Uniformes n°269 mar/avr 2010
Uniformes n°269 mar/avr 2010
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°269 de mar/avr 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 84,7 Mo

  • Dans ce numéro : Berlin 45... le Felduniforme 44.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
COLLECTION HISTOIRE D’UNE UNITÉ p Les Commandos Marine conservent le port du béret vert, hérité du Commando Kieffer, avec port de l’insigne à gauche. Le modèle présenté est représentatif des fabrications de la seconde moitié des années 50. Confectionné en une seule partie, il ne comporte pas de support d’insigne ni d’oeillet d’aération. Il est doublé de rayonne noire et le marquage du fabricant est ici apposé sur le fond (exemplaire daté de 1961). On remarquera, placée à environ 3 cm, la couture parallèle au tour de tête en cuir noir typique des fabrications contemporaines au conflit algérien. p 11 novembre 1961, ces deux Commandos (Claveyroles et Cailleaux) en tenue de prise d’armes portent la tenue de saut camouflée TAP 47/56, le béret vert et les rangers modèle 52. La dague-baïonnette des Commandos Marine est bien visible suspendue aux ceinturons TAP 50/53. 24 UNIFORMES | COLLECTION p Badge de béret des Commandos Marine. Dérivé de celui du 1er BFMC dessiné par Maurice Chauvet en 1943, il porte désormais l’inscription Commandos Marine dans la banderole inférieure. La question du port d’un insigne de béret pour les Commandos au lendemain de la seconde Guerre Mondiale trouve une réponse négative dans la note 263 EM G/3 du 15/03/1947 : « Inutile de prévoir un insigne de grade ou insigne distinctif sur les bérets verts ». Une autre circulaire, la 356 EM G/3 du 25/03/1949 relance cette question qui comme la précédente, n’a pas plus de succès. Elle est adressée au Vice Amiral Commandant le Groupe des Ecoles de la Marine par le secrétaire d’Etat à la Marne : « Je n’approuve pas votre décision de doter les Commandos de la Marine d’un insigne caractéristique à fixer sur le béret vert, les dimensions de cet insigne ne peuvent permettre, même à faible distance, de distinguer ce qu’il représente, le but recherché ne serait donc pas atteint ». Le badge des Commandos est adopté à l’initiative du LV Vedel (Commandant du Commando François) durant le 2 e semestre 1949. Directement copié sur celui du n°4 Commando, c’est un ancien de Kieffer, le QM 1 le Rigoleur, qui prêta son insigne afin de faciliter les premières fabrications. De 1946 à 1954, 1071 Commandos seront certifiés mais une certaine anarchie règne quant à l’attribution de ces Badges. A partir de 1955, les badges sont à nouveau matriculés à l’issue des stages Commandos au Centre Siroco et redémarre à partir du numéro 1 ; 1276 commandos seront alors certifiés jusqu’en 1962. L’exemplaire présenté ici, fabriqué par Arthus Bertrand porte le matricule 42. ordonne à l’enseigne Hamel de tenter de contourner le bouchon qu’il fait aussitôt matraquer au fusil lance grenades avant de prendre la tête du rush. Le pacha de Jaubert s’effondre, touché à mort en pleine tête. Le combat se poursuit mais la pression est telle que les Commandos doivent finalement reculer, emmenant morts et blessés en attendant le soutien de la Légion et de Penfentenyo. Début 1961 trouve le Commando Jaubert dans la région de Tlemcen sous les ordres du lieutenant de vaisseau Champierre de Villeneuve. Le 4 avril, près de Sebdou, il pénètre à l’intérieur du bouclage des troupes de secteur qui enserre une katiba. Le nettoyage commence le long d’un oued touffu et raviné où les accrochages à courte portée se multiplient jusqu’à l’anéantissement des fellaghas. Malgré le contexte politique qui se dégrade, les Commandos du GROUCO poursuivent inlassablement leur mission visant la destruction des unités de l’ALN dans le Sud Oranais. Au lendemain du cessezle-feu du 19 mars 1962, le Commando est placé en intervention préventive dans le secteur bien connu de Geryville. Le 14 avril, il intervient contre les anciens rebelles de la katiba 534 installés sur le plateau de Boualam au mépris des accords préalables. Les hélicoptères de la 32 F posent les bérets verts à proximité du campement et l’ultime baroud d’honneur de Jaubert s’achève quelques heures plus tard sur un nouveau succès avant le retour en France. Remerciements : L’auteur et la rédaction tiennent à remercier pour leur aide messieurs Ballisson JC, Beaujan N., Ivanoff A., Tarrius V. et Lengrand P.ainsi que le magasin le Poilu. p 1956, le S/M Montjaux dit « le catalan » présente le fanion du Commando Jaubert sur lequel on aperçoit la croix de guerre des TOE ornée des 6 palmes gagnées en Indochine. On notera la veste camouflée des Commandos portée avec le pantalon 47 TTA kaki ainsi que le béret vert d’assez grande dimension.
