Uniformes n°261 nov/déc 2008
Uniformes n°261 nov/déc 2008
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°261 de nov/déc 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 63,5 Mo

  • Dans ce numéro : le para du 18e R.C.P. en Algérie - 1956.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Trois fantassins polonais en vareuse et culotte modèle 1919. L’homme debout et celui de droite portent une coiffe avec l’aigle de l’armée de Grande-Pologne et le galon de 1ère classe. A gauche le caporal a passé des jambières en cuir, le grade est visible sous l’aigle wz.19. Les casquettes sont de confections diverses. LES PROBLEMES FRONTALIERS Après l’indépendance proclamée le 3 novembre 1918, le général Pilsudski devient le président de la République Polonaise et chef des Armées le 11 novembre, jour de l’Armistice. Le nouveau pays comprend la Pologne du Congrès de Vienne de 1815 et la Galicie occidentale cédée par l’Autriche. Sitôt la Pologne restituée, l’Allemagne et la Russie ne reconnaissent pas ses frontières. La guerre va se prolonger contre les Allemands qui occupent encore la Pologne occidentale, contre les Bolcheviki qui marchent sur Varsovie et contre les Ukrainiens sur les terres desquels les Polonais ont des prétentions. La Tchécoslovaquie conteste aussi les découpages territoriaux et occupe au sud la région industrielle de Teschen revendiquée par la Pologne. Le Traité de Versailles du 28 juin 1919 agrandit le territoire national à l’ouest en lui attribuant la Poznanie, la Haute-Silésie et surtout une partie importante de la Prusse Occidentale formant le « Couloir de Dantzig » afin de lui donner un accès sur la Mer Baltique. Pour fixer les frontières à l’est, les 46 - La Gazette des Uniformes Le fantassin polonais De 1919 [Texte : Daniel Blanchard – Photos : Frédéric Coune] La guerre des frontières entre la Pologne et les Etats voisins de 1918 à 1921, prolongement de la 1ère Grande Mondiale, voit la mise en service d’un uniforme national créé selon le règlement de 1919 pour équiper la jeune armée polonaise. Alliés établissent en 1919 la Ligne Curzon séparant les nationalités du nord au sud. La Pologne récupère alors des r é g i on s en Russie et en Ukraine. Ce tracé est cependant rejeté par tous les pays limitrophes. En effet, les populations sont très mélangées dans ces territoires où les Polonais sont parfois minoritaires. Casque Adrian 15 d’artilleur du modèle « polonais » reconditionné : une peinture kaki vert est passée, les deux encoches de la rondache ont été rebouchées, l’attribut frontal d’aigle militaire argenté modèle 19 muni d’une vis et d’une molette, est fixé à l’aide d’un trou ménagé dans la bombe ceinte d’un bandeau de couleur verte propre à l’artillerie ; quatre rivets maintiennent le cerclage intérieur en aluminium de la coiffe en cuir épais. UNE ARMEE HETEROGENE Une fois le nouvel Etat fondé, une des tâches essentielles consiste à créer une armée nationale pour défendre et renforcer l’intégrité du territoire. Les diverses unités polonaises levées à l’étranger rentrent en Pologne fin 1918 et début 1919. Ensuite des troupes sont enrôlées par l’établissement de la conscription et l’appel de volontaires. Toutes ces formations constituent alors la Wojsko Polskie (les initiales « WP » en abrégée), l’armée polonaise. De 100 000 hommes fin 1918, les effectifs de l’armée polonaise passent à 240 000 en avril 1919 et parviennent à un million en octobre 1920.
