Trois Couleurs n°177 mar/avr 2020
Trois Couleurs n°177 mar/avr 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°177 de mar/avr 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MK2 Agency

  • Format : (170 x 285) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 48,6 Mo

  • Dans ce numéro : portrait d'Oulaya Amamra.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
BOBINES La vitesse trouve son chemin partout dans Good Time, jusque dans la lenteur. À mi-chemin, le film est à l’arrêt, et soudain ça accélère de l’intérieur, dans le récit qu’un type fait au sujet de la cavale insensée qui l’a conduit là, sur la banquette arrière d’une voiture avec la gueule tapissée de bosses et de plaies grotesques, enrubanné en momie ivrogne et par ce fait confondu avec un autre, par Connie, le héros du film, qui l’a kidnappé à l’hôpital en le prenant pour Nick, son frère. Depuis le début, la vitesse plane comme un vautour, prête à fondre sur la moindre promesse de quiétude. Ici elle s’enroule comme un serpent dans les mots de l’homme à la tête délabrée, qui est un personnage fantastique, comme tous les seconds rôles de Good Time. Le moindre « second rôle » y obéit à une règle tacite observée par Serge Daney voilà trente ans au sujet du Van Gogh de Maurice Pialat. Est réussi, disait-il, tout personnage dont on sentirait tout de suite qu’il n’a « pas que ça à faire ». Autrement dit qu’il a une vie de part et d’autre de son apparition, dont on pourrait déduire un filmentier. Entre deux apparitions, il a « pris l’air, pris des couleurs, pris le temps ». Dans Good Time plusieurs ont pris, plutôt, des coups, on MICROSCOPE LE DAMNÉ Comme le diable, le cinéma se loge dans les détails. Geste inattendu d’un acteur, couleur d’un décor, drapé d’une jupe sous l’effet du vent  : chaque mois, de film en film, nous partons en quête de ces événements minuscules qui sont autant de brèches où s’engouffre l’émotion du spectateur. Ce mois-ci  : Good Time de Josh et Bennie Safdie. Un personnage livré à son sort burlesque (tomber, jusqu’à tomber une fois de trop). 38 ne sait comment, et leurs gueules ravagées sont un moyen brillant de marquer sur eux l’empreinte d’une vie vécue. Quant aux autres, ils n’ont, au minimum, pas que ça à faire en effet  : la vitesse de Connie est cernée par une somme de petites vitesses, rodant en nuée comme des moucherons. Pourtant, les trois plus importants « seconds rôles » du film sont aussi les plus lents, et même, les plus allergiques à la vitesse (c’est bien pour cela qu’ils sont les principaux seconds rôles, parce qu’ils donnent une dynamique au film en contrariant le marathon électrique de Connie). Il y a Nick, le frère, handicapé, accablé d’un tenace état de confusion ; une adolescente molle ; et Ray, donc, sur la banquette avec sa gueule cassée, qui raconte ses déboires insensés. Dans la course folle du film, son récit rocambolesque est un détail. Mais c’est aussi une double et formidable synthèse  : du film, et du personnage. Du film dont il reproduit en miniature, comme un solo de jazz, la cadence et le sujet – une absurde cavale pour échapper aux flics, conclue sur une chute fatale. Du personnage, dont il résume le destin  : il est fait pour tomber, littéralement. D’ailleurs, c’est lui qui tombe dans les deux cas, à la fin de son histoire, à la fin du film. Ce personnage merveilleux (et merveilleux acteur, Buddy Duress, qui a connu la prison avant le film et y est retourné depuis, indécrottable) est un cas flagrant d’allergie à l’accélération. Un personnage qui ne demande rien qu’un peu de calme pour se défoncer tranquille, et qui est pris, titubant, dans des bourrasques de vitesse, à cause d’une histoire de LSD ou d’un type qui le kidnappe en le prenant pour un autre. Personnage à idée fixe (« I’m not going back to jail ! ») , courant comme un poulet sans tête, son grand corps secoué par la vie comme un chiffon et livré sans ménagement à son sort burlesque (tomber, jusqu’à tomber une fois de trop)  : le plus authentique damné des films de l’époque. JÉRÔME MOMCILOVIC
MICROSCOPE 39 BOBINES



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 1Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 2-3Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 4-5Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 6-7Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 8-9Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 10-11Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 12-13Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 14-15Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 16-17Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 18-19Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 20-21Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 22-23Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 24-25Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 26-27Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 28-29Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 30-31Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 32-33Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 34-35Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 36-37Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 38-39Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 40-41Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 42-43Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 44-45Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 46-47Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 48-49Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 50-51Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 52-53Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 54-55Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 56-57Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 58-59Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 60-61Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 62-63Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 64-65Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 66-67Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 68-69Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 70-71Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 72-73Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 74-75Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 76-77Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 78-79Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 80-81Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 82-83Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 84-85Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 86-87Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 88-89Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 90-91Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 92-93Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 94-95Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 96-97Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 98-99Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 100-101Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 102-103Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 104-105Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 106-107Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 108-109Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 110-111Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 112-113Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 114-115Trois Couleurs numéro 177 mar/avr 2020 Page 116