Uniformes n°256 jan/fév 2008
Uniformes n°256 jan/fév 2008
  • Prix facial : 6,20 €

  • Parution : n°256 de jan/fév 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 75,5 Mo

  • Dans ce numéro : le 9e Spahis en Algérie... 1954-1962.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
[REVUE DE DÉTAIL] Avers et revers de l’insigne initialement fabriqué par Graziani à Alger en 1943. Il existe deux versions de cet insigne peint. L’une est en métal jaune estampé (voir Groupe de Commandos d’Afrique première partie), tandis que l’autre, celle présentée ici, est en métal moulé. L’épingle à boléro présente sur les deux insignes est soudée verticalement sur le modèle estampé et horizontalement sur le modèle moulé. (coll. le béret vert) En terre allemande En avril, bien que précurseurs, ce ne sont pas les commandos qui passent le Rhin pour combattre sur le sol allemand, mais d’autres unités de l’armée de Lattre. Le 16, le Groupement passe sous le commandement du général Touzet du Vigier nommé gouverneur de Strasbourg. Les hommes de Bouvet sont cantonnés en surveillance le long du Rhin dans le secteur d'Artzenheim. Cette situation atteint le moral des hommes qui la vivent comme une grande injustice. C’est sans compter avec la volonté de Bouvet et les excellentes relations qu’il entretient avec le général du Vigier et le général Valluy qui vient de prendre le commandement de la 9 e DIC et fait remonter sa division sur la rive droite du Rhin en direction d’Offenburg. Le patron des Commandos obtient de ces deux généraux l’autorisation de faire franchir le Rhin à ses hommes à Neuf-Brisach et à se joindre à la 9 e DIC. À partir du 24 avril, le 3 e Groupement de bataillons de choc reçoit la mission de nettoyer la Forêt-Noire par la vallée de Staufen. L’itinéraire du Groupement sera jalonné de coups de main ; tous réussis. 42 - La Gazette des Uniformes Avers et revers de l’insigne du Groupe de Commandos d’Afrique, fabrication « Arthus Bertrand Paris déposé ». Cette fabrication correspond à celle, livrée après le débarquement de Provence, vraisemblablement au cours du dernier trimestre 1944. L’insigne comporte au revers le numéro d’ordre d’attribution 572. (coll. le béret vert) Le 4 mai, le Groupement rejoint le secteur de Walbertsweiler – Pfullendorf afin d’assurer la protection des voies de communication entre Messkirch et Ostrach. Le 7 mai après-midi Bouvet apprend la capitulation allemande qui sera effective le lendemain. Avers et revers de l’insigne du Groupe de Commandos d’Afrique, fabrication « Arthus Bertrand Paris ». Cette fabrication émaillée est la plus tardive, fabriquée postérieurement à la création de l’amicale régimentaire des anciens du Groupe de Commandos d’Afrique, et du 3 e Groupement de choc « la Maison du Commando ». Cette amicale voit le jour le 1er janvier 1945 au Domaine du cap Nègre à Cavalière. La guerre est finie ! Après la capitulation allemande du 8 mai 1945, le 3 e Groupement de bataillons de choc va poursuivre son existence jusqu’à l’automne 1945. Il prend ses quartiers dans différentes localités : PC du Groupement et CA à Herdwangen ; 3 e Commando et approvisionnements à Aach-Linz ; PC 5 e bataillon et 4e Commando à Liggersdorf ; 2 e Commando à Mindersdorf ; 1er Commando à Selgetweiler ; PC 6 e bataillon à Wald ; 7 e Commando à Meningen et Dietershofen ; 6 e Commando à Kranchenwies. Le 21 mai à Constance, à l’issue d’une prise d’armes, le général de Gaulle, chef de l’Etat, fait officiers de la Légion d’honneur le lieutenant-colonel Bouvet commandant le 3 e Groupement de bataillons de choc, le commandant Rigaud commandant le 6 e bataillon de choc, le commandant Ducournau commandant le 5 e bataillon de choc. Les capitaines Métivier et Magnin ainsi que le sous-lieutenant Ducay de la section de mortiers du CA sont faits chevaliers de la légion d’honneur, tandis que l’aspirant Delvigne et le sergent Abdeslem reçoivent la Médaille Militaire. Un défilé met à l’honneur le 3 e Groupement de bataillons de choc qui L’insigne métallique du Groupe de Commandos d’Afrique est généralement porté sur le rabat de la poche de poitrine droite de la chemise. Comme sur la vareuse du lieutenant-colonel Bouvet, il peut également occuper la même position au-dessus de la poche de poitrine droite. Le bonnet de police en drap bleu foncé, comporte souvent la réduction de l’insigne du Groupe, épinglée à gauche ou à droite (lorsque la marque de grade figure à gauche) sur le bandeau. D’autres exemples mettent en évidence le port sur ce même bonnet de police de l’insigne standard.
