Uniformes n°265 jui/aoû 2009
Uniformes n°265 jui/aoû 2009
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°265 de jui/aoû 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 93,9 Mo

  • Dans ce numéro : la tenue camouflée des Waffen SS... Normandie 44.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
COLLECTION COIFFURE Souvent, les effets des soldats allemands sont identifiés par une petite étiquette cousue dans leur doublure. Celle-ci nous apprend que cette Feldmütze wurtembergeoise a appartenu à l’Unteroffizier Schramm, de la 7 e compagnie du régiment d’infanterie N°124 « König Wilhelm I » (6 e wurtembergeois). La coiffure a été réceptionnée en 1909 par le corps. On constate que la Feldmütze de troupe est encore distribuée aux Unteroffizier, premier grade des sous-officiers. Musée de la Targette, Pas-de-Calais. Comme pour les autres états, une croix symbolise la réserve, la Landwehr et la Landsturmbavaroises. Celle-ci porte en son centre, extrêmement réduits, les losanges des armoiries de la Bavière et ses branches sont ornées de la devise « In Treue Fest ». Sur cet exemplaire, elle a été emboutie d’une pièce avec la cocarde et non rapportée. A l’intérieur son ancien propriétaire, le fantassin Johan Schmid, a cousu une étiquette qui indique qu’au moment où il a perçu sa coiffure, il appartenait à la 1 re brigade d’Ersatz de Landwehr, rattachée au dépôt de recrutement N°1. Musée de la Targette, Pas-de-Calais. 34 UNIFORMES | COLLECTION Comme pour les uniformes, les fabrications de guerre se caractérisent par la teinte nettement plus verte du drap feldgrau utilisé. Cet exemplaire d’infanterie active prussienne en est une excellente illustration. Musée de la Targette, Pas-de-Calais. Exemplaire parfait d’un bonnet wurtembergeois. On voit bien la forme réglementaire qui précise que le diamètre du calot doit être supérieur de 5 cm à celui du bandeau. Ainsi portée, la Feldmütze confère au soldat allemand une allure caractéristique entre toutes. Bien entendu, le règlement prévoit qu’elle doit être portée ainsi, bien droite sur la tête, comme le représentent les silhouettes de fantassins dessinées dans les manuels d’instruction. Après le début du conflit, on va voir rapidement apparaître diverses manières pour personnaliser le port de la coiffure. Une certaine tolérance est de mise et les gradés ferment les yeux sur ces incartades insignifiantes dans les terribles conditions qui président à la guerre de position. On doit noter qu’un très grand nombre d’hommes, cependant, continuent à porter leur bonnet comme le veut le règlement. Preuve, s’il en est, que les soldats allemands sont loin de penser unanimement que la Feldmütze leur donne un aspect ridicule comme cela a parfois été dit. Musée de la Targette, Pas-de-Calais.
lignes l’apparence de cette coiffure typique de l’armée allemande. Désormais, les rabats sont supprimés et le bandeau est de la couleur du col de l’uniforme (le plus souvent rouge pour l’infanterie). A partir du mois de mai, un passepoil de la même couleur que le bandeau est introduit, cousu le long du bord supérieur du turban. En janvier 1822, la différence entre les coiffures de la garde et de la ligne disparaît. Toutes les Feldmütze d’infanterie deviennent bleu foncé. A partir de novembre 1842, une cocarde prussienne est arborée sur le devant, au centre du bandeau. Il s’agit déjà, pour la troupe, du modèle en tôle, d’un diamètre de 2,5 cm, percé de deux trous permettant de le coudre sur la coiffure. Le fil utilisé est en principe de la même couleur que la partie de la cocarde pardessus laquelle il passe. Ce type de cocarde demeurera inchangé jusqu’en 1918. Le 16 mars 1867, l’antique modèle 1814 est remplacé par une nouvelle coiffure, dont les proportions sont considérablement diminuées. Sa nouvelle apparence va très rapidement lui attirer le sobriquet de Krätzchen (crachoir) qui lui restera attaché au cours de sa carrière. Ses dimensions vont, désormais, réglementairement rester les mêmes jusqu’à sa disparition après la première guerre mondiale. Le bandeau est uniformément rouge, quel que soit le régiment et la coiffure reçoit une doublure en toile blanche, dont la partie supérieure est prise dans la couture du drap au niveau du passepoil. Au cours des années qui précèdent et suivent la guerre de 1870, la prépondérance prussienne s’affirme, et la Feldmütze coiffe progressivement tous les contingents des états allemands. En 1897, pour commémorer le 100ème anniversaire de la naissance de l’Empereur Guillaume 1er, une cocarde d’Empire, du même modèle que celle d’état est ajoutée, cousue au-dessus de cette dernière. Cependant, au cours des années, la mode militaire va s’éloigner du règlement et des Feldmütze dont la forme est quasi cylindrique apparaissent. Il faut un rappel à l’ordre de la Direction de l’ha- billement, en mai 1896, pour que cesse cette pratique. En principe, le diamètre supérieur de la coiffure doit être supérieur de 5 cm à celui du bandeau. Depuis l’apparition du modèle 1867, les simples soldats ont la possibilité d’acheter, sur leurs deniers, des confections de tailleur, appelées Eigentumsstück, plus soignées, qui peuvent être portées en tenue de sortie. En ce qui concerne la Feldmütze, on emploie alors le terme Eigentumsmütze, par opposition à Dienstmütze qui désigne l’effet réglementaire. Il leur est également possible d’acquérir, pour le même usage, une casquette (Schirmmütze) du type de celle des officiers, mais munie de cocardes de troupe en tôle emboutie de petit diamètre (2 cm) qui se fixent à l’aide de pattes métalliques sur la coiffure. Le modèle 07/10 Le règlement du 28 février 1910, qui adopte officiellement