Trois Couleurs n°176 février 2020
Trois Couleurs n°176 février 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°176 de février 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MK2 Agency

  • Format : (170 x 285) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 37,8 Mo

  • Dans ce numéro : chaud biz, après la Hadopi, l'Arcom.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 88 - 89  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
88 89
OFF CECI N’EST PAS DU CINÉMA Jeffrey Scary
LOÏS MUGEN Sur la petite scène de La Mutinerie, bar féministe lesbien, bi, queer et trans du Marais, se produisent un soir de décembre les performeurs de la Kings Factory, des scènes ouvertes mensuelles destinées aux drag-kings qui veulent tester leurs numéros. Novices ou confirmés, des drag-kings de styles et d’univers très différents se succèdent. Le père Pudeur, prêtre libidineux, nous incite à « entrer en tentation » avant d’accomplir un strip-tease, puis Hayden la Vidange, pirate à la Jack Sparrow, exhibe un phallus en guirlandes lumineuses avant de scander  : « El violador eres tú ! » (« le violeur c’est toi ! ») , l’hymne des manifestantes chiliennes contre les violences sexuelles. Entassé dans la petite salle moite, le public de La Mutinerie, majoritairement féminin et queer, ne tarit pas d’applaudissements devant ces shows drôles, déjantés, souvent libidineux et férocement engagés – même si pas toujours très rôdés. Ces scènes ouvertes ont été lancées en janvier 2019 par deux kings bien installés dans le milieu  : Jésus la Vidange, beau gosse rockeur un poil macho, et Thomas Occhio, dandy séducteur qui navigue entre les genres. Si on ne présente plus les drag-queens, qui incarnent des archétypes de la féminité et sont assez visibles dans la culture populaire SPECTACLES NOUVEAU RÈGNE Drôles, créatifs et militants, les drag-kings incarnent différentes versions, volontiers stéréotypées, de la masculinité. On a tenté de décrypter cette scène émergente, encore confidentielle en France, qui s’impose peu à peu et crée des vocations. « Pour moi, être drag-king, c’est performer le genre masculin et se jouer de ses codes. » JÉSUS LA VIDANGE 89 – de l’Américain RuPaul et son émission de téléréalité RuPaul’s Drag Race (visible sur Netflix) à l’historique cabaret parisien Chez Michou –, les drag-kings sont encore très peu connus. Alors une définition s’impose. « Pour moi, être drag-king, c’est performer le genre masculin et se jouer de ses codes », explique Jésus la Vidange. Et même si beaucoup de kings sont incarnés par des femmes, Thomas Occhio précise  : « Le drag-king n’est pas réservé aux femmes cisgenres, il peut aussi être performé par des personnes transgenres, non binaires, genderfluid, no gender, et même des hommes cisgenres ! » À l’heure d’une plus grande visibilité des questionnements sur le genre, le féminisme et la transidentité, les kings français arrivent à point nommé. NOUVEAU GENRE Impulsée depuis quelques années par des acteurs de milieux militants queer et féministe, une scène drag-king commence à se structurer à Paris. Parmi ses figures de proue, on compte Drag My King, un cabaret créé en 2016 et qui, depuis 2019, a lieu au KLUB, rue Saint-Denis, une fois tous les deux mois. Quatre talents s’y produisent par soir, introduits par une maîtresse de cérémonie drag-queen. Comme à La Mutinerie, les shows sont variés, l’ambiance brûlante, mais les performeurs sont plus confirmés. Comiques ou étranges, légers ou militants, ils peuvent performer des lip sync (il s’agit de mimer les paroles d’une chanson sur un playback), de la danse, du chant et de la comédie. On peut y croiser Jésus la Vidange, Thomas Occhio, mais aussi le gothique Vamp Reznor ou encore Jeffrey Scary, dandy inspiré d’Alex dans Orange mécanique, à l’origine de ces soirées. Quand on l’a rencontré, ce king de 61 ans, artiste pluridisciplinaire – qui incarne aussi un personnage burlesque ultra-féminin nommé Fatale Redvenom –, nous a précisé  : « Par nécessité ou par choix, des femmes ont dû s’habiller en homme pour survivre ou accéder à des privilèges masculins. Et c’est encore le cas dans certains pays, comme en OFF



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 1Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 2-3Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 4-5Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 6-7Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 8-9Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 10-11Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 12-13Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 14-15Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 16-17Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 18-19Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 20-21Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 22-23Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 24-25Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 26-27Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 28-29Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 30-31Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 32-33Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 34-35Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 36-37Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 38-39Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 40-41Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 42-43Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 44-45Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 46-47Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 48-49Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 50-51Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 52-53Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 54-55Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 56-57Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 58-59Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 60-61Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 62-63Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 64-65Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 66-67Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 68-69Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 70-71Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 72-73Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 74-75Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 76-77Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 78-79Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 80-81Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 82-83Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 84-85Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 86-87Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 88-89Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 90-91Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 92-93Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 94-95Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 96-97Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 98-99Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 100-101Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 102-103Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 104-105Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 106-107Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 108-109Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 110-111Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 112-113Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 114-115Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 116