Uniformes n°267 nov/déc 2009
Uniformes n°267 nov/déc 2009
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°267 de nov/déc 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 88,2 Mo

  • Dans ce numéro : les paras coloniaux... Algérie 1955/58.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
COLLECTION OBJETS ET DOCUMENTS Origine du mot Jamboree L’origine du mot Jamboree (ou « Jam » en abrégé) reste incertaine. La légende veut que cela soit un mot anglais d’origine Zouloue. A l’occasion du premier Jamboree tenu au Royaume-Uni en 1920, Baden- Powell (le fondateur du Scoutisme) a déclaré lui-même à ce sujet : « Les gens donnent différents sens à ce mot, mais à partir de cette année, jamboree prendra un nouveau sens. Il désignera le plus grand rassemblement de jeunes à avoir eu lieu ». Un défi relevé C’est donc en France et plus précisément à Moisson en Seine et Oise Jamboree de 1947 : Le rassemblement historique du scoutisme TEXTE : Philippe Guimberteau COLLECTIONS : Joseph-Henri Cardona et Philippe Guimberteau Ñ Sur les journaux « Les Nouvelles du Jamboree » et « Jamboree France » sont disposés un fanion-souvenir ainsi que deux objets ayant appartenu à un par- ticipant auvergnat : son insigne de sous-camp et un napperon-souvenir portant l’inscription « Jamboree France 1947 - Le Puy ». Å Eclaireur de France arborant réglementairement, sur la poche droite de sa chemise, l’insigne du sous-camp « Provence ». (Photo Manson - Conservatoire Joseph-Henri Cardona d’Archives et de Souvenirs Scouts). Å Insigne en carton pour les visiteurs. 66 UNIFORMES | COLLECTION En 1947, le premier grand rassemblement d’après-guerre des scouts du monde entier va se tenir en France, à Moisson, du 9 au 20 août. Ce 6 e Jamboree, surnommé « Jamboree de la Paix », va donner lieu à une production importante d’insignes et d’objets divers pour la plus grande joie des collectionneurs du monde entier. (aujourd’hui Yvelines) que va se dérouler ce 6 e Jamboree qui va rassembler 25 000 garçons issus de plus de 40 nations. Le 5 e Jamboree ayant eut lieu aux Pays-Bas en 1937, le suivant devait donc se tenir en 1941. Du fait de la guerre, ce 6 e Jamboree est donc reporté de 1941 à 1946 puis 1947, le Scoutisme Mondial ayant octroyé une année supplémentaire à un pays quasiment ruiné par la guerre et en pleine reconstruction. L’organisation du Jamboree de la paix est confiée à l’« Association du Jamboree » spécialement créée à cet effet. Cette dernière est placée sous la direction du commissaire général du Jamboree : Henri Van Effenterre. On peut également citer
Å Insigne du Jam (lys et nœud de carrick) et insigne-souvenir réalisé par « La Hutte ». Ñ Cartes d’identité ayant appartenu à Xavier Sarazin, « Chef Activités Camp Marin ». Le modèle officiel lui permettait de justifier de sa fonction et de pouvoir également circuler sur le terrain du Jam et celle à couverture verte lui servait à bénéficier de certaines réductions sur les chemins de fer.comme autre personnes importantes : Eugène Arnaud (chef de camp du Jamboree), Maurice Costil (chef de la délégation française du Jamboree) et Max Ingrand (chef des relations extérieures). Les pouvoirs publics et les grandes administrations de l’Etat vont apporter une aide précieuse à la réalisation de ce projet. Le génie militaire à l’ouvrage C’est la 1 re compagnie du 5 e régiment du génie qui va réaliser la construction de la gare spéciale du Jam, à Rosny sur Seine, à 7 kilomètres du camp. Quatre mois de travail (défrichage du terrain, construction de la plateforme, pose de dix-sept voies de 350 à 400 mètres de longueur, construction de deux quais...) vont être nécessaires afin de faire sortir de ce terrain en friche et particulièrement bosselé, une gare (construite aux frais de la SNCF) avec des installations qui doivent permettre le transbordement commode et rapide de dizaines de milliers de scouts et visiteurs. Å Insigne-souvenir représentant un Indien fumant un calumet de la paix avec l’inscription « Pax » dans les volutes. Existe une version argentée. Le camp du Jamboree Sur les 600 hectares sont implantés 15 sous-camps portant les noms de provinces françaises. Les participants français ont fait l’objet d’une sélection tout au long de l’année 1947. Pour la première fois, les étrangers ne sont pas regroupés par nations mais répartis par troupes entières et de pays variés, dans chaque sous-camp montrant bien qu’à l’idée de rencontre et à l’esprit de compétition, on a voulu substituer la fraternisation. Ainsi, le sous-camp Auvergne reçoit, outre des scouts français, des scouts de Grande-Bretagne, de Formose, du Costa-Rica et des USA. A ces sous-camps s’ajoutent des « camps annexes » : camp Marin (situé sur l’île des Corbeaux), camp des Passereaux, camp Extension, camp du Zodiaque, des services et surtout des scouts et visiteurs de passage. Le camp du Jamboree est en fait une immense ville de toile avec des avenues, des