A cause de la division du pays pendant la guerre de 14-18, les Polonais ont combattu dans les rangs de la plupart des belligérants. Se côtoient ainsi concurremment les uniformes : français bleu horizon de l’armée Haller (*), autrichien Hechtgrau des Légions Polonaises, russe kaki du Corps Polonais organisé en 1917, gris prussien de l’Armée de la Grande Pologne créée fin 1918 à Poznañ, brun kaki des Volontaires d’Amérique, gris-vert des Volontaires en Italie, Feldgrau de l’armée gouvernementale de Varsovie habillée en 1919 à l’aide des stocks pris au Reich. Pour les détachements des quelques 100 000 nouveaux volontaires et dizaines de milliers de conscrits, il est désormais nécessaire de créer une tenue nationale. LA GUERRE RUSSO-POLONAISE La RKKA, l’Armée Rouge des Ouvriers et Paysans, est constituée le 15 janvier 1918. Ses effectifs d’1,6 million soldats au printemps 1919, atteignent 5,5 millions au milieu de 1920. Après l’invasion de l’Ukraine de l’Est par les Bolchéviques en novembre 1919, Petlioura, chef du gouvernement anti-communiste, se réfugie en Pologne avec son armée de 13 000 fantassins, 2 000 cavaliers et 60 canons, et demande l’aide de Pilsudski. La vareuse en drap brun kaki wz.19 comprend un col droit rabattu type aiglon fermant avec deux crochets, des épaulettes et deux poches de hanche non apparentes avec de simples pattes cousues en biais sur la jupe et une fente dans le dos ; la veste et les poches ferment par de gros boutons en métal estampés de l’aigle national ; un bouton est employé au bas de chaque manche ainsi qu’un petit modèle aux épaulettes ; les pattes de collet noires indiquent l’arme du génie ; un élégant zigzag en « L » d’épaisseur et de matériau variables, est brodé ici en fil de cannetille argenté ; la doublure intérieure est en satinette verdâtre et celle des manches en toile écrue rayée de bandes noires ; l’insigne de l’Organisation Nationale des Sports est fixé sur le haut de la poitrine droite. Pour anticiper la menace russe, ce dernier marche en Ukraine le 25 avril 1920 avec 8 divisions d’infanterie, 4 brigades de cavalerie, 2 divisions d’infanterie et une brigade de cavalerie ukrainiennes au nord. Appuyé au sud par les 8 divisions d’infanterie et la brigade de cavalerie du général Sikorski, Pilsudski s’élance dans de gigantesques charges sur les immenses plaines de l’est. En pleine débandade, les 25 divisions d’infanterie et la division de cavalerie bolchevique sont repoussées au-delà du Dniepr et Kiev est prise le 8 mai 1920. Profitant du vide créé au nord, les troupes du général Zaligowski s’emparent de la Polésie en Biélorussie et de la province de Vilnius – rebaptisée Wilno - en Lituanie. Le rêve expansionniste de restituer la « Grande Pologne » de Minsk à Kiev est enfin réalisé. Autoproclamé maréchal de Pologne, Pilsudski retourne à Varsovie, laissant l’armée sans instructions. La cavalerie russe de Boudienny contre-attaque d’une manière fulgurante, bouscule les lignes polonaises et occupe Kiev le 26 juin. Le plan de Kamenev, commandant en chef de l’Armée Rouge, projette de contourner Varsovie par le nord pour encercler et anéantir les Polonais, d’y installer un régime communiste, puis d’aider la révolution en Allemagne. Pour son offensive début juillet, Toukhatchevski perce au nord sur l’axe Minsk-Varsovie avec 126 000 hommes et 600 canons, protégé au sud sur l’axe Kiev-Lublin par Yegorov et le commissaire Staline avec une armée d’infanterie et par Boudienny avec son armée de cavalerie, soit au total 53 000 hommes et 210 canons. Les Polonais organisent la défense de Varsovie avec le général Haller et trois armées (76 000 hommes, 315 canons, 17 chars et 50 avions), de Lublin au centre avec Pilsudski et deux armées (60 000 hommes, 275 canons, 13 chars, 55 avions), de Lwow au sud avec l’armée d’Iwaszkiewicz (29 000 hommes dont 11 000 Ukrainiens, 130 canons, 25 avions). 83 chars et 6 avions sont placés en réserve. Toukhatchevski progresse sur 500 kilomètres, atteint les faubourgs de Varsovie sur la Vistule. Portrait de soldat polonais en grande tenue comprenant czapka à visière et jugulaires noires et aigle wz.19, vareuse wz.19 avec pattes de collet à zigzag fait d’un simple galon, épaulettes avec numéro régimentaire en métal, cordelière à l’épaule, insignes de l’Organisation Nationale des Sport sur la poitrine et de l’Association Nationale des Tireurs sur le côté, ceinturon wz.19. Le fantassin polonais de 1919 - 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 1Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 2-3Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 4-5Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 6-7Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 8-9Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 10-11Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 12-13Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 14-15Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 16-17Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 18-19Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 20-21Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 22-23Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 24-25Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 26-27Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 28-29Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 30-31Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 32-33Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 34-35Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 36-37Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 38-39Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 40-41Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 42-43Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 44-45Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 46-47Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 48-49Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 50-51Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 52-53Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 54-55Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 56-57Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 58-59Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 60-61Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 62-63Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 64-65Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 66-67Uniformes numéro 261 nov/déc 2008 Page 68