Trendy n°3 nov 14 à fév 2015
Trendy n°3 nov 14 à fév 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de nov 14 à fév 2015

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Groupe Express-Roularta

  • Format : (174 x 225) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : études... dans quel cursus réussirez-vous le mieux ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
68 6 raisons 6de choisir l’hôtellerie et la restauration Les métiers du secteur embauchent non-stop, avec des perspectives de carrière à l’international pour les plus diplômés. Les métiers de l’hôtellerie-restauration demandent une très grande disponibilité, avec un pic aux heures des repas, mais aussi pendant les vacances, les week-ends et les fêtes. Ce secteur exige aussi, quels que soient les situations et les clients, d’être débrouillard(e), d’avoir une bonne humeur à toute épreuve et une excellente condition physique. Des exigences que les passionnés ne considèrent pas comme des contraintes. Au contraire, ils ne trouvent que des avantages à travailler dans ce domaine. En voici six. l’été dernier à quelques rues de son établissement. « En général, on me demande si j’ai peur de perdre des clients, mais ce qui m’inquiète surtout, c’est de ne pas pouvoir garder mon personnel ! » assure-t-il. Le turn-over est très élevé dans le secteur de l’hôtellerie-restauration pour deux raisons essentielles  : d’une part, passer d’une « maison » à une autre est considéré comme formateur, même si on n’y reste que le temps d’une saison touristique ; d’autre part, les offres d’emploi sont nombreuses. C’est un secteur qui recrute ! Le monde entier vous attend 1 2 Le directeur du palace parisien Shangri-La Hotel déclare ne pas craindre la concurrence du Peninsula, un nouvel établissement de luxe de quelque 200 chambres qui a ouvert Le savoir-faire français dans les métiers de la restauration et de l’hôtellerie est réputé partout dans le monde. Sitôt votre diplôme en poche, vous pourrez donc vous envoler pour Illustration Ariane Pinel
l’Australie ou l’Asie, où vous trouverez du travail sans difficultés. « La zone Asie-Océanie semble offrir de nouvelles opportunités d’emplois et le Moyen-Orient se maintient », note Géraldine Derycke, responsable des relations avec les diplômés, à l’Institut Paul-Bocuse, à Écully, près de Lyon. 3 Le luxe, ça booste le quotidien Si vous rêvez de passer la plus grande partie de votre carrière professionnelle dans des cinq étoiles ou des Relais et Châteaux, vous le pouvez. « À la sortie de l’école, presque tous nos diplômés partent dans le luxe, c’est une suite logique des stages, une façon de bien commencer sa carrière, avant de revenir dans des établissements plus standards », souligne Eléonore Vial, directrice formation & développement académique de l’Institut Paul-Bocuse. 4 Vous incarnez l’excellence à la française En tant que client, vous avez déjà pu apprécier l’aisance et la classe naturelle du personnel d’un grand hôtel ou d’un grand restaurant. Cette excellence à la française s’apprend dans les écoles, de telle sorte qu’à la fin de vos études, vous êtes capable de l’incarner le plus naturellement du monde. « Certains de mes élèves me reprochent d’avoir un règlement intérieur digne d’un pensionnat des années cinquante, s’amuse Arnaud Bouvier, le directeur de l’École supérieure d’hôtellerie (ESH), implantée à Paris et à Londres. Mais je le prends comme un compliment. C’est nécessaire pour s’imprégner petit à petit de règles qu’il faudra appliquer à soi-même, mais surtout, en tant que futur manager, pour les mettre en place dans des établissements hôteliers. » 5 Quel parcours d’études ? Des opportunités de promotion rapide Pour conserver leur personnel, les grands groupes hôteliers ou de restauration misent sur les promotions. Chez Flo, par exemple, si vous débutez au poste d’hôte ou d’hôtesse de table dans un Hippopotamus (soit serveur ou serveuse), vous serez leader (l’équivalent de maître d’hôtel) moins de deux ans plus tard. Vous occuperez ce poste pendant un an à un an et demi avant de passer adjoint. À chaque fois, vous changerez de restaurant. Le poste suivant est celui de directeur d’exploitation (chaque restaurant est dirigé par un directeur d’exploitation entouré de deux à quatre adjoints). 6 Des salaires attractifs Dans l’hôtellerie-restauration, le salaire minimum est de 1% supérieur au SMIC. Les rémunérations varient, bien sûr, selon le type d’établissement dans lequel vous travaillez. « Au printemps 2013, nous avons refondu les grilles de salaires dans nos brasseries afin de rester plus attractifs face à la concurrence », souligne Sophie Mouhieddine, directrice des ressources humaines du groupe Flo. À titre d’exemple, chez Flo, le détenteur d’un BTS débutera comme maître d’hôtel avec un salaire mensuel de 1 850 à 2000  € brut. Pour les détenteurs d’une licence pro, la fourchette sur un poste de maître d’hôtel responsable se situe entre 2000 et 2300  € brut mensuels. À ces montants peuvent s’ajouter des pourboires éventuels et, selon les cas, le repas et l’hébergement. En cuisine, on débute toujours au poste de commis, légèrement au-dessus du SMIC (autour de 1550  € brut mensuels), avant de devenir cuisinier où la progression de salaire dépend du chiffre d’affaires du restaurant. ◊Céline Manceau Cursus Après un bac général, il faut passer par une année de mise à niveau pour préparer le BTS (brevet de technicien supérieur) hôtellerie-restauration. Le lycée Jean-Drouant à Paris, reçoit, via Admission-postbac, environ 1200 demandes d’entrée en classe de mise à niveau hôtellerie, pour 70 places offertes. À noter que le BTS est accessible directement aux détenteurs d’un bac professionnel ou technologique. Il existe de nombreuses écoles – en France et à l’étranger, notamment en Suisse – qui proposent des cursus jusqu’au master. Ces filières sont toutes sélectives. 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 1Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 2-3Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 4-5Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 6-7Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 8-9Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 10-11Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 12-13Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 14-15Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 16-17Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 18-19Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 20-21Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 22-23Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 24-25Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 26-27Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 28-29Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 30-31Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 32-33Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 34-35Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 36-37Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 38-39Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 40-41Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 42-43Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 44-45Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 46-47Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 48-49Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 50-51Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 52-53Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 54-55Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 56-57Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 58-59Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 60-61Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 62-63Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 64-65Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 66-67Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 68-69Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 70-71Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 72-73Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 74-75Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 76-77Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 78-79Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 80-81Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 82-83Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 84