Uniformes n°257 mar/avr 2008
Uniformes n°257 mar/avr 2008
  • Prix facial : 6,20 €

  • Parution : n°257 de mar/avr 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 74,7 Mo

  • Dans ce numéro : le sous-officier de la Leibstandarte... Hongrie 1945.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
[REVUE DE DÉTAIL] Infanterie-Division ; la 211. Volksgrenadier-Division ; ainsi que le I. SS-Panzerkorps, rassemblant la « LAH » et la « Hitlerjugend » ; les Kampfgruppen Hupe et Staubwasser et la 711. Infanterie-Division. L’opération est un succès car les Soviétiques n’ont dans ce secteur que 7 divisions de fusiliers et une brigade blindée indépendante. Les Allemands ayant percé partout, Wöhler crut à la possibilité d’une reprise de l’offensive entre le lac Balaton et le Danube, d’autant que dès le 21 février il s’était entretenu avec les généraux Balck (6. Armee) et Dietrich (6. Panzer-Armée (1)) qui venait de rejoindre le secteur, dans cette perspective. Hitler, même s’il se montra inquiet, approuva le 25 février la décision de Wöhler de lancer ses forces, notamment la 6. Panzer-Armee de Dietrich, dans une attaque depuis le sud en direction de Budapest pour tenter la reprise de la ville et établir des têtes de pont propices à la protection des champs pétrolifères hongrois. Pour le Führer, l’occasion était inespérée de pouvoir « allumer une flambée qui serait vue du monde entier » et de remporter une victoire de prestige. L’opération fut baptisée « Frühlingserwachen » (réveil du printemps). L’affaire des bandes de manches Après l’échec de la tentative de l’armée de Dietrich de barrer la 22 - La Gazette des Uniformes Véhicules semi-chenillés d’une unité SS non identifiée sur le front de l’Est. Les conditions climatiques sont très défavorables, pluie, boue, neige et glace se disputent le terrain, obligeant les grenadiers à revêtir les effets les mieux adaptés. Sur la droite du cliché, un homme se tient debout, appuyé sur le Sd. Kfz. 10 1 ton Demag, il porte la parka fourrée du premier type, dont le boutonnage s’interrompt à hauteur de la taille. (DR) route de Vienne aux Soviétiques qui alignent soixante divisions, Hitler, furieux que les divisions SS (LSSAH, Das Reich, Totenkopf et Hohenstaufen) n’aient pas réussi à accomplir la mission qui leur était impartie, et pour cause, ordonna que soient ôtées les bandes de manches de leurs uniformes. Cet ordre parvint au PC de Dietrich le 27 mars. Jugé infâmant par les officiers présents et leur chef, il ne fut jamais transmis à la troupe. Et cela, d’autant plus facilement que les bandes de manches, par souci de (1) Deviendra la 6. SS-Panzer-Armee début avril 1945. camouflage avaient déjà été enlevées avant le transfert des troupes SS en Hongrie (témoignage de l’Ostubaf. Hubert Meyer). Il est intéressant à rappeler que c’est Hitler lui-même qui avait dicté les consignes quant à l’absolue discrétion qui devait présider à la mise en place des unités chargées de l’opération Frühlingserwachen. Notamment ce point précis : quiconque aurait connaissance de leur présence en Hongrie devait, sous peine de mort, garder le secret. Une bande de manche sur un uniforme aurait donc fourni aux services de renseignement soviétiques une panneau indicateur de tout premier ordre ! Frühlingserwachen Pour permettre le déclenchement de l’opération fixée au 6 mars, les forces qui doivent y prendre part regagnent leurs bases de départ. L’objectif initial de la 6. Panzer- Arme de SeppDietrich est d’attaquer avec le I. Kavallerie-Korps à cheval sur le canal de Sarviz en direction de Simontornya puis de Szekszard. C’est le II. SS-Panzerkorps qui est chargé de l’attaque à l’est du canal de Sarviz. L’Armeegruppe du General der Panzertruppen HermannBalck, constitué des 2. et 6. Armee, devra pour sa part pousser depuis Székesfehervar vers Intéressante photographie d’archives sur laquelle l’homme de droite porte une parka fourrée à ouverture complète. Le mortier est un Granatwerfer 34 de 8 cm.
