Uniformes n°258 mai/jun 2008
Uniformes n°258 mai/jun 2008
  • Prix facial : 6,20 €

  • Parution : n°258 de mai/jun 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 60,4 Mo

  • Dans ce numéro : le 5e Régiment d'automitrailleuses... bataille de Meuse, mai 1940.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
Médaille coloniale avec agrafe Madagascar. Autre photo prise au cours des mêmes manœuvres de septembre 1902, juste après le déjeuner pris dans la cabane en arrière plan, le service étant assuré par le domestique malgache au centre. Le cadre n’est pas le même que dans un mess d’officier de métropole… 2000 hommes. L’ennemi évacue alors la position d’Ambadimonti où il s’était retranché. Ce combat est connu sous le nom de bataille de Manonga. Pour ces faits d’armes, le lieutenant-colonel Pardes est cité à l’ordre du corps expéditionnaire de Madagascar. Le peintre Louis Tinayre (1861 1942), également dessinateur pour le Monde Illustré, suivait la campagne de Madagascar attaché à l’état -major du général Duchesne. En mars 1896 il expose au palais de l’industrie des dessins faits au cours de l’expédition et huit dioramas représentant les principaux épisodes de la campagne. Ces dioramas seront ensuite exposés à l’exposition universelle de 1900. L’un des dioramas représente la bataille de Manonga. Aujourd’hui ce tableau se trouve à la mairie d’Issoire (Puy de Dôme). 48 - La Gazette des Uniformes La fin à Madagascar A son retour en France à l’été 1895 le lieutenant colonel Pardes est affecté au 6 ème régiment d’infanterie de marine puis à nouveau au 4 ème. Il repart en 1898 au 13 è me régiment Photo (malheureusement d’infanterie de marine à Madagascar. de mauvaise qualité) prise au cours des manoeuvres de Nommé colonel en septembre 1902. Le colonel Pardes est au centre. 1899, il commande le La tenue est assez éloignée 13 ème régiment d’infanterie de marine du règlement ! puis retourne en France en 1900 pour commander le 6 ème régiment d’infanterie de marine puis le 7 ème. En 1902, il repart à Madagascar pour prendre le commandement du 15 ème régiment d’infanterie coloniale. A peine arrivé en septembre 1902, il participe à des manœuvres au cours desquelles il boit de l’eau à une source qui le rend malade. Le lieutenant-colonel Pardes en 1899. Il porte la croix d’officier de la Légion d’honneur, les médailles du Tonkin et de la deuxième expédition de Madagascar, la médaille coloniale avec agrafe Algérie. Le lieutenant-colonel Pardes en 1895. Il porte la croix de chevalier de la Légion d’honneur, la médaille coloniale avec son agrafe Algérie, la médaille du Tonkin, les croix d’officier de l’ordre du Dragon d’Annam et de l’ordre royal du Cambodge. Au bout de deux mois de maladie, il décède le 6 décembre 1902 à Diégo Suarez. Le général Joffre préside les obsèques, le colonel est enterré au cimetière de Cap Diégo. La tombe existe toujours, malheureusement ce cimetière est aujourd’hui complètement abandonné. Le colonel s’était marié à Bordeaux en 1896 avec mademoiselle de Peros Mandis et avait eu un fils et une fille, qui n’ont pas eu de descendance. Les décorations Les décorations du colonel Pardes, dans l’ordre d’obtention (année indiquée entre parenthèses). - Médaille commémorative du Croix d’officier de l’ordre du Dragon d’Annam.
Tonkin (1886), modèle mer (c’est à dire avec le nom de la bataille de Cau Giai placé en tête des noms de batailles au revers). - Chevalier de l’ordre royal du Cambodge (1887). - Chevalier de l’ordre du Dragon d’Annam (1887). - Chevalier de la Légion d’honneur (1891). - Officier de l’ordre royal du Cambodge (1891). - Officier de l’ordre du Dragon d’Annam (1891). - Médaille coloniale avec agrafe Algérie (1895). Il reçoit cette médaille deux ans après sa création, mais 15 ans après son départ d’Algérie. - Médaille commémorative de la deuxième expédition de Madagascar (1896). - Officier de la Légion d’Honneur (1896). - Médaille coloniale avec agrafe Madagascar (1899). - Commandeur de l’ordre royal d’Anjouan (1900). Le colonel a reçu cette décoration sans obtenir au préalable les grades de chevalier et d’officier. Cette possibilité existe pour des officiers supérieurs ayant témoigné de grands mérites. Les décorations ont été trouvées dans une boite qui n’a probablement presque jamais été ouverte depuis le décès du colonel. Cela Croix de commandeur de l’ordre royal d’Anjouan. permet d’obtenir quelques informations intéressantes. La boite contenait : − deux insignes de chevalier de la Légion d’Honneur en argent, deux insignes d’officier, un en argent, un en or. − un insigne d'officier de l'ordre royal du Cambodge et un insigne d'officier de l'ordre du Dragon d'Annam. Pas d'insigne de chevalier. Les insignes de chevalier ont-ils été réutilisés en ajoutant simplement un ruban à rosette ? − deux médailles coloniales, une avec agrafe Algérie et une avec agrafe Madagascar. Les deux agrafes sont du modèle à clapet. On retrouve sur chacun des deux diplômes la trace de la médaille qui y était fixée. Le colonel n’a probablement jamais porté de médaille coloniale avec deux agrafes. − un insigne de commandeur de l'ordre royal d'Anjouan. − les médailles commémoratives du Tonkin et de la campagne de Madagascar (cette dernière avec son agrafe spéciale « 1895 »). Croix d’officier de l’ordre royal du Cambodge. Diplôme de la médaille coloniale avec la médaille à l’emplacement où elle était agrafée. Les médailles sont en bon état, mais présentent des traces de petits chocs, plus particulièrement sur les Légion d’honneur. Cela révèle qu’elles étaient portées de manière assez fréquente. A noter que la boite contenait aussi une médaille commémorative de 1870, à laquelle le colonel Pardes aurait eu droit, mais qui a été créée bien après sa mort (1911). Ses descendants avaient-ils voulu conserver toutes les décorations auxquelles il avait droit ? Ces décorations ainsi que tous les documents ont été pieusement conservés par la famille ce qui permet ainsi de rendre cet hommage au colonel Pardes. Remerciements Jocelyne Barroux et Huguette Tesseyre (famille de Peros Mandis). Colonel Pierre Le Jeannic (Anciens combattants de Madagascar). François Frankel (Consul de France à Diégo Suarez). Robert Soulié (adjoint au maire de Prayssac. Sources François Robichon : « l’armée française vue par les peintres ». H. Galli : « la guerre à Madagascar ». La carrière et les décorations d’un grand colonial - 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 1Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 2-3Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 4-5Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 6-7Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 8-9Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 10-11Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 12-13Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 14-15Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 16-17Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 18-19Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 20-21Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 22-23Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 24-25Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 26-27Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 28-29Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 30-31Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 32-33Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 34-35Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 36-37Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 38-39Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 40-41Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 42-43Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 44-45Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 46-47Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 48-49Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 50-51Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 52-53Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 54-55Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 56-57Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 58-59Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 60-61Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 62-63Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 64-65Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 66-67Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 68