Uniformes n°258 mai/jun 2008
Uniformes n°258 mai/jun 2008
  • Prix facial : 6,20 €

  • Parution : n°258 de mai/jun 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 60,4 Mo

  • Dans ce numéro : le 5e Régiment d'automitrailleuses... bataille de Meuse, mai 1940.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
La carrière et les décorations d’un grand colonial : le colonel Pierre Pardes (1850-1902) [Texte et photos : Laurent Teitgen] Le colonel Pardes est l’un de ces soldats qui ont construit l’empire colonial de la France au XIX ème siècle. Il est cependant bien oublié aujourd’hui, seule existe une rue qui porte son nom dans sa ville natale (Prayssac dans le Lot). Les hasards d’une succession ont permis de retrouver une partie des papiers et de la correspondance du colonel ainsi que ses décorations et leurs diplômes. Ces documents ont été le point de départ d’une recherche qui permet de rappeler la carrière d’un grand soldat. Une carrière qui commence par la guerre de 1870… Pierre Pardes est né le 9 janvier 1850 à Prayssac. Il entre à l’Ecole spéciale militaire de Saint Cyr en 1869 et en sort sous-lieutenant en 1870. Affecté au 89 ème régiment d’infanterie de ligne, il est bloqué à Paris pendant le siège. Il participe aux combats de La Malmaison le 21 octobre 1870 au cours desquels il est blessé au pied. Après la capitulation il fait partie de l’armée de Versailles. Lettre de nomination au grade de sous-lieutenant datée du 14 août 1870. On remarque que les mots « le Maréchal de France » ont été rayés : le ministre de la guerre est en effet le général Cousin de Montauban depuis le 10 août. Son prédéces- seur, le Maréchal Leboeuf, a été nommé Major géné- ral de l’Armée du Rhin. 46 - La Gazette des Uniformes Il est ensuite affecté successivement dans plusieurs régiments d’infanterie en France métropoli- taine (139 ème, 99 ème, 14 ème et 125 ème), il est nommé lieutenant en 1873. Le chef de bataillon Pardes de l’infanterie de marine (ancres au col et sur le képi) entre 1891 et 1895. Il porte comme seule décoration l’insigne de chevalier de la Légion d’honneur. Croix d’officier de la Légion d’honneur en argent
Médaille de la deuxième campagne de Madagascar Médaille du Tonkin Scène de la bataille de Antanamitarana conduite par le commandant Pardes à la tête de tirailleurs sakalaves le 18 février 1895. Ce dessin de Bombled est extrait de l’ouvrage « la guerre à Madagascar, histoire anecdotique des expéditions françaises de 1885 à 1895 » par H. Galli qui reste un ouvrage de référence sur le sujet. En 1878 il part au 3 ème régiment de zouaves en Algérie. L’Algérie est alors en paix et pendant deux ans le lieutenant Pardes mène une vie de garnison à Constantine sans avoir l’occasion de combattre. En 1880, il devient capitaine et retourne en France au 19 ème bataillon de chasseurs à pied. Il part au Tonkin en 1885 dans le corps de l’infanterie de marine, au 3 è me régiment de tirailleurs tonkinois. A cette époque le voyage en bateau entre la France et le Tonkin dure deux mois ! En 1884, la France vient juste de fixer le régime du protectorat de l’Annam et du Tonkin et achève de chasser du Tonkin les Chinois et les Pavillons Noirs. La paix avec la Chine est signée en 1885 avec le traité de Tien Tsin. Le capitaine Pardes participe à quelques opérations de pacification. Il reste deux ans au Tonkin, puis en 1888 il rejoint le 4 ème régiment d’infanterie de marine à Toulon. En 1889, il est nommé chef de bataillon et retourne au Tonkin au 10 ème régiment de tirailleurs tonkinois puis au 2 ème régiment de marche du Tonkin et enfin au 9 ème régiment d’infanterie de marine. Ce deuxième séjour au Tonkin dure à nouveau deux ans, il retourne ensuite à nouveau au 4 ème régiment d’infanterie de marine à Toulon en 1891. En 1893 le chef de bataillon Pardes part à Madagascar au régiment de tirailleurs malgaches basé à Diego Suarez. Il participe à plusieurs opérations menées contre les Hovas, en particulier à la bataille de Antanamitarana. En 1895, il devient lieutenant-colonel. Les faits d’armes de mai 1895 Ces faits d’arme se déroulent dans le cadre de la deuxième campagne de Madagascar. En 1885, les Hovas avaient été contraints de signer un traité qui plaçait l’île toute entière sous le protectorat de la France. Le traité n’étant pas observé, les Hovas refusant l’autorité de la France, une expédition fut décidée. Elle commença en février 1895 par le débarquement du corps expéditionnaire et se termina par la prise de Tananarive en octobre, puis un nouveau traité de protectorat fut signé avec la reine Ranavalona. Le 2 mai 1895 le régiment de tirailleurs malgaches du lieutenantcolonel Pardes s’empare de plusieurs retranchements établis par les Hovas, ce qui permet la prise de Marogoay. Le 15 mai, le lieutenant-colonel part à la tête de deux compagnies et demie de tirailleurs malgaches et d’une compagnie de tirailleurs algériens et culbute à la baïonnette un fort parti Hova de Le tableau de Louis Tinayre. Le colonel Pardes est en haut à gauche, à cheval. On note au milieu un officier Hova en tenue rouge à l’anglaise. La carrière et les décorations d’un grand colonial - 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 1Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 2-3Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 4-5Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 6-7Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 8-9Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 10-11Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 12-13Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 14-15Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 16-17Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 18-19Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 20-21Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 22-23Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 24-25Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 26-27Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 28-29Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 30-31Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 32-33Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 34-35Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 36-37Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 38-39Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 40-41Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 42-43Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 44-45Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 46-47Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 48-49Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 50-51Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 52-53Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 54-55Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 56-57Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 58-59Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 60-61Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 62-63Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 64-65Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 66-67Uniformes numéro 258 mai/jun 2008 Page 68