance de 5 miles et un émetteur sous-marin pour les Chasseurs de mines qui draguent les chenaux d’approche vers les plages. Au lever du jour, les lampes sont remplacées par le « signal fl ag - D » (pour D-Day). Les Américains ont assisté aux démonstrations de balisage des plages par les X-Crafts POUR EN SAVOIR PLUS : Lire les deux ouvrages d’E. Le Penven sur le 1er BFMC et le n°4 commando, éditions Heimdal. Qui présentent un grand nombre de photos et de témoignages mais n’ont pas retenu cette option, misant sur la qualité de leur navigation. Au matin du 6 juin, les premières vagues se dirigeant vers « Utah » ont dérivées vers l’Ouest du fait de la marée et des courants et n’ont pas débarquées à l’endroit prévu...). Au déclenchement de la phase d’assaut, les X-Crafts remontent vers le large pour être pris en remorque vers l’Angleterre, mission accomplie… Nous regrettons de ne pas avoir de témoignage plus précis concernant le Lt Craven, RNVR. *Les heures diffèrent selon les témoignages. Dans son rapport du 14 juin Ph.Kieffer annonce 7h25, mais il s’agit de l’heure de débarquement de la première vague. Rupert Curtis, RNVR dans son récit donne H+30 (7h55) ce qui semble plus réaliste. Lui même n’est prévu avec le reste de sa flottille qui transporte Lord Lovat qu’à H+75, soit 8h40. Par ailleurs, il faut noter une heure de décalage entre heure française et heure anglaise, ce qui peut être source de méprise. COLLECTION | UNIFORMES 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 1Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 2-3Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 4-5Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 6-7Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 8-9Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 10-11Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 12-13Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 14-15Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 16-17Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 18-19Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 20-21Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 22-23Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 24-25Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 26-27Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 28-29Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 30-31Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 32-33Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 34-35Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 36-37Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 38-39Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 40-41Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 42-43Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 44-45Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 46-47Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 48-49Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 50-51Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 52-53Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 54-55Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 56-57Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 58-59Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 60-61Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 62-63Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 64-65Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 66-67Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 68-69Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 70-71Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 72-73Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 74-75Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 76-77Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 78-79Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 80-81Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 82-83Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 84-85Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 86