Trois Couleurs n°172 septembre 2019
Trois Couleurs n°172 septembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°172 de septembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MK2 Agency

  • Format : (170 x 285) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : portrait de la jeune fille en feu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 104 - 105  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
104 105
OFF SI TON ALBUM ÉTAIT UN FILM ? « Le film de Terry Gilliam, Brazil, a été un de mes films préférés quand j’étais adolescent. Il y a deux choses qui le relient à mon album  : la bureaucratie cauchemardesque, et comment on peut s’y perdre, y perdre notre humanité ; et la scène finale, quand SONS LOWER DENS —  : « The Competition » (Domino), sortie le 6 septembre — Quatre ans après Escape From Evil, Lower Dens revient avec The Competition, un album incisif déployant une critique acerbe de la société américaine sur des strates glaciales de synthétiseurs. Jana Hunter (pronom  : il), le maître d’œuvre du groupe de Baltimore, poursuit son évolution vers une musique de plus en plus synthétique (mais hyper mélodique), froide (mais pleine de lyrisme), principalement composée sur ordinateur. « J’utilise beaucoup les synthétiseurs numériques Arturia, qui sonnent de manière artificielle mais assez belle. J’aime particulièrement le fait qu’ils ne donnent pas d’impression d’espace tridimensionnel ; ce qui fait qu’on peut les superposer, les mélanger. Je voulais que les gens se sentent immergés dans ce son. Quand j’étais enfant, mes parents nous conduisaient dans une grosse voiture, et j’aimais la sensation d’immersion et de sécurité que me procurait ce pesant véhicule. J’avais l’impression d’être à l’abri, dans un bateau ou dans un vaisseau spatial. » C’est depuis ce refuge 104 extraterrestre, savant maillage d’arpégiateurs, de nappes électroniques et de rythmiqueseighties, que Jana Hunter oppose sa voix singulière, transgenre et pleine d’ironie, aux injonctions du collectif, dans une Amérique où l’humanité lui semble céder le pas à la compétition sociale et économique. « Les classes populaires, les gens de couleurs, y sont considérés comme de simples ressources pour la classe dirigeante », dit celui qui, dans « Young Republicans », présente les jeunes membres du Parti républicain comme, littéralement, prêts à consommer la chair de la classe ouvrière. Contre la manipulation politique des émotions, il invoque la nécessité de préserver la réflexion et l’intériorité (« In Your House ») , ou de faire preuve de compassion envers soi-même et ses faiblesses qui ne sont que les conséquences de notre vulnérabilité (« Buster Keaton », « Lucky People »). Moins désespéré qu’animé par l’urgence politique, Jana Hunter invite ainsi à regarder nos assassins dans les yeux (« Empire Sundown ») , et à les hanter longtemps. WILFRIED PARIS le protagoniste disjoncte et s’évade dans un monde imaginaire dans lequel il imagine son destin de manière complètement différente. Quand j’étais adolescent, je crois que j’étais très confus et en colère, et la folie me semblait être une alternative possible à une réalité trop violente. » JANA HUNTER TORSO
JUKE-BOX GRUFF RHYS  : « Pang ! » (Rough Trade) On avait laissé Gruff Rhys avec Babelsberg, album mature, intime et politique, dans lequel le folk se piquait d’ornements symphoniques. Pang ! prend le contre-pied de cette œuvre respectable. Guitares coupées en rondelles, cuivres à 55 °C, rythmiques electro piquantes  : ce cocktail mis au point entre Cardiff et l’Afrique du Sud (la production signée Muzi, l’usage de quelques mots zoulou) rappelle que le Gallois reste encore, à 49 ans tassés, un génial mixologue pop. M. P.LUKE TEMPLE  : « Both-And » (Native Cat Recordings) On admire autant Luke Temple pour sa prolixité (dix albums depuis 2005, sous son nom et avec le groupe Here We Go Magic) que pour sa capacité à se réinventer, déchirant ses propres formules, creusant là où ses camarades à succès osent à peine gratter. D’une ambition presque intimidante, Both-And dialogue avec la plume de John Martyn et de Syd Barrett, cause électroacoustique avec Brian Eno et John Cage, sans jamais paraître daté, ni vraiment datable. M. P.FAD GADGET  : Best of (Mute) La réédition en double vinyle de cette compilation couvrant les quatre premiers albums de Fad Gadget est l’occasion de réévaluer l’œuvre de ce pionnier du mouvement électronique, dont les descendants se ramassent à la pelle. Tout à la fois menaçante et blafarde, industrielle et théâtrale, sa musique trempait Bowie dans la soude caustique, trépanait Iggy à la perceuse et donnait du fil à retordre à tous les corbeaux new-wave des années 1980. Un anti-héros, un vrai. M. P.ILLUSTRATION  : SAMUEL ECKERT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 1Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 2-3Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 4-5Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 6-7Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 8-9Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 10-11Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 12-13Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 14-15Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 16-17Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 18-19Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 20-21Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 22-23Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 24-25Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 26-27Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 28-29Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 30-31Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 32-33Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 34-35Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 36-37Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 38-39Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 40-41Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 42-43Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 44-45Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 46-47Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 48-49Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 50-51Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 52-53Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 54-55Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 56-57Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 58-59Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 60-61Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 62-63Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 64-65Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 66-67Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 68-69Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 70-71Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 72-73Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 74-75Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 76-77Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 78-79Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 80-81Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 82-83Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 84-85Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 86-87Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 88-89Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 90-91Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 92-93Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 94-95Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 96-97Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 98-99Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 100-101Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 102-103Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 104-105Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 106-107Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 108-109Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 110-111Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 112-113Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 114-115Trois Couleurs numéro 172 septembre 2019 Page 116