Trois Couleurs n°162 septembre 2018
Trois Couleurs n°162 septembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°162 de septembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MK2 Agency

  • Format : (170 x 285) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 11 Mo

  • Dans ce numéro : à l'aventure...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
BOBINES 4 On est à la fois sur cette plage de Cergy et quelque part en Afrique. En fait, ce lieu raconte tout un tas d’autres lieux, réels ou imaginaires. Est-ce qu’on peut rapprocher votre démarche documentaire de celle de Claire Simon pour Le Bois dont les rêves sont faits (2016), tourné au bois de Vincennes ? Tout à fait. Quand le film est sorti, je suis allé le voir tout de suite parce que ça me faisait penser à L’Île au trésor, que je préparais depuis cinq ou six ans. Les deux films explorent des territoires à la lisière de la ville, des endroits qui permettent d’échapper quelques heures à la violence des rapports sociaux. Après, celui de Claire Simon est plus sérieux. À la limite, je dirais que mon film se rapproche plus de Ce cher mois d’août (2008) de Miguel Gomes [le réalisateur met en scène, dans une ambiance effervescente, l’été d’un village portugais montagneux,ndlr], il a ce désir premier de filmer cette sensation de l’été, des vacances. Plus encore des Hommes le dimanche (1930) de Robert Siodmak et Edgar George Ulmer, un documentaire allemand muet sur un dimanche au bord d’un lac en périphérie de Berlin – la ville se vide, il y a cette ambiance populaire, un côté « congés payés ». Je pensais aussi beaucoup à Zéro de conduite (1933) de Jean Vigo [qui suit de jeunes pensionnaires d’un internat qui fomentent une rébellion après que l’un d’entre eux a été injustement puni,ndlr], son esprit transgressif généralisé, ce jeu permanent avec la règle. En parlant de règle, ce qui semble notamment vous intéresser dans le motif du parc, c’est son aspect fermé, ses barrières, ses contrôles, ses grillages. Pourquoi ? Parce que c’est un lieu qui est protégé du monde, plus doux, plus accueillant que la ville autour, mais qu’en même temps il se transforme au même rythme que notre société. En préparant le film, j’avais trouvé des images d’archives qui remontent à la création de l’île de loisirs dans les années 1970. Il y a un côté plus libre, plus anarchique. Ça m’a fait bizarre de penser au dispositif de sécurité actuel, qui renvoie presque à l’univers carcéral, EN COUVERTURE avec toutes ces caméras de surveillance qui ne cessent de s’implanter. Et quand, en période de repérage, j’ai vu pour la première fois des gamins escalader la grille – fort heureusement de manière légère et ludique –, il y avait un écho avec les images de migrants qui essaient d’entrer en Europe ou en France. L’attentat de Nice dans la seconde partie de Contes de juillet, l’exil d’une famille afghane ou le récit du veilleur de nuit dans L’Île au trésor… Sans en avoir l’air, vos films sont en prise avec le monde contemporain. J’ai toujours cette angoisse de faire des films trop légers, trop anecdotiques. Je me demande si c’est légitime aujourd’hui de faire des films sur le sentiment amoureux alors « Les territoires à la lisière de la ville permettent d’échapper à la violence des rapports sociaux. » 32
1- GUILLAUME BRAC L’ÎLE AU TRÉSOR L’été est la matière première de ce grisant documentaire, son fil rouge hédoniste et mélancolique. Sur la très rohmérienne base de loisirs de Cergy-Pontoise, Brac saisit au vol les joies et les peines d’une foule bigarrée. L’insouciance de la génération Snapchat cohabite avec les cauchemars d’un veilleur de nuit guinéen en exil, la solitude d’un prof retraité avec les rires d’une famille philippine. Un lien secret, presque utopique, semble les unir dans cet éphémère éden. ÉRIC VERNAY qu’il y a tant d’autres sujets importants… Donc j’ai l’obsession de trouver ce point de rencontre entre nous tous, quel que soit notre milieu ou notre culture d’origine. La nouvelle de l’attentat, par exemple, on l’a reçue alors qu’on était dans le jeu de fabrication d’un film. La réalité perce la bulle fictionnelle. Il y a quelque chose du monde qui vient heurter de plein fouet le film en train de se faire. Le titre Contes de juillet évoque Conte d’été d’Éric Rohmer, qui avait d’ailleurs tourné en partie L’Ami de mon amie sur la base de loisirs de Cergy. Comment son cinéma résonne-t-il avec le vôtre ? Quand j’ai vu L’Ami de mon amie pour la 33 première fois, j’ai été touché de reconnaître le lieu sans y être préparé. C’est à travers ce film que mes propres souvenirs d’enfance se sont réveillés. Mais, à la différence d’Éric Rohmer, qui filmait des personnages issus de la moyenne bourgeoisie, je voulais capter la dimension populaire du lieu et faire en sorte que la banlieue telle qu’on la voit d’habitude reste dans le hors-champ du film. Les habitants de Cergy, qui pour certains ont peu d’occasions de partir en vacances, sont dans un contexte de temps libre, ils se libèrent de leurs étiquettes sociales. Il y a dans le film la volonté de casser les clichés, mais surtout celle de créer une forme d’égalité. T POPCORN



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 1Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 2-3Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 4-5Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 6-7Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 8-9Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 10-11Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 12-13Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 14-15Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 16-17Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 18-19Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 20-21Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 22-23Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 24-25Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 26-27Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 28-29Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 30-31Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 32-33Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 34-35Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 36-37Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 38-39Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 40-41Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 42-43Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 44-45Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 46-47Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 48-49Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 50-51Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 52-53Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 54-55Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 56-57Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 58-59Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 60-61Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 62-63Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 64-65Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 66-67Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 68-69Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 70-71Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 72-73Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 74-75Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 76-77Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 78-79Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 80-81Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 82-83Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 84-85Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 86-87Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 88-89Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 90-91Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 92-93Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 94-95Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 96-97Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 98-99Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 100-101Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 102-103Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 104-105Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 106-107Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 108-109Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 110-111Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 112-113Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 114-115Trois Couleurs numéro 162 septembre 2018 Page 116