rues, une arène grandiose de 10 000 places, 6 théâtres régionaux, un hôpital de 200 lits, des batteries de lavabos, des douches... Afi n de pouvoir effectuer les 8 kilomètres du tour entier du camp, le génie mili- taire a installé un petit train roulant à 9km/h composé de plates-formes sans banquettes, simplement entourées de rambardes. Il s’agit, en fait, de matériel rescapé de la ligne Maginot. Ce petit train va rester longtemps dans les mémoires des participants... avec la poussière qu’« il faut avoir vécu pour pouvoir se l’imaginer » (témoignage d’un ancien scout). En ce qui concerne les grandes réalisations du « Jam », on peut citer, entre autres, les Arènes, le Mont Blanc (hauteur 27 mètres, école d’escalade), le Beffroi des Flandres (hauteur 27 mètres, monté en 6 jours), le « Pourquoi Pas », incroyable navire bâti sur la terre ferme avec ses haubans (40 mètres de long, 21 mètres de haut, 400 m² de voiles). Réalisé et construit par les scouts de Lorraine, il est une des attractions phares de la manifestation. Au total, c’est plus de 250 000 personnes qui vont passer à Moisson. La cérémonie d’ouverture Le samedi 9 août, les scouts venus de tous les pays du monde défilent, drapeaux et étendards en tête, devant le général Lafont (chef du Scoutisme français), le général de Lattre de Tassigny, le colonel Wilson (directeur du Bureau international du Scoutisme), le commissaire Van Effenterre et Pierre Bourdan (ministre de la Jeunesse, des Arts et des Lettres). A 22 heures 40, ce dernier déclare ouvert le Jamboree mondial de la Paix. Le programme du camp Durant tout le camp, un fonds sans cesse renouvelé, de grands jeux et de distractions éducatives ou de détente, va se dérouler à côté d’un programme d’ensemble tout empreint des deux idées principales : rappeler aux garçons le souvenir de Baden Powell et perfectionner le système des patrouilles. REPÈRES CHRONOLOGIQUES 1920 : 1er Jamboree mondial à Olympia (Royaume-Uni) 1924 : 2 e Jamboree mondial à Ermelunden (Danemark) 1929 : 3 e Jamboree mondial à Birkenhead (Royaume-Uni) 1933 : 4 e Jamboree mondial à Gödöllö (Hongrie) 1937 : 5 e Jamboree mondial à Vogelenzang (Pays-bas) Å Verso de la médaille en bronze présentant la colombe de la paix survolant la mappemonde. Å Insigne « Police et Sécurité ». Å Boucle de ceinturon fabriquée par « La Hutte ». COLLECTION | UNIFORMES 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 1Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 2-3Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 4-5Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 6-7Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 8-9Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 10-11Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 12-13Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 14-15Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 16-17Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 18-19Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 20-21Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 22-23Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 24-25Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 26-27Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 28-29Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 30-31Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 32-33Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 34-35Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 36-37Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 38-39Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 40-41Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 42-43Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 44-45Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 46-47Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 48-49Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 50-51Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 52-53Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 54-55Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 56-57Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 58-59Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 60-61Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 62-63Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 64-65Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 66-67Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 68-69Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 70-71Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 72-73Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 74-75Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 76-77Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 78-79Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 80-81Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 82-83Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 84-85Uniformes numéro 267 nov/déc 2009 Page 86