défile avec les autres éléments de la 1 ère Armée. L’été 1945 va être ponctué par la première commémoration du débarquement en Provence qui va conduire les autorités du Dramont à Hyères. Plusieurs stèles jalonnant le chemin de la libération seront inaugurées. Épilogue L’épopée du Groupe d’Afrique prend fin en même temps que la guerre. Le chemin parcouru depuis les rivages d’Algérie jusqu’à ceux du lac de Constance est jalonné des sépultures des camarades tombés au combat. « Sans pitié », la devise choisie par le lieutenant-colonel Bouvet, et brodée au revers du fanion, illustre parfaitement la ténacité de son chef, transmise au groupe tout entier. Comme un seul homme, le Groupe de Commandos d’Afrique, soudé autour de ses chefs, s’est très souvent engagé au-delà de sa mission première, bousculant tout à la fois le règlement et les ordres initiaux. C’est cet esprit d’initiative brillamment incarné par le capitaine, puis commandant Ducournau, qui ouvre la voie de la victoire. « De l’audace, encore de l’audace et toujours de l’audace », la célèbre déclaration de Danton au lendemain de la bataille de Valmy sied à merveille aux commandos d’Afrique. Rigoureux, exigeant, mais soucieux de la vie de ses hommes, le lieutenant-colonel Bouvet avait la confiance instinctive de Le 13 août 1945, des commandos se voient remettre la Croix de Guerre par le contre-amiral Lambert. (coll. P.Velsch) Le Lavandou, le 13 août 1945 : prise d’armes devant la mairie. (coll. P.Velsch) ses commandos. Fin manœuvrier, clairvoyant et méticuleux dans la préparation des opérations, il ne laissait rien au hasard et entourait celles-ci du plus grand secret. Le 6 septembre 1944, le lieutenant-colonel Bouvet, nommé chef d’état-major de la division d’Alger, passe le commandement du 3 e Groupement de bataillons de choc au commandant Ducournau. Moins de deux mois plus tard le Groupement est dissous. Les 1 er, 2 e et 3 e bataillons de choc forment alors le 1er régiment d’infanterie de choc aéroporté sous les ordres du colonel Vergoz ; son adjoint étant le commandant Ducournau. Après avoir rejoint l’Algérie en mai 1946 puis l’Indochine au début de l’année suivante, le 1er RICAP est dissous le 1er octobre 1948. Le colonel Bouvet sera promu général de brigade le 1er décembre 1955. Que ceux, des commandos d’Afrique, qui sont encore parmi nous aujourd’hui, trouvent dans cette étude non exhaustive, l’expression de notre admiration, le témoignage de notre reconnaissance et la volonté indéfectible de faire connaître leur histoire dans le souvenir de leurs camarades disparus au cours de ces combats qui les ont conduits des rivages d’Afrique du Nord au cœur même de l’Allemagne. Bibliographie sommaire : Ouvriers de la première heure par Georges Régis Bouvet, Commandos d’Afrique par Patrick de Gmeline, Le débarquement de Provence par Jacques Robichon, La bataille de Provence par Paul Gaujac, Le débarquement de Provence par Paul Gaujac. Remerciements : Les auteurs et la rédaction expriment leurs sincères remerciements à M.M Pierre Velsch, Dr Jean Plancke, Emile Cipriano, Georges Bonnet, Jean Delvigne, Jean Coatener, anciens volontaires du Groupe des Commandos d’Afrique qui ont bien voulu nous confier leurs photographies d’archives et leurs témoignages ; au Musée de l’Artillerie, ainsi qu’à M.M Paul Gaujac, Sylvian Barraud, Paul Garguillo, Philippe Giuliani, Thierry Janvier, Jean-Michel Poupon et à l’adjudant-chef Richard Maisonnave du Musée de l’Artillerie à Draguignan, ainsi qu’aux magasins « le béret vert » et « ma boutique » à Toulon. Le Groupe de Commandos d'Afrique - 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 1Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 2-3Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 4-5Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 6-7Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 8-9Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 10-11Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 12-13Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 14-15Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 16-17Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 18-19Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 20-21Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 22-23Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 24-25Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 26-27Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 28-29Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 30-31Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 32-33Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 34-35Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 36-37Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 38-39Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 40-41Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 42-43Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 44-45Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 46-47Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 48-49Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 50-51Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 52-53Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 54-55Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 56-57Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 58-59Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 60-61Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 62-63Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 64-65Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 66-67Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 68