Uniformes n°265 jui/aoû 2009
Uniformes n°265 jui/aoû 2009
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°265 de jui/aoû 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 93,9 Mo

  • Dans ce numéro : la tenue camouflée des Waffen SS... Normandie 44.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
COLLECTION REVUE DE DÉTAILS p Cette capote et cette veste des modèles 1914, donnent un exemple des différentes nuances du drap bleu clair, ces deux effets en bon état et à peine portés n’ayant pas subi de décoloration à l’usage. La veste qui se ferme par cinq petits boutons d’uniforme est ici dépourvue de pattes de col, à l’instar des nombreux exemplaires observés sur le front en 1915-1916. Dans l’infanterie de ligne, en toutes saisons, la capote est toujours portée en tenue de campagne. Celle-ci est munie ici de rouleaux d’épaule d’une teinte qui s’accorde bien avec celle de l’uniforme. En 1916, un ou deux rouleaux de couleur bleu foncé peuvent encore subsister sur la capote bleu horizon. Enfin, on note deux manières de mettre en place ces rouleaux d’épaule : bride de capote passée entre les deux rouleaux ou maintenant ces deux derniers à l’extérieur. velours, lisse ou côtelé, obligatoirement de nuance bleu clair depuis l’automne 1915, se rencontre encore dans la confection des culottes. En février 1916, les bandes molletières sont toujours conformes au modèle adopté en 1910. Elles sont coupées droites, d’une longueur de 2,60 m sur 12 cm de largeur. Bien que la notice descriptive du 9 décembre 1914 indique qu’elles doivent être taillées dans un drap bleu clair ou de nuance neutre, les exemplaires en drap u Le casque Adrian recouvert de la housse prescrite à la fin d’octobre 1915. Cet effet est typique de l’année 1916. L’exemplaire présenté ici, initialement de teinte bleu clair, s’est décoloré au soleil et aux intempéries. Confectionné en deux parties cette pièce de fine toile se referme sous la visière et le couvre nuque du casque à l’aide d’un lacet noué. Bon camouflage de la coiffure, le couvre casque a l’inconvénient d’aggraver les blessures à la tête, en augmentant les probabilités d’infection, en cas de percement de l’Adrian par un petit projectile. 28 UNIFORMES | COLLECTION bleu foncé sont encore couramment portés par les fantassins. Depuis le 14 septembre 1915, les troupes doivent renvoyer à l’arrière les képis au fur et à mesure de la distribution des casques. Le bonnet de police modèle 1891/15 est officiellement la seule coiffure de repos à compter de cette date. Cependant, au début de l’année 1916, le képi bleu horizon ainsi que l’éphémère béret de la même nuance se rencontrent encore parfois chez les combattants. p Un fantassin du 111 e R.I. photographié dans le secteur d’Avocourt, dans la période qui a précédé l’offensive allemande de février 1916. Il porte une capote modèle 1914 à deux poches de poitrine, toujours dépourvue de poches de ceinture. En place des bandes molletières, subsistent encore les petites guêtres en cuir de la mobilisation. Dépourvu de musette et de bidon, ses cartouchières bien remplies pesant au ceinturon, ce soldat qui a mis baïonnette au canon et jugulaire au menton semble en tenue de garde.
p Cette épaulière Adrian, réalisée en drap bleu clair sur le dessus et en drap garance sur le dessous, est le modèle type des premières productions. La curieuse pièce d’uniforme emprisonne des lamelles d’acier entre plusieurs couches de drap. Son port est si inconfortable, que ce dispositif, sensé améliorer la protection des épaules du soldat, sera rapidement abandonné pour rejoindre le fatras des multiples inventions inutiles produites par la guerre. Les poilus eux-mêmes se sont débarrassés de cet impopulaire accessoire qui, malgré une production effarante de près de 6 millions d’unités, a presque été totalement détruit. Cette épaulière constitue un des très rares exemplaires parvenus jusqu’à nous. (Collections du Musée du Service de Santé des Armées) u En 1916, la pelle-pioche Seurre modèle 1909 tend à supplanter la pelle-bêche. L’outil se transporte démonté, ses deux éléments rassemblés par un petit étui de cuir muni d’une sangle et d’une boucle à ardillon. Le manche est retenu à sa base par un crochet métallique semblable à ceux des bretelles de suspension. p Ce pantalon-culotte est une des versions qui découlent du modèle défini en décembre 1914. En renfort, un carré de drap double l’épaisseur du tissu à l’emplacement des genoux. L’effet présenté ici est dépourvu du passepoil jonquille qui, théoriquement, caractérise les culottes de l’infanterie depuis avril 1915. Cette caractéristique, assez fréquente dans les confections de guerre et sans doute dû à l’impératif d’une production rapide, permet finalement d’obtenir un effet compatible à toutes les armes. (Collections du musée de la Targette, Pas-de-Calais) u Les bandes molletières droites, taillées dans un drap de nuance bleu foncé, se rencontrent encore parmi les fantassins entièrement vêtus de bleu horizon et ne seront souvent remplacées qu’à usure complète. (Collections du musée de la Targette, Pas-de-Calais) t Brodequin modèle 1912 modifié 1915. Cette modification, officialisée en avril 1915, porte sur le talon, désormais clouté, et sur le rajout de deux soufflets de cuir de chaque côtés de la languette. Pour prévenir une usure trop rapide et garantir une meilleure étanchéité, ces améliorations caractérisent les brodequins qui pataugeront dans l’horrible bourbier de Verdun. (Collections du musée de la Targette, Pas-de-Calais) COLLECTION | UNIFORMES 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 1Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 2-3Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 4-5Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 6-7Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 8-9Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 10-11Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 12-13Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 14-15Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 16-17Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 18-19Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 20-21Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 22-23Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 24-25Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 26-27Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 28-29Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 30-31Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 32-33Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 34-35Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 36-37Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 38-39Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 40-41Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 42-43Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 44-45Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 46-47Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 48-49Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 50-51Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 52-53Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 54-55Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 56-57Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 58-59Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 60-61Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 62-63Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 64-65Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 66-67Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 68-69Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 70-71Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 72-73Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 74-75Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 76-77Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 78-79Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 80-81Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 82-83Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 84-85Uniformes numéro 265 jui/aoû 2009 Page 86