Trois Couleurs n°176 février 2020
Trois Couleurs n°176 février 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°176 de février 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MK2 Agency

  • Format : (170 x 285) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 37,8 Mo

  • Dans ce numéro : chaud biz, après la Hadopi, l'Arcom.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
D. R. JACKIE BERGER, DOUBLEUSE C’est dans sa jolie demeure du Languedoc que nous avons pu rencontrer Jackie Berger. Née à Bruxelles, pilier du doublage francophone, elle a plaqué le « plat pays » et (presque) son métier pour profiter d’un jardin truffé d’abricotiers. Si son nom ne vous dit rien, sa voix devrait réveiller la nostalgie dans votre cœur d’enfant  : Demi-Lune dans Indiana Jones et le Temple maudit, c’est elle ; Esteban des Mystérieuses Cités d’or, encore elle ; l’héroïne sportive de Jeanne et Serge ; Sam dans Love Actually ; Arnold dans Arnold et Willy ; Petit Gourou ET Jean-Christophe dans Les Aventures de Winnie l’ourson… Vous l’aurez compris, à 71 ans, sa filmographie est plus longue que Les Sept Piliers de la sagesse. Pudique mais électrique, la comédienne de l’ombre s’est spécialisée dans l’imitation de petits garçons dès le début de sa carrière… bien malgré elle. « J’aurais adoré décrocher de beaux rôles de femmes adultes, et, en PÔLE EMPLOI LA VOIX EST LIBRE Ses intonations sont reconnaissables entre mille. Dessins animés, mangas, séries, cinéma… Jackie Berger, comédienne spécialisée dans le doublage, a prêté ses cordes vocales à un nombre incalculable de personnages, surtout des petits garçons. Mais l’atmosphère dans les studios d’enregistrement a bien changé depuis ses débuts dans le métier. 34 même temps, je ne peux pas changer de voix, s’amuse-t-elle, interrompue par le chant des cigales. On me dit que je dois être habitée, ou être une sorte de réincarnation. Ma manière de parler, mon débit n’est pas celui de mon âge. Je pourrais en doubler des plus jeunes, bien sûr, mais je ne veux pas voler le travail de ceux qui prennent la relève. » À BOUT DE SOUFFLE Alors qu’elle atteignait la vingtaine, Jackie Berger a suivi des cours de théâtre un peu au hasard, jusqu’à se retrouver en studio d’enregistrement, engagée pour chanter le générique de Fifi Brindacier. Elle qui a croisé la route de Philippe Noiret, de Jean Topart, de Gérard Hernandez ou d’André Dussollier nous parle d’un autre temps. « Quand j’ai commencé, on avait le temps de parler, de rire entre les prises, précise-t-elle. Mais tout s’est informatisé. C’est beaucoup moins intéressant au niveau du jeu. Plus
Les Mystérieuses Cités d’or personne ne te donne la réplique, tu enregistres ton texte sans les autres… tu parles tout seul ! » Elle garde toutefois en mémoire des expériences folles  : Sept ans au Tibet de Jean-Jacques Annaud (1997), sous la direction de Jean-Marc Pannetier, qui faisait brûler des bâtonnets d’encens pour la mettre dans l’ambiance ; Il était une fois en Amérique (1984), quand Sergio Leone prenait son chien à elle, Ulysse, sur les genoux, pour le calmer pendant les prises ; Shining (1980), Danny Torrance et son fameux « Redrum », qui l’a laissée de marbre, contrairement aux spectateurs du film à la sortie – « En lisant mon texte, à l’écran, je n’avais d’yeux que pour Jack Nicholson ! » LA PAROLE S’ENVOLE Déçue par l’évolution de sa profession, Jackie Berger s’est retrouvée face à un mur Arnold et Willy Love Actually RUE DES ARCHIVES/EVERETT PÔLE EMPLOI PANDORA 35 « J’aurais adoré décrocher de beaux rôles de femmes adultes, mais je ne peux pas changer de voix. » plus difficile à escalader qu’un autre. En 2012, alors que le Grand Condor s’apprêtait à atteindre à nouveau les étoiles, dans la suite télévisée des Mystérieuses Cités d’or, elle n’a pas obtenu le rôle d’Esteban, l’un des plus marquants de son parcours, celui qui lui colle à la peau. « Ils m’ont fait passer des essais, se souvient-elle. Puis, un jour, j’ai reçu un appel  : ce n’était pas pour moi. TF1, le client, aurait dit que ma voix n’avait pas changé, mais se demandait ce qu’il en serait dans six ans, pour les prochaines saisons. J’avais 60 ans. J’en ai pleuré. » Elle n’a pas totalement raccroché, mais préfère désormais la chorale et les cours de peinture aux longs allers-retours entre le Sud et la capitale. Sa fierté ? Sa fille, Justine, qui a pris la relève et qui vient de boucler le doublage du rôle de Judy Robinson dans la deuxième saison de Lost in Space, pour Netflix. Le destin fera peut-être en sorte que Jackie Berger enchante à nouveau nos oreilles. « Si un jour on m’appelle pour un très beau projet, conclut-elle. Mais on n’a plus besoin de moi. Ils engagent de plus en plus d’enfants, et ils ont bien raison ! J’ai toujours gardé en tête que je remplaçais de futurs talents… » YOHANN TURI COLLECTION CHRISTOPHEL BOBINES



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 1Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 2-3Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 4-5Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 6-7Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 8-9Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 10-11Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 12-13Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 14-15Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 16-17Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 18-19Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 20-21Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 22-23Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 24-25Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 26-27Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 28-29Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 30-31Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 32-33Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 34-35Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 36-37Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 38-39Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 40-41Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 42-43Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 44-45Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 46-47Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 48-49Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 50-51Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 52-53Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 54-55Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 56-57Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 58-59Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 60-61Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 62-63Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 64-65Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 66-67Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 68-69Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 70-71Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 72-73Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 74-75Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 76-77Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 78-79Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 80-81Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 82-83Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 84-85Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 86-87Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 88-89Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 90-91Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 92-93Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 94-95Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 96-97Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 98-99Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 100-101Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 102-103Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 104-105Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 106-107Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 108-109Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 110-111Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 112-113Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 114-115Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 116