Trois Couleurs n°163 octobre 2018
Trois Couleurs n°163 octobre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°163 de octobre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MK2 Agency

  • Format : (170 x 285) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 44,7 Mo

  • Dans ce numéro : climax...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
ZOOM ZOOM LES FILMS DU MOIS À LA LOUPE SHÉHÉRAZADE Avec son clin d’œil à la fictionnelle princesse perse, le titre du premier long métrage de Jean-Bernard Marlin laisse présager un conte merveilleux. C’est en fait un chemin ultra réaliste que prend le cinéaste originaire de Marseille, en suivant un délinquant qui sort de prison pour mineurs et la jeune prostituée qu’il rencontre, avant d’extirper ses deux héros incandescents des embûches par un gracieux lyrisme. Tout proche, il y a la mer. Mais on ne la voit quasiment pas, sauf dans les images d’archives du générique d’ouverture qui montrent des groupes de migrants débarquer à Marseille aux environs de la moitié du xx e siècle. Les héros du film, eux, n’ont pas le loisir d’aller la voir  : lâchés par des parents démissionnaires, ils traînent leurs jeunes carcasses de foyers en centres de détention pour mineurs, des trottoirs aux chambres d’hôtel crades dans le voisinage malfamé de la rue de la Rotonde. Le galérien qui nous fait découvrir ce monde, c’est Zac, 17 ans, petite frappe gouailleuse qui ne perd son entrain que lorsqu’il s’agit de sa mère – elle ne l’accueille pas à sa sortie de prison et ne veut plus le reprendre chez elle. Fuguant du foyer dès son arrivée, il se fait ensuite embrouiller par Shéhérazade, une toute jeune prostituée qui lui vole son shit au lieu de lui faire la passe promise. Les deux deviennent bientôt inséparables, Zac assurant les arrières de la jeune fille sur le pavé. On pense beaucoup à l’excellent
i Petits frères de Jacques Doillon (1999) en découvrant Shéhérazade, d’abord pour l’approche empathique, dénuée de jugement, de la jeunesse défavorisée que les deux films proposent. En mettant en scène des non-professionnels (époustouflants Dylan Robert et Kenza Fortas dans le film de Marlin) à l’histoire proche de celles de leurs personnages, ils apportent aussi une fraîcheur et une intensité rares au cinéma. Expressions, gestuelles, énergie… L’effet de réel est d’abord troublant, avant d’être emporté par l’ampleur de tragédie du récit  : Zac se fait trahir par ses frères de cœur, cherche à se venger, entre en conflit avec une bande de proxénètes rivale. Mais la descente aux enfers qui se profile est freinée par un élément aussi simple que tabou chez le jeune héros  : son amour indicible pour Shéhérazade, comme la seule force capable de lui faire défoncer les murs qui cloisonnent sa pensée et son destin, et de lui faire accepter de se retrouver derrière les barreaux quand il le faut. TIMÉ ZOPPÉ FILMS 00 61 3 QUESTIONS À JEAN-BERNARD MARLIN Votre documentaire et votre court métrage précédents se focalisaient déjà sur la jeune délinquance. Qu’est-ce qui vous intéresse dans ce milieu ? Shéhérazade est inspiré d’un fait divers impliquant un garçon de 17 ans qui vivait dans des chambres d’hôtel avec deux filles prostituées de son âge dans le quartier dans lequel j’ai ensuite tourné. C’est leur histoire d’amour qui m’a donné envie de faire le film, pas tant la délinquance. Pour ces projets, c’est aussi le problème du manque d’argent qui m’intéressait, car il s’est posé à moi au même âge. Le film se déroule à Marseille, mais on ne reconnaît pas spécialement la ville. Pourquoi avoir choisi d’en gommer les spécificités ? Je connais très bien la ville, j’y ai grandi, je ne voulais pas en montrer les lieux touristiques – quand on connaît, on va forcément vers les choses plus pointues. Mais le film commence par des images d’archives d’immigrés qui débarquent à Marseille, car je voulais tout de même faire de la ville un personnage à part entière, en montrant que c’est une terre d’immigration. Certaines scènes sont très stylisées, avec des jeux de lumière assez impressionnistes. Pourquoi ce parti pris antinaturaliste dans un film aussi ancré dans le réel ? Comme j’avais devant la caméra une matière documentaire, je ne voulais pas que la mise en scène se contente de capter. Avec ce genre de films, on peut être très feignant en tant que réalisateur. On a parfois été contraints par le réel, les acteurs, les décors, d’adopter cette esthétique, mais je lorgnais plutôt du côté d’Apocalypse Now, des films des années fin 1970-début 1980. —  : de Jean-Bernard Marlin Ad Vitam (1 h 49) Sortie le 5 septembre — D. R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 1Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 2-3Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 4-5Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 6-7Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 8-9Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 10-11Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 12-13Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 14-15Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 16-17Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 18-19Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 20-21Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 22-23Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 24-25Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 26-27Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 28-29Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 30-31Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 32-33Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 34-35Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 36-37Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 38-39Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 40-41Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 42-43Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 44-45Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 46-47Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 48-49Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 50-51Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 52-53Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 54-55Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 56-57Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 58-59Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 60-61Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 62-63Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 64-65Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 66-67Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 68-69Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 70-71Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 72-73Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 74-75Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 76-77Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 78-79Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 80-81Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 82-83Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 84-85Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 86-87Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 88-89Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 90-91Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 92-93Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 94-95Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 96-97Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 98-99Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 100-101Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 102-103Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 104-105Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 106-107Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 108-109Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 110-111Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 112-113Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 114-115Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 116-117Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 118-119Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 120-121Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 122-123Trois Couleurs numéro 163 octobre 2018 Page 124