Uniformes n°269 mar/avr 2010
Uniformes n°269 mar/avr 2010
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°269 de mar/avr 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 84,7 Mo

  • Dans ce numéro : Berlin 45... le Felduniforme 44.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
GUIDE DU COLLECTIONNEUR COPIES Les copies des boucles de ceinturons allemands Depuis la fin de la seconde guerre mondiale la boucle authentique de ceinturon allemand se fait de plus en plus dure à trouver pour le collectionneur. TEXTE : Mistel2 PHOTOS : Alexandre Benoit Les Gi’s ont rapporté dans leurs bagages bon nombre de souvenirs de guerre des forces de l’Axe. Lors de l’occupation de l’Allemagne, pendant les vingt années qui ont suivi la fin de la guerre, la demande s’est faite croissante, car chaque soldat voulait ramener son petit souvenir de cette guerre qu’ils n’ont pas connue. Cet article a pour but de donner quelques pistes essentielles pour le collectionneur mais ne se veut en aucun cas exhaustif. Le collectionneur a lui, de son côté, également créé une demande principalement sur les troupes d’élites telles que la Waffen SS ou les boucles politiques. Tout ceci a contribué à faire monter la cote de cet accessoire de métal. Depuis 10 ans l’essor de la reconstitution 39-45 et depuis 3 ans l’air soft a encore crée une nouvelle demande. Bien évidement cette demande ne pouvais pas rester sans réponse, et dans les années 50 – 60 les premières copies de boucles sont apparues, généralement produites sur les machines d’origine et les outillages de la période de guerre. Seule la matière première, elle, a évolué pour faciliter le moulage ou l’emboutissage. Ces boucles sont généralement les plus redoutables et dans 90% des cas passeront pour bonnes. Les défauts sont quasi nuls, seul repère le poids qui peut varier d’une série à l’autre. Dans les années 90 les pays de l’Est ont lancé des productions en petites séries pour le collectionneur et la reconstitution, l’emboutissage étant le moyen le plus rapide et période de guerre. Seule la matière première, boutissage étant le moyen le plus rapide et 86 UNIFORMES | COLLECTION p Boucles pour « touristes », celle avec la tête de mort n’a même jamais existé ! p u Une redoutable fabrication tchèque haut de gamme ici dans une version en acier de Luftwaffe dénazifiée, les erreurs sont la patte de fixation trop large et les dimensions plus petites de 0.5 mm à la verticale comme à l’horizontale. le moins couteux à produire. Des boucles SS – WH – LW – HJ ont commencé à envahir les étals de quelques vendeurs peu scrupuleux, la face extérieure est très proche de l’originale. Les erreurs de fabrication se trouvent principalement sur la patte de fixation (soudure, forme, position) et sur l’articulation des deux crochets mobiles. Cette production existe toujours mais n’est plus compétitive avec les produits arrivant du Pakistan ou d’Inde. Elles ont été déclinées sous toutes les versions et finitions possible pour relancer la vente et tromper l’acheteur : transformées en pièces de fouille, ajouts d’étiquettes RZM, de pattes en cuir, marquages en tous genres, et même des dénazifiées...
Pour la production de masse, l’Inde, la Chine, le Pakistan ont lancé deux gammes de fabrication. Dans les deux cas la face avant est proche de l’originale ou n’a jamais existé (afin de répondre à certains effets de mode), elles sont soit en métal coulé (rarement de l’aluminium ou du zamak mais plutôt un acier assez cassant) ou embouties. Les deux versions du dos sont les suivantes : - Proche de l’original aussi bien en coulé ou embouti, mais dans les deux cas des imperfections sont visibles telle que des déformations sur les côtés de la boucle, patte soudée de travers ; crochet de fixation au ceinturon mal fini... - La deuxième, elle, est destinée à un public très large tel que la reconstitution ou l’air soft, seul les deux points de fixation de la boucle comptes et elles ont été déclinées dans des versions les plus diverses qui non jamais été produit sur l’originale mais qui coute beaucoup moins chère à la fabrication. Sont également disponibles sur le marché depuis plusieurs mois de très belles boucles 14-18 allemandes ou de l’entre deux guerres ; elles sont commercialisées par la société Sturmet distribuées en France par quelques boutiques. Pour le collectionneur novice un seul mot d’ordre : ne pas faire confi ance à la belle histoire qui accompagne l’objet (c’est mon grand père qui l’a trouvé lors d’une cueillette de champignons dans la poche de Falaise quelques années après la fin de la guerre...), ne pas hésiter à demander à son « entourage collectionneur » avant d’acheter et insister auprès du vendeur, s’il pratique la charte du collectionneur, pour qu’il vous fasse un document de vente. Si le vendeur est certain de l’authenticité de son produit il n’hésitera pas. Comment sont fabriqués les belles copies et les défauts principaux Les dernières fabrications haut de gamme, quelque que soit le fabricant, retrouveront les mêmes erreurs liées au mode de fabrication du produit. L’une de ces informations est toujours présente sur une copie : p Boucles destinées à une production de masse ; la face avant est très ressemblante à l’originale mais le dos n’a rien à voir, l’erreur, n’est pas possible sur de telles boucles. p Modèles de 14-18 distribués par la société Miltec, elles sont à l’état neuf mais peuvent être facilement vieillies et la forme générale est bonne. COLLECTION | UNIFORMES 87



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 1Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 2-3Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 4-5Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 6-7Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 8-9Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 10-11Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 12-13Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 14-15Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 16-17Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 18-19Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 20-21Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 22-23Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 24-25Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 26-27Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 28-29Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 30-31Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 32-33Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 34-35Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 36-37Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 38-39Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 40-41Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 42-43Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 44-45Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 46-47Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 48-49Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 50-51Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 52-53Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 54-55Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 56-57Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 58-59Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 60-61Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 62-63Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 64-65Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 66-67Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 68-69Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 70-71Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 72-73Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 74-75Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 76-77Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 78-79Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 80-81Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 82-83Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 84-85Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 86