Les brelages US M-43 et M-44 TEXTE ET PHOTOS : Frédérik et Carole Suppo-Diefenthal Dans Uniformes n°266 nous avions décrit les brelages règlementaires M-1936. Dans cet article nous traiterons les versions qui sont apparues au cours de la seconde guerre mondiale. Durant ce conflit cette bretelle de suspension (terme réglementaire) destinée aux offi ciers ainsi qu’aux troupes non dotées du sac à dos modèle 1928, fut adoptée par beaucoup de soldats américains et sortit très vite de son cadre premier, tout comme la musette M-1936. En 1942 la production de ces brelages devient énorme. Les autres réalisations de brelages comme les modèles destinés aux « milices intérieures » aussi appelées de nos jours « garde nationale » semblent s’arrêter. Ces modèles de bretelles de suspension sont aussi répertoriés à tort comme « modèle de pénurie ou ersatz ». Ces derniers modèles se rencontrent rarement en Europe car les soldats équipés de telles bretelles étaient assignés à des emplois de surveillance, de formation et d’encadrement au sein d’unités de réserve. Il faut noter que les équipements marqués « CS, combat serviceable » leurs étaient aussi en partie attribués. Pour reconnaitre ces brelages, rien de plus facile : comme ils n’étaient pas destinés à l’armée, ils ne sont pas soumis au contrôle du « QuarterMaster Corps » et n’ont donc pas de marquage « U.S. ». Seule l’année de réalisation ainsi que le nom du fabricant apparaissent sur leur face intérieure, et encore, souvent il n’y fi gure aucun marquage. Attention, il peut y avoir des exceptions en ce qui concerne la marque d’appartenance à l’U.S.Army : à ce moment là le « U.S. » est placé de manière à être visible afin de ne pas faire de confusion avec une réalisation règlementaire destinée au combat, car leur fabrication ainsi que les matériaux utilisés ÉQUIPEMENTS p Certainement la photo la plus connue du débarquement de Provence : trois de ces cinq paras U.S sont équipés de brelage M-1943. Collection privée. étaient de moindre qualité. Les brelages M-1936 ont quelques variantes qui sont peu courantes mais cela reste très marginal et lié à de petites ruptures d’approvisionnement et ne constitue donc pas des modèles à part entière ; comme le fait que, la partie enserrant le bout des sangles avant, soit réalisée dans une pièce de laiton de forme rectangulaire et non arrondie, ou que les boucles de réglage des sangles autobloquantes arrières soient remplacées par des boucles du type coulissant comme celles qui ce situent sur les sangles avant. Mais les variantes les plus rares sont celles réalisées en olive drap N°7. Attention de ne pas confondre une réalisation d’époque avec du tissu de couleur O.D.N°7 ou des M-1936 simplement reteints. Pour ne pas les confondre il suffit de regarder les coutures car la teinture se concentre autour du fil et est donc très visible. Le fil lui aussi trahi la teinture car celui-ci ne doit jamais être de la même couleur que le brelage luimême. Si ce n’est pas le cas, alors ce sera certainement un M-1936 reteint et donc de peu de valeur. t Voici un exemple d’anomalie courante dans les réalisations de brelage M-1936 sur cette fabrication de la firme « HINSON MFG. CO. » et datée de 1942. Ici les deux bretelles sont réalisées dans du tissu de couleur différente. Une telle anomalie ne doit pas vous effrayer et cela n’enlève pas sa valeur à l’objet. Toutefois, faites attention à ce que le fabricant n’apparaissent que sur l’une des bretelles, que les coutures des passants soient réalisées avec le même fil, et qu’une bretelle de couleur O.D.3 n’est jamais montée avec une couleur O.D.7. COLLECTION | UNIFORMES 25 COLLECTION



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 1Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 2-3Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 4-5Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 6-7Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 8-9Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 10-11Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 12-13Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 14-15Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 16-17Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 18-19Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 20-21Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 22-23Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 24-25Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 26-27Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 28-29Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 30-31Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 32-33Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 34-35Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 36-37Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 38-39Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 40-41Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 42-43Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 44-45Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 46-47Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 48-49Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 50-51Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 52-53Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 54-55Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 56-57Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 58-59Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 60-61Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 62-63Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 64-65Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 66-67Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 68-69Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 70-71Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 72-73Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 74-75Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 76-77Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 78-79Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 80-81Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 82-83Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 84-85Uniformes numéro 269 mar/avr 2010 Page 86