Uniformes n°271 jui/aoû 2010
Uniformes n°271 jui/aoû 2010
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°271 de jui/aoû 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 86,9 Mo

  • Dans ce numéro : le casque allemand.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
COLLECTION INSIGNES Les attributs de fonction et spécialistes de l’armée française 1914-1918 1 re partie : généralités et attributs de fonction TEXTE ET PHOTOS : Bruno Nion Généralités En 1914, l’armée française est dotée d’une série d’insignes de fonction et de spécialistes, dont certains ont été créés au XVIII e siècle. Ils sont alors en nombre restreints pour l’infanterie, soit une dizaine de modèles. A partir du printemps 1915, apparaissent les premières variantes, ceci en raison de modifications notables apportées à l’habillement. Il va en résulter une grande diversité. Une première directive en date du 17 mai 1915, indique qu’ils doivent être de même nuance que les chiffres et soutaches, soit bleu foncé pour l’infanterie (parfois jonquille). Mais la situation va s’accentuer, par l’introduction de couleurs non conformes, motifs fantaisistes etc. Il semble que les services de l’intendance aient été vite dépassés, d’autant que les fabricants civils se soient vite mis à la tâche. Ceci va donner lieu à des fabrications tenant peu compte des règlements, certaines particulièrement soignées, à l’instar des effets taillés pour le corps des officiers. Le « catalogue » des attributs en usage dans les différentes subdivisions d’armes, n’aura de cesse de s’accroitre. Le 8 décembre 1916, est publié un tableau qui va réglementer le port et la couleur de ces insignes. La durée du conflit, l’évolution des armes voient apparaître de nouveau attributs : fusiliers mitrailleurs (tireurs Chauchat), vélocipédistes, Batteries de 58 mm (crapouillots), 38 UNIFORMES | COLLECTION Nous allons découvrir à travers cette étude, les principaux attributs de fonction et spécialistes en vigueur dans l’armée française entre 1914 et 1918, notamment ceux en usage dans l’infanterie (ou assimilés comme tels). Thème de collection à part entière, ou petite touche finale apportée à un mannequin, l’attribut reste un petit objet encore facile à dénicher de nos jours. p Modèle réglementaire 1915-1918, bleu foncé sur fond de drap bleu horizon. téléphonistes etc. La dernière mesure notable en date du 15 juillet 1918, sera la création d’insignes déjà existants, mais confectionnés en cannetille dorée pour ce qui est considéré comme « Les combattants d’élite ». Cette mesure s’applique, entres autres aux grenadiers lanceurs et grenadiers VB (tromblon VB), aux fusiliers mitrailleurs, servants de batteries de 58 mm. Ces attributs, déjà en vigueur dés la fin de l’année 1917, seront interdit dans les dernières semaines du conflit, ceci pour des raisons de visibilité. Ils sont remplacés par le même insigne, de couleur garance pour toutes les subdivisions d’armes. Les sapeurs ouvriers d’art et sapeurs bombardiers « Le décret du 20 octobre 1892 stipule comme tel le rôle des sapeurs ouvriers
d’art : Les soldats porteurs d’outils font partie intégrante des compagnies auxquelles ils appartiennent et concourent pour le service avec les autres soldats. Ils sont choisis par les capitaines parmi les hommes vigoureux et familiarisés par leur profession avec l’usage des outils qu’ils doivent porter. » L’insigne des sapeurs : deux haches croisées surmontées d’une grenade. Cet attribut est l’un des plus anciens en vigueur dans l’armée française, puisque son adoption remonte au XVIII e siècle. Il se porte au nombre de deux, cousus sur chaque manche. Le 8 juillet 1900, l’insigne des sapeurs auparavant confectionné en drap jonquille, est désormais fabriqué en drap garance. La couleur jonquille est toutefois conservée au sein des bataillons de chasseurs, mais à la différence de l’infanterie de ligne, ne figure qu’une hache avec une pelle croisée. L’insigne est cousu sur chaque manche de la capote, comme pour les sapeurs d’infanterie. A l’examen des différents documents, il est souvent observé pendant la guerre, les seules haches croisées, sans qu’aucun texte ne stipule la suppression de la grenade. Le 18 août 1915, sont créés les pelotons de sapeurs bombardiers (un par régiment). Ces spécialistes ne conservent que la grenade, en laine rouge pour les caporaux et soldats, en canetille dorée pour les autres grades. Cet insigne est uniquement porté sur la manche gauche. t Variante ou les deux haches sont remplacées par une pelle et une pioche croisée. p Modèle réglementaire en drap garance pour les caporaux et soldats ; or pour les autres grades. (1900-1915). p Groupe de soldats du 113 e et du 236 e R.I. Le personnage de droite nous donne une bonne représentation de son attribut de bras : deux haches en sautoir surmonté d’une grenade, soit l’insigne des sapeurs (présent sur les deux manches). La présence de cinq chevrons d’ancienneté, nous permets de dater ce document d’au moins du premier semestre de l’année 1917. p Ce groupe de sapeurs du 8 e R.T.A. nous donne une bonne représentation de leur insigne respectif. Les haches croisées de nuance kaki, sont cousues à même le drap moutarde. A noter l’absence de la grenade devant surmonter les deux outils. COLLECTION | UNIFORMES 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 1Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 2-3Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 4-5Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 6-7Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 8-9Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 10-11Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 12-13Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 14-15Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 16-17Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 18-19Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 20-21Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 22-23Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 24-25Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 26-27Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 28-29Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 30-31Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 32-33Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 34-35Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 36-37Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 38-39Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 40-41Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 42-43Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 44-45Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 46-47Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 48-49Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 50-51Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 52-53Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 54-55Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 56-57Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 58-59Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 60-61Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 62-63Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 64-65Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 66-67Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 68-69Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 70-71Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 72-73Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 74-75Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 76-77Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 78-79Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 80-81Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 82-83Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 84-85Uniformes numéro 271 jui/aoû 2010 Page 86