MAGAZINTASCHE K 43 (2) Fabriqué en forte toile enduite, sorte d’épaisse toile cirée, dont la teinte est invariablement sable sur tous les exemplaires de ce type observés (3), le porte-chargeurs est prévu pour contenir deux chargeurs du fusil semi-automatique G 43, puis K 43 (Karabiner 43). Il existe de très nombreuses fabrications de guerre, mais également d’autres qui sont postérieures au conflit, car le K 43 est entré en dotation dans plusieurs armées des pays de l’Est, notamment la Tchécoslovaquie et la RDA. Il faut retenir, pour ajouter à la difficulté, que les bonnes fabrications ont fait appel au cuir, noir ou fauve ; à la toile verte ou sable ; au cuir artificiel noir et à cette sorte d’épaisse toile cirée dans laquelle est réalisé l’exemplaire de notre étude. Les languettes de fermeture sont en cuir naturel, le nord-est en direction du Danube et de Budapest. Les conditions météorologiques en cette fin d’hiver étaient désastreuses ; pluie et boue remplaçaient neige et glace. Cette pluie incessante faisait sortir de leur lit les rivières et inondait la plaine, rendant tout déplacement de véhicule, hors des routes, impossible. Sur cette photo d’archives prise au cours de l’hiver 1944-1945, l’homme au premier plan est doté du portechargeurs de G43 du même modèle que celui présenté dans notre étude. Le positionnement de l’unique portechargeurs à gauche au ceinturon est conforme au règlement. (DR) Même les chenillés et semi-chenillés avaient toutes les peines du monde à progresser. Une telle situation augurait bien mal des chances de réussite de Frühlingserwachen. Pour ajouter à la difficulté, les Russes, malgré les précautions prises par les Allemands, eurent sans doute vent très tôt de la préparation de cette opération et différèrent leur offensive en direction de Vienne, afin de faire basculer leurs forces vers la zone d’attaque allemande ; notamment la 6 e armée blindée de la Garde qui vint rejoindre les 4 e et 9 e armées de la Garde qui occupaient une bonne position au sud-ouest de Budapest. Les 26 e et 27 e armées occupaient quant à elles le secteur entre le lac Balaton et le Danube profond d’une soixantaine de kilomètres. Là, un réseau de tranchées extrêmement rapprochées, protégé par des champs de Composition de la 6.Panzer-Armee en janvier 1945 I. SS-Panzerkorps 1. SS-Pz-D « LAH » ; 12. SS-Pz-D « Hitlerjugend » II. SS-Panzerkorps 2. SS-Pz-D « Das Reich » ; 9. SS-Pz-D « Hohenstaufen » et 560. I-D LXVI. Armeekorps 62. I-D et 18. I-D Réserve 12. I-D tout comme le sont les passants et les rondelles de retenue des tétons métalliques. Au revers, les deux passants sont en coton filé noir, mais il existe également sur ce même modèle des passants en cuir noir ou fauve. Le code du fabricant fuq (Curt Vogel Lederwarenwerk, Cottbus Brandenburg) et l’année 1945 sont tamponnés à l’encre blanche sur l’un des passants en toile. Le deuxième passant comporte le cachet du Waffenamt, illisible, mais qui devrait être en principe WaA14. Autres parties en cuir naturel, les côtés des rabats de fermeture et la retenue du dé de suspension qui est rivetée. (2) La première appellation fut : Magazintasche G43 (3) Il a été fait mention par certains auteurs de l’existence d’un modèle gris bleu (Luftwaffe ?) étant réputé authentique. Nous n’avons pour notre part pas pu examiner ce modèle. mines et des batteries de canons antichars fut établi en toute hâte. L’artillerie lourde fut également dépêchée et prit position. Le General der Infanterie Otto Wöhler (1894 -1987) chef du Heeresgruppe Süd depuis le 28 décembre 1944, conscient des difficultés qu’occasionnaient les conditions météo à ses troupes, envisagea de différer le déclenchement de l’offensive. Le 3 mars, le gros de la Leibstandarte rejoint sa zone de départ située dans le secteur est de Veszprem à l’extrémité nord du lac Balaton. L’attaque est toujours prévue pour le 6. La veille de l’attaque, une grave question vient se poser ; deux divisions du II. SS-Panzerkorps, sur lequel repose l’attaque à l’est du canal de Sarviz n’ont toujours pas rejoint. Le 6, à 4h30, la Leibstandarte attaque depuis Polgardi sous la neige qui s’est mise à tomber. Sans préparation d’artillerie et sur un terrain tellement détrempé que même les chars ont toutes les peines du monde à progresser ; certains s’embourbent jusqu’au-dessus des chenilles. Des contre-attaques soviétiques font vite comprendre aux Allemands que l’effet de surprise n’a pas joué. Durant les deux jours Revue de détail - 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 1Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 2-3Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 4-5Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 6-7Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 8-9Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 10-11Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 12-13Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 14-15Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 16-17Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 18-19Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 20-21Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 22-23Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 24-25Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 26-27Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 28-29Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 30-31Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 32-33Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 34-35Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 36-37Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 38-39Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 40-41Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 42-43Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 44-45Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 46-47Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 48-49Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 50-51Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 52-53Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 54-55Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 56-57Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 58-59Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 60-61Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 62-63Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 64-65Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 66-67Uniformes numéro 257 mar/avr 2008 Page 68