Trois Couleurs n°108 février 2013
Trois Couleurs n°108 février 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°108 de février 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MK2 Agency

  • Format : (170 x 285) mm

  • Nombre de pages : 120

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : De Palma, obsédé visuel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Courrier du cœur Nicolas Guérin
ENTRETIEN Rare et adulé, l’Américain JEFFREY EUGENIDES publie un livre tous les dix ans. Son Roman du mariage délaisse l’expérimentation formelle de The Virgin Suicides (adapté au cinéma par Sofia Coppola) et la généalogie tortueuse de Middlesex (prix Pulitzer en 2003) pour un triangle amoureux sur fond de psyché estudiantine des années 1980. Dans cette comédie de mœurs érudite, Madeleine, Leonard et Mitchell sont ballotés entre les espérances romantiques des œuvres de Jane Austen et les préceptes déconstructivistes de la French theory. Un bel hommage au roman sentimental, teinté ici d’une ironie propre à notre époque, celle du divorce. _Propos recueillis par Clémentine Gallot et Juliette Reitzer Le mariage ne présente plus les mêmes enjeux qu’au XIX e siècle. Pourquoi en avoir fait le sujet d’une intrigue moderne ? Le mariage est encore aujourd’hui un grand événement dans la vie des gens, il regorge de matériaux dramatiques pour un écrivain. Mais mon désir était surtout d’écrire sur comment le fait de lire sur le mariage affecte nos comportements amoureux. C’est pourquoi l’épigraphe du livre est une citation de La Rochefoucauld : « Il y a des gens qui n’auraient jamais été amoureux s’ils n’avaient jamais entendu parler de l’amour. » Être marié n’est pas un fait naturel ou biologique, mais la culture nous convainc que c’est ce qui doit nous arriver. Madeleine est coincée entre son admiration pour les romans de Jane Austen et les théories féministes des années 1980 qui jalonnent son parcours universitaire… Je voulais parler du thème traditionnel du mariage, mais le rendre consistant en le faisant résonner avec la vie d’une femme moderne. C’est le conflit qui anime Madeleine : elle est attirée par la tradition du mariage et tout ce qui va avec, mais elle ne veut pas reproduire ce qui a été fait par sa mère et sa grand-mère, elle veut s’en libérer. Les personnages du livre étudient la French theory, notamment Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes. Comment ces lectures influencentelles leurs comportements ? Les tourments amoureux de Madeleine commencent au moment où ce qu’elle lit de cette French theory déconstruit le concept même de l’amour. C’est cette ironie qui m’a donné l’impulsion du livre : une jeune femme veut s’émanciper de ses illusions romantiques, elle pense qu’elle peut y parvenir en abordant sa vie amoureuse de façon plus intellectuelle mais tombe amoureuse d’un jeune homme qui suit le même cours qu’elle. Pourquoi vous intéressez-vous tant aux jeunes gens dans vos livres ? Mes livres sont la plupart du temps rétrospectifs. Dans The Virgin Suicides, ce sont des hommes d’âge moyen qui se rappellent leur adolescence, et, dans Middlesex, un quadragénaire qui se remémore son enfance et la vie de ses parents et grands-parents. Il y a donc l’idée du retour au temps où les choses les plus fortes vous sont arrivées : la première fois que vous tombez amoureux, le premier voyage… Et quand vous écrivez sur des personnages pris dans ce genre d’expériences fortes, cela donne une histoire plus riche émotionnellement. Quelle est la part autobiographique de vos romans ? Je ne crois pas que l’autobiographie constitue un projet littéraire qui puisse se suffire à lui-même. J’ai besoin de trouver des liens entre la littérature et la vie, donc j’écris sur des lieux où je suis allé, sur le genre de personnes que je connais. Mais je ne veux pas raconter des histoires de ma vie – d’ailleurs, la plupart ne sont pas passionnantes. Pourtant, comme Mitchell, vous avez étudié la religion et vous êtes allé en Inde pour travailler dans l’hospice de mère Teresa… Pourquoi ? J’y pensais hier car c’est assez lié à mon premier voyage en Europe et au fait de visiter des endroits comme Notre-Dame. J’étais stupéfait par mon ignorance sur la religion et sur les mouvements historiques qui ont créé de tels monuments et défini la manière dont les gens www.mk2.com 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 1Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 2-3Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 4-5Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 6-7Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 8-9Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 10-11Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 12-13Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 14-15Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 16-17Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 18-19Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 20-21Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 22-23Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 24-25Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 26-27Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 28-29Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 30-31Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 32-33Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 34-35Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 36-37Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 38-39Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 40-41Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 42-43Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 44-45Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 46-47Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 48-49Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 50-51Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 52-53Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 54-55Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 56-57Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 58-59Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 60-61Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 62-63Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 64-65Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 66-67Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 68-69Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 70-71Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 72-73Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 74-75Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 76-77Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 78-79Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 80-81Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 82-83Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 84-85Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 86-87Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 88-89Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 90-91Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 92-93Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 94-95Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 96-97Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 98-99Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 100-101Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 102-103Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 104-105Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 106-107Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 108-109Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 110-111Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 112-113Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 114-115Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 116-117Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 118-119Trois Couleurs numéro 108 février 2013 Page 120