la tenue feldgrau mise à l’essai depuis 1907, prévoit que le drap de fond de la Feldmütze sera désormais de la même nuance. Le modèle 1867 est cependant conservé, ainsi que l’uniforme bleu foncé, pour la tenue de sortie et la parade. Lors de la mobilisation, des formations de réserve seront parfois équipées de cette coiffure pour leur tenue de campagne, et les exemplaires neufs encore détenus en magasin seront distribués pour l’instruction. Les Feldmütze 07/10 de fabrication d’avant guerre se reconnaissent souvent, à l’instar des uniformes, à la nuance plus grise du drap de fond et, parfois, à celle plus soutenue de leur bandeau rouge ponceau. En principe, depuis 1873, la Feldmütze de troupe n’est plus portée par les sous-officiers à partir du grade de Sergeant. Mais, curieusement, le règlement précise que chaque unité doit acheter sur ses fonds les Schirmmütze qui leur sont destinées. Avec l’adoption du modèle 07/10, cette pratique cesse. Et les sous-officiers perçoivent Ces trois camarades du régiment d’infanterie N°61 ont fait immortaliser leur amitié sur ce cliché pris en avril 1916. Ils portent encore la Feldmütze modèle 1910, telle qu’elle a été distribuée à l’entrée en guerre. Cette photo illustre une pratique courante chez certains combattants allemands qui consiste à déformer le bonnet pour en casser la silhouette. Par souci d’esthétique, certains affectent de le tirer de côté comme c’est le cas ici. Le fantassin, sur la gauche à incliné au maximum sa coiffure, lui donnant une allure qui n’est pas sans rappeler, dans des proportions plus modestes, la tarte des chasseurs alpins. Sur cette Feldmütze bavaroise, la cocarde d’Empire est du petit modèle prévu pour les casquettes. Une semblable disposition se rencontre parfois, sans que cela corresponde à un quelconque souci d’esthétique. Au moment de la confection, le fabricant a probablement utilisé les cocardes en stock dont il disposait. Musée de la Targette, Pas-de-Calais. alors un effet réglementaire, doublé en toile blanche comme le bonnet de la troupe, mais qui conserve la forme de la casquette d’officier. Ces fabrications se reconnaissent à l’utilisation du même drap que pour les Feldmütze à la place du drap fi n des casquettes d’officier. Depuis 1908, une coiffure de service à visière (Dienstmütze mit Schirm) a été introduite pour les hommes de troupe du train et ceux du service de santé. Il s’agit en réalité d’une simple Feldmütze sur laquelle sont rajoutées une visière et une large jugulaire en cuir maintenue par deux boutons métalliques peints en noir. Bien que le règlement ne l’ai pas prévu, il semble bien que, dès l’entrée en guerre, des sous-officiers d’infanterie, voire même de simples soldats, ont adopté cette coiffure sur laquelle on rencontre aussi bien les grandes cocardes cousues que les plus petites agrafées. Presque autant que le casque à pointe, la Feldmütze va caractériser la silhouette du fantassin allemand dès l’entrée en guerre d’autant plus qu’elle coiffe invariablement les prisonniers que côtoient parfois les Poilus. COLLECTION | UNIFORMES 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 1Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 2-3Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 4-5Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 6-7Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 8-9Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 10-11Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 12-13Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 14-15Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 16-17Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 18-19Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 20-21Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 22-23Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 24-25Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 26-27Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 28-29Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 30-31Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 32-33Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 34-35Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 36-37Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 38-39Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 40-41Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 42-43Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 44-45Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 46-47Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 48-49Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 50-51Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 52-53Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 54-55Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 56-57Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 58-59Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 60-61Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 62-63Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 64-65Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 66-67Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 68-69Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 70-71Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 72-73Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 74-75Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 76-77Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 78-79Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 80-81Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 82-83Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 84-85Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 86