Uniformes n°256 jan/fév 2008
Uniformes n°256 jan/fév 2008
  • Prix facial : 6,20 €

  • Parution : n°256 de jan/fév 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 75,5 Mo

  • Dans ce numéro : le 9e Spahis en Algérie... 1954-1962.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Ces fantassins du 56° RI montrent un autre agencement de leur planche, avec le sac à dos as de carreau dressé et équipé de la pelle-bêche portative. Le paquetage empilé est protégé de la poussière par le mouchoir d’instruction. Les pantalons de drap ou de bourgeron en cours d’usage ne sont pas empilés mais accrochés sous la planche. L’homme de droite est tambour. Le lit est doté d’une paillasse, mais pas forcément d’un sommier (lit dit « auxiliaire », plutôt réservé aux réservistes et territoriaux convoqués, ou utilisé dans les camps de manœuvre avec logement en dur). Dans ce cas, le soldat perçoit 10 kg de paille pour remplir sa paillasse et 2 kg pour le traversin. Cette paille servira un maximum de 6 mois... Le soldat perçoit une couverture et un couvre-pieds, en fait bien souvent une couverture coupée en deux. « Le nom et le numéro matricule de chaque soldat sont inscrits sur une étiquette placée à la tête de son lit ; en outre, une étiquette plus petite est placée au-dessus du fusil. » Le paquetage repose sur une « planche à bagages » parfois Cette scène classique de la conscription permet de jauger l’espoir de la « quille » : « Encore 1087 jours et la fuite ! ». Bien qu’elle ait été écrite à Dijon pendant la 1 ère guerre mondiale, la vue montre des fantassins portant encore des guêtres blanches, peu courantes au début du XX ème siècle. Des claustras séparent les éléments de chambrées. Les lits sont également en métal et bois, avec un épais matelas. On appréciera le panachage des tenues : veste bourgeron et pantalon de drap ou veste de drap et pantalon de treillis. On distingue la cravate bleue de ceux qui sont en chemise. 32 - La Gazette des Uniformes appelée « charge ». Une autre planche, placée plus en hauteur est destinée au pain. Certains effets sont pendus grâce à des crochets sous la planche. C’est le cas également, dans la cavalerie, de la musette de pansage du cheval (épousette, étrille, éponge, grosse brosse). Le sabre est pendu par sa bélière « au flanc » de la charge. Le pantalon renforcé de cuir des unités montées est pendu aux angles de la planche à pain. L’hygiène La chambrée est un lieu qui retient particulièrement l’attention du commandement en ce qui concerne la propreté. « La tenue, l’entretien, l’hygiène du casernement intéressant au plus haut point la santé des hommes, la répartition des locaux doit être établie avec soin, car l’encombrement favorise à un très haut degré la diffusion des maladies contagieuses. [...] Le balayage des planchers ne doit jamais être opéré à sec. On peut employer avec avantage le balai ordinaire et la sciure de bois mouillée ou imprégnée d’une solution antiseptique. Les armoires et les planches à bagages, le râtelier d’armes, les tables, les bancs sont essuyés. Les ordures sont descendues et déposées à l’endroit désigné. Toutes les semaines, les vitres sont nettoyées ; lorsque le temps le permet, la literie est portée dans la cour et exposée au soleil pendant plusieurs heures ; les couvertures et les matelas sont battus au grand air, autant que possible en dehors du quartier. [...] Le blanchiment périodique des murailles intérieures des chambres est généralement insuffisant ; il vaut mieux les blanchir au fur et à mesure des besoins. La literie et le casernement doivent être débarrassés des parasites par des nettoyages fréquents et en
Ces brigadiers de hussards, dont un fourrier à gauche, jouent aux cartes sur la table de la chambrée (ou du magasin fourrier, la « fourre »), protégée par une couverture sans doute déclassée. La forme de ces tables n’a pratiquement pas varié jusqu’à la fin du XX° siècle. La chaise est rarement visible sur les photos. Le fourrier porte une tunique M1900 et le brigadier de droite un dolman M1872-1884. employant les ingrédients appropriés.[...] Il est défendu de cracher à terre dans les chambrées et les escaliers. Un crachoir est placé dans chaque local. On emploie de préférence des crachoirs incinérables, garnis de tourbe ou de toute autre substance combustible. Un décrottoir est placé à l’entrée de chaque bâtiment et au bas des escaliers.[...] Les objets servant au nettoyage des chaussures, les objets de cuir composant le harnachement doivent être déposés à l’extérieur des chambres, soit dans une salle réservée à l’astiquage, soit dans les armoires disposées sur les paliers ». Cette bataille de polochons un peu « posée » a été saisie au 13° BCA par le photographe. Va-t-elle dégénérer en « couverte », bizuthage avec couverture frappant les jeunes recrues ? (Musée des Chasseurs, Vincennes) Le paquetage Au-dessus de son lit, le soldat dispose des effets suivants, présentés lors des revues, les autres étant regroupés dans le magasin fourrier de la compagnie. « Les effets sont classés en deux portions : Les effets de la première portion comprennent : - les effets d’habillement : capote, tunique, pantalon, veste ; - la coiffure : képi ; - les effets de grand équipement : bretelle de fusil, cartouchière, ceinturon, havresac, plaque de ceinturon, poche à cartouches, porte-fourreau, pièces de garnitures de ceinturon (coulant, etc.) ; - les effets de chaussure : brodequins, chaussures de repos ; les effets de campement : petit bidon, courroie de bidon. - les effets de la deuxième portion sont ceux dits effets de petit équipement : chemises, caleçons, cravates, mouchoirs, brosses diverses, etc. » Les brodequins et chaussures de repos sont souvent placés, alternativement, sur des étagères ou dans des « casiers spéciaux » à proximité des chambres, en dehors. Les prescriptions ci-après, outre le rappel des règles d’hygiène, nous montrent que l’Armée française avait le souci de les concilier avec celles d’usure du matériel, et confirme qu’elle pratiquait déjà l’externalisation ! « Il importe que le soldat veille à la propreté de sa chemise, de son caleçon, de ses chaussettes. Son linge est changé au moins une fois par semaine et placé dans des sacs ou des caisses, en attendant sa livraison au blanchisseur. Le soldat est tenu d’assurer lui-même le lavage de sa serviette de toilette, de son mouchoir, de sa ceinture de flanelle et de sa cravate ; de l’eau chaude est, autant que possible, mise à sa disposition. Toutefois ce La revue dans une chambre de la cavalerie. Le sous-officier passe en revue l’habillement, le petit équipement, l’armement et le harnachement. La chambrée de la Belle Époque - 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 1Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 2-3Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 4-5Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 6-7Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 8-9Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 10-11Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 12-13Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 14-15Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 16-17Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 18-19Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 20-21Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 22-23Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 24-25Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 26-27Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 28-29Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 30-31Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 32-33Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 34-35Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 36-37Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 38-39Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 40-41Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 42-43Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 44-45Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 46-47Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 48-49Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 50-51Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 52-53Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 54-55Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 56-57Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 58-59Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 60-61Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 62-63Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 64-65Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 66-67Uniformes numéro 256 jan/fév 2008 Page 68