Uniformes n°263 mar/avr 2009
Uniformes n°263 mar/avr 2009
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°263 de mar/avr 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 70,5 Mo

  • Dans ce numéro : Bastogne 1944... reconstitution de la bataille des Ardennes.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
Les pattes d’épaule de la Kavallerie de l’armée allemande 1933-1945 1 re partie, les unités équestres [Texte et photos : Jacques Scipion] Traditionnellement, dans l’ancienne armée allemande à partir du XVIIe siècle, les missions de reconnaissance étaient dévolues à des unités de cavalerie légères et rapides. A cette époque, l’entretien d’un cheval coûte cher et demande de nombreux soins pour rester opérationnel. Après le Traité de Versailles en 1919, la nouvelle armée de la République de Weimar, la « Reichwehr », est autorisée à avoir un maximum de 100.000 hommes. Elle dispose dans ses rangs de 18 régiments montés qui plus tard seront 48 - La Gazette des Uniformes regroupés au sein de 3 divisions de cavalerie ; le reste de l’armée est composé de 7 divisions d’infanterie. A la veille de la Campagne de Pologne, 4 « Leichte Divisionen » (divisions blindées légères) à base d’ex-unités de cavalerie reconver- 1 2 3 4 1. Patte d’épaule à bout rond de Reiter (cavalier) de la Reichwehr fabriquée au début des années 30 pour la capote, avec le monogramme « KS » de la Kavallerie-Schule (Ecole de Cavalerie) à la couleur d’arme. Modèle à rabat, confectionné en moleskine, pour capote. 2. modèle à bout rond de la Reichwehr de cavalier du 10 Kavallerie-Regiment, là encore en moleskine ; notez que le jaune du N°10 tire plus sur la nuance citron que jaune d’or. 3. Patte d’épaule vert- foncé pointue de troupe, du 10 KavAbt. 4. Version pointue pour sous-officier du 1.Reiter-Abt, ou, 1.Kavallerie-Abt. Seule l’observation attentive des coins de col de ce feldwebel permette d’identifier l’Arme. Portrait de l’Oberführer HermannFegelein, ex-commandant de la 8.SS Kavalerie Division « Florian Geyer ». A cette époque il sert au GQG du führer à Berlin ou Rastenburg en Prusse Orientale. ties et motorisées sont prêtes au combat. Seule pour l’instant reste très majoritairement hippomobile la 1. Kavallerie- Division. La Kavallerie de la Heer Durant la Campagne de Pologne, les Allemands ont engagé la 1.Kavallerie-Brigade formée des Reiter-Regimenten N°1 et 2. C’est seulement le 7 décembre 1939 que le renfort de la Reiter-Brigade 2 avec ses Kavallerie-Regimenten N°21 et 22 permet la création effective de la 1.Kavallerie-Division. Elle reçoit en plus le renfort d’un bataillon de reconnaissance motorisé disposant de 21 blindés légers et automitrailleuses (A-A 1), plus 9 side-cars, et un bataillon de cyclistes. En mai-juin 1940, lors de la Bataille de France, cette division participe aux combats avec ses chevaux ; partant d’Aix- la –Chapelle, elle envahit la Hollande Orientale et termine dans la région de Royan- La Rochelle le
1 2 1. Patte d’épaule pointue de sousofficier (Unterfeldwebel) à fond « feldgrau » , fabriquée en 1935. 2. Patte d’épaule vert-fonçé de Reiter à bout rond, il s’agit d’une fabrication datant de la première moitié de 1940. 23 juin ; soit en combattant un périple de plus de 2000 kilomètres. Elle continuera sous cette forme équestre sur le Front de l’Est, menant très vite de durs combats jusqu’au 5 novembre 1941, date à laquelle elle est transformée en 24e Panzer-Division, mais qui, par exception, garde pour ses hommes la couleur d’Arme jaune d’or, aussi bien que pour les tankistes que pour les fantassins appartenant aux Panzer-Grenadier- Regimenten 21 et 26. Il est étrange de constater que la Heer se prive juste à ce moment de sa seule division de cavalerie, alors qu’en face, l’Armée Rouge en aligne 83 en cette fin de 1941. Ces dernières sont alors très utiles dans cette période de « raspoutitza » (boue) et de neige qui commence à paralyser les Allemands sur le Front de l’Est. Il ne faut pas perdre de vue qu’à cette époque, malgré les films de propagande qui tentent de faire croire que toute la Wehrmacht est motorisée, il y a des centaines de milliers de chevaux en service. Dans la réalité, seules une quinzaine de divisions sont totalement motorisées ; comme celles qui se battent dans le désert de Libye. Par exemple, le 1er septembre 1939, l’armée allemande dispose de 2.740.000 hommes, 514.000 chevaux, 183.000 véhicules à moteur, et 94.000 motocyclettes. Plus de 60% des canons de l’artillerie allemandes sont tirés par des chevaux. Dans la Wehrmacht, un Infanterie- Campagne de Pologne. 5./Reiter Rgt 2, on remarque que des pattes d’épaules pointues nues sont encore portées. Au second plan se tient un Wachtmeister. Regiment dispose alors théoriquement de 3.000 hommes, 640 chevaux, 55 véhicules à moteur, 45 motos. L’épreuve du feu montre clairement le besoin d’unités à cheval principalement sur le Front de l’Est et en Yougoslavie pour contrer efficacement les actions des partisans qui se déplacent principalement à pieds, mais qui se multiplient dangereusement. La Heer et la Waffen-SS remettent donc sur pied dès l’été 1941 des brigades de cavalerie. Cel- les de la Heer, les N°3 et 4 ont un caractère officieux car les effectifs sont principalement composés d’exprisonniers cosaques dont les peuples ont été martyrisés par Staline ; l’encadrement est allemand. La Kavallerie de la Waffen–SS. Dès le milieu des années 1930, la SS qui se veut l’élite du régime nazi se préoccupe d’avoir des unités de cavalerie armée indépendantes de la Heer. 1 2 3 4 1. Patte d’épaule à bout rond, de couleur de fond vert-fonçé pour tenue de sortie.Le galon fermé est en fils d’aluminium de nuance argentbrillant ; il indique le grade d’« Unterfeldwebel », cet exemplaire est muni d’un rabat. Le N°9 en métal pressé argenté de grande taille. 2. Patte d’épaule cousue à l’emmanchure d’« Hauptwachmeister », version de luxe pour waffenrock du 3. Ritter-Rgt. Fabrication d’un tailleur. 3. Modèle de troupe de couleur « feldgrau », distribué à partir de maijuin 1940. Un rabat cousu en-dessous rend la piéce amovible. 4. Patte d’épaule d’Unterfeldwebel du Régiment « Nord), avec galon de sous-officier en rayonne grise « basse-visibilité » adopté en 1940. Il s’agit de la tête de mort prussienne de tradition des Hussards. Les pattes d’épaule (Génie) 1933-1945 - 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 1Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 2-3Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 4-5Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 6-7Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 8-9Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 10-11Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 12-13Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 14-15Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 16-17Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 18-19Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 20-21Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 22-23Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 24-25Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 26-27Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 28-29Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 30-31Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 32-33Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 34-35Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 36-37Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 38-39Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 40-41Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 42-43Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 44-45Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 46-47Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 48-49Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 50-51Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 52-53Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 54-55Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 56-57Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 58-59Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 60-61Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 62-63Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 64-65Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 66-67Uniformes numéro 263 mar/avr 2009 Page 68