Trois Couleurs n°176 février 2020
Trois Couleurs n°176 février 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°176 de février 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MK2 Agency

  • Format : (170 x 285) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 37,8 Mo

  • Dans ce numéro : chaud biz, après la Hadopi, l'Arcom.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
BOBINES EN COUVERTURE PURGER LE MAL Réputé pour ses mélodrames subtils et élégants (Loin du paradis, Carol), le grand Todd Haynes plonge en eaux troubles. Dans Dark Waters, il adapte l’histoire vraie d’un avocat (joué par Mark Ruffalo) qui, dans les années 2000, s’est retourné contre une entreprise de produits chimiques représentée par son cabinet pour défendre un fermier de Virginie-Occidentale dont la terre était empoisonnée. Par téléphone depuis Los Angeles, où il montait un docu sur le Velvet Underground pour le grand écran, il nous a révélé les dessous de ce captivant polar écolo dans lequel il détricote un système mettant en péril la nature et l’humanité. 26
D’après vous, que peut le cinéma face aux catastrophes écologiques ? Je pense qu’il a le pouvoir de nous ouvrir les yeux sur les problèmes, mais pas de changer le monde. Ça, c’est le rôle des citoyens. La fin d’Erin Brokovich. Seule contre tous [de Steven Soderbergh, 2000,ndlr] laisse penser qu’un individu pourrait changer les choses à lui tout seul. Mais j’ai toujours eu tendance à croire qu’on ne peut pas mettre une révolution dans un film, on ne peut que décrire les conditions qui lui sont nécessaires. C’est comme ça qu’on peut être secoué, puis avoir envie de trouver sa propre manière de résister, de se révolter, pourquoi pas de se lancer dans DARK WATERS 27 l’activisme. Mais c’est un choix individuel. La révolution doit avoir lieu en dehors du film, dans le monde réel. C’est Mark Ruffalo qui vous a envoyé le script de Dark Waters. Qu’est-ce que ça a changé pour vous ? Mark est quelqu’un d’unique, de très passionné. On connaît surtout sa carrière d’acteur, mais il mène aussi des projets plus politiques en tant que producteur [il a notamment produit le téléfilm The Normal Heart (2014) de Ryan Murphy, sur l’épidémie du sida,ndlr]. Il a eu vent de l’affaire autour de l’entreprise DuPont [condamnée par la justice américaine pour avoir dissimulé des informations sur la toxicité de certains produits chimiques entrant dans la composition du Téflon, qu’elle a inventé,ndlr] à la parution d’un article du New York Times, en 2016. Il a lancé la production d’un film qui s’en inspire et a songé à moi pour le réaliser, ce qui m’a surpris – ce n’est pas vraiment le type d’histoires, ou même de genres, auxquels je suis habituellement associé. Après la phase de préproduction, il a un peu mis de côté son rôle de producteur pour se concentrer sur son travail d’acteur. Il y était bien obligé, car c’est une performance très exigeante, avec beaucoup de dialogues, mais aussi parce que sa sensibilité est éloignée de celle du personnage de l’avocat et qu’il a dû s’immerger totalement dans le rôle. Robert Bilott, le véritable avocat, et d’autres personnes impliquées dans cette affaire nous ont bien entourés pendant le tournage. C’était une toute nouvelle manière de procéder pour moi, par rapport à mes précédents films. Dans certaines de vos œuvres antérieures, comme Poison (1991) et Safe (1996), vous avez élaboré des manières détournées, métaphoriques, pour évoquer l’épidémie du sida. Comment avez-vous réfléchi à la façon de révéler la contamination des sols dans Dark Waters ? Dans ces films que vous évoquez, j’ai abordé le sida et le V.I.H. à partir de mes observations personnelles, en critiquant les réactions sociales qu’a suscitées l’épidémie. Dans le cas de Dark Waters, ce sont des problèmes très actuels et universels, qui touchent tous les éléments de l’environnement et de l’humanité en contact avec des produits chimiques. Il s’agit aussi de pointer une grande urgence, désigner le facteur humain comme responsable de la catastrophe environnementale en cours. Avec mon équipe, on a décortiqué un certain nombre de films que j’adore se basant sur des révélations de scandales – le T BOBINES



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 1Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 2-3Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 4-5Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 6-7Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 8-9Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 10-11Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 12-13Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 14-15Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 16-17Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 18-19Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 20-21Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 22-23Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 24-25Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 26-27Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 28-29Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 30-31Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 32-33Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 34-35Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 36-37Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 38-39Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 40-41Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 42-43Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 44-45Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 46-47Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 48-49Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 50-51Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 52-53Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 54-55Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 56-57Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 58-59Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 60-61Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 62-63Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 64-65Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 66-67Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 68-69Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 70-71Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 72-73Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 74-75Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 76-77Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 78-79Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 80-81Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 82-83Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 84-85Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 86-87Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 88-89Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 90-91Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 92-93Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 94-95Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 96-97Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 98-99Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 100-101Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 102-103Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 104-105Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 106-107Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 108-109Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 110-111Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 112-113Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 114-115Trois Couleurs numéro 176 février 2020 Page 116