Trois Couleurs n°172 septembre 2019
Trois Couleurs n°172 septembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°172 de septembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MK2 Agency

  • Format : (170 x 285) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : portrait de la jeune fille en feu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
OFF CECI N’EST PAS DU CINÉMA 500 ET DES POUSSIÈRES 524 ! C’est le nombre de romans à paraître lors de la rentrée littéraire. Vous êtes plutôt roman français ou roman étranger ? Récit intimiste ou saga réaliste ? TROISCOULEURS vous propose ses choix, en toute subjectivité… Suivez le guide. BERNARD QUIRINY CONJUGAL Énorme succès aux États-Unis, où Barack Obama en personne l’a recommandé à ses followers, Un mariage américain raconte l’histoire de Celestial et Roy, un couple de jeunes mariés afro-américains qui a tout pour être heureux, malgré leurs différences – elle vient d’un milieu aisé ; lui, d’une famille plus modeste. Mais un jour Roy est accusé d’un viol qu’il n’a pas commis ; il est le type de la mauvaise couleur au mauvais endroit au mauvais moment, comme on dit. Verdict  : une longue peine de prison. Celestial est-elle assez amoureuse et loyale pour l’attendre, ou reprendra-t-elle sa liberté en cédant aux avances d’Andre, un ami du couple, qui s’est rapproché d’elle dans l’épreuve ? … Tayari Jones entrelace habilement la voix des trois protagonistes, dans une tragicomédie domestique qui se veut aussi une critique du système pénal et carcéral américain miné par les erreurs judiciaires et la violence ainsi qu’un portrait nuancé de la classe moyenne noire américaine (en l’occurrence celle de Géorgie, l’État natal de Martin Luther King), tiraillée entre son désir d’assimilation à la bourgeoisie blanche et la conscience de sa différence. Le thème des rapports père-fils et époux-épouse, avec les questions de la loyauté, du sacrifice et du lien de famille, donne une portée universelle à ce beau roman, tour à tour drôle et poignant.  : « Un mariage américain » de Tayari Jones (Plon, 420 p.)
JUDICIAIRE Ce roman très attendu s’inspire de l’affaire de Stanford, une histoire de viol qui a scandalisé l’Amérique en 2016. Karine Tuil la transpose dans le milieu de la grande bourgeoisie parisienne. Après une première partie aux allures de satire (portrait d’un journaliste célèbre et de sa femme, une intello féministe), l’auteur plonge dans la machine judiciaire et décrypte les problématiques des accusations de viol  : évaluation du consentement, paroles qui s’affrontent, construction d’un récit médiatique… Un roman intense et captivant, surtout dans le contexte de l’après-#MeToo.  : « Les Choses humaines » de Karine Tuil (Gallimard, 342 p.) LOUFOQUE Tant qu’il y aura du pétrole, il y aura des pompistes… Le héros de ce premier roman, vendeur dans une station-service, raconte ses aventures en 199 petits paragraphes bien aérés. C’est léger, potache, loufoque, parfois irritant, mais plein de charme, avec un côté installation (au sens de l’art contemporain) plutôt plaisant.  : « Chroniques d’une station-service » d’Alexandre Labruffe (Verticales, 140 p.) LIVRES PROFOND Bruno Lafourcade s’empare du genre du tombeau pour peindre les membres d’une famille rurale d’Aquitaine  : le patriarche, Raoul, mort en 2005 ; sa femme ; leurs enfants. À travers eux, il ausculte une certaine France profonde. Le récit comporte quelques moments de pure comédie familiale qui lui donnent un côté bizarrement joyeux ; mais c’est la mélancolie qui domine cette splendide peinture d’un monde ignoré, figé dans ses traditions, violenté par l’exode rural et la crise, tantôt brutal et mesquin, tantôt noble voire grandiose.  : « Tombeau de Raoul Ducourneau » de Bruno Lafourcade (Éditions Léo Scheer, 142 p.) 91 ENGAGÉ Un reporter français, habitué à arpenter les zones de combat du Moyen-Orient, s’intéresse au djihadisme français. Une agente des services secrets britanniques est alors chargée d’enquêter sur lui… À la frontière de la fiction et du docu, ce roman extrêmement dense dresse un état des lieux de notre monde, sous le patronage d’Orwell.  : « L’Île du dernier homme » de Bruno de Cessole (Albin Michel, 426 p.) NOSTALGIQUE Années 1970, dans un collège de l’Isère  : trois gamins expédient à un prof une lettre anonyme au contenu bêtement antisémite. Deux l’ont écrite ; le troisième, pour leur plaire, a trouvé l’adresse du destinataire. Quarante ans plus tard, il se souvient… À travers cette remémoration d’une bêtise de môme, d’autant plus absurde que la mère du narrateur est juive et que son grand-père fut déporté, Gilles Rozier reconstitue son cheminement personnel et trace le tableau d’une époque et d’un milieu social, en fouillant dans le mikado de ses souvenirs. Un très beau roman.  : « Mikado d’enfance » de Gilles Rozier (L’Antilope, 190 p.)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 1Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 2-3Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 4-5Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 6-7Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 8-9Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 10-11Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 12-13Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 14-15Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 16-17Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 18-19Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 20-21Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 22-23Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 24-25Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 26-27Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 28-29Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 30-31Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 32-33Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 34-35Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 36-37Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 38-39Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 40-41Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 42-43Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 44-45Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 46-47Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 48-49Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 50-51Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 52-53Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 54-55Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 56-57Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 58-59Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 60-61Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 62-63Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 64-65Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 66-67Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 68-69Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 70-71Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 72-73Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 74-75Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 76-77Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 78-79Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 80-81Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 82-83Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 84-85Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 86-87Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 88-89Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 90-91Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 92-93Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 94-95Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 96-97Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 98-99Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 100-101Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 102-103Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 104-105Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 106-107Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 108-109Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 110-111Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 112-113Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 114-115Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 116