Trendy n°3 nov 14 à fév 2015
Trendy n°3 nov 14 à fév 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de nov 14 à fév 2015

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Groupe Express-Roularta

  • Format : (174 x 225) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : études... dans quel cursus réussirez-vous le mieux ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
m’ennuie Je en cours Dix minutes que le cours a commencé et c’est plus fort que vous  : vous voilà avachi sur votre bureau, vous crayonnez, votre esprit vagabonde… Bref, la lassitude vous a envahi et vous finissez par décrocher. Comment réagir pour ne plus passer l’heure à bayer aux corneilles ? Conseils et « remèdes » de ceux qui ont réussi à vaincre leur ennui. Fotolia
Je passe des heures et des heures, en classe, à regarder par la fenêtre, à dessiner, à écrire des petits textes perso que je recopie ensuite le soir chez moi. L’ennui m’envahit en cours depuis un ou deux ans, surtout avec les profs soporifiques… » Emma, 15 ans, élève en seconde au lycée Jacques- Decour, à Paris, a beaucoup réfléchi à la question. Pour son témoignage, elle a demandé à changer de prénom parce qu’elle croit savoir que « c’est mal vu, jamais compris et toujours mal interprété par les parents et les profs, alors que, franchement, ce n’est pas toujours négatif, c’est comme une pause ». La psychanalyste Françoise Dolto ne disait pas le contraire quand elle affirmait que l’ennui pouvait être considéré comme un signe d’intelligence. Les moments « vacants » d’Emma ne lui font d’ailleurs pas perdre pied, ce sont des plages créatives. « Je repars, je me raccroche à la leçon quand j’ai terminé mes divagations. Enfin… à condition que ça m’intéresse », ajoute-t-elle. Vous n’êtes pas une exception Emma n’est pas un cas unique, loin de là. L’ennui a toujours existé en classe, cette « lassitude », cette « impression de vide », comme le définit le dictionnaire, a simplement changé de forme. Il y a vingt ou trente ans, les élèves qui s’ennuyaient n’apostrophaient pas leurs camarades. Désormais, ils sont plus bruyants. « Quand ils ne savent pas quoi faire, ils se portent vers les autres, soit en les interpellant soit en jouant avec un objet, un stylo ou une gomme, en se faisant un peu remarquer », relève Joël Clerget, psychanalyste. La réflexion sur le phénomène a changé aussi. « On note une prise de conscience de la part du corps enseignant et des adultes, poursuit le psychanalyste. L’ennui est entré dans le discours. » Désormais, c’est un fait admis, reconnu et étudié à la loupe par les chercheurs en pédagogie et psychologie  : il fait partie de la présence des élèves en classe. Rester assis sans bouger, c’est une éternité ! Jeanne, 17 ans, élève en terminale L au lycée Victor-Hugo, à Paris, a du mal à tenir en place et ne s’en cache pas. Le désœuvrement la guette régulièrement. « Quand cela m’arrive, j’ai la bougeotte, dit cette élève en section théâtre. Les profs attendent de nous une tenue particulière, un port de tête parfait, c’est trop difficile ! Depuis qu’on est petits, on nous demande de rester dans la même posture. Il faudrait bouger de temps en temps, je suis sûre que nous serions plus aptes à apprendre. » Marie, 18 ans, en L1 (licence 1) de droit à Paris 1, avait trouvé la parade  : « Je ne tenais pas en place au lycée, j’ai appris à ne pas craquer en m’étirant un maximum aux intercours au lieu de rester immobile. Dans les matières très pénibles, je faisais discrètement des moulinets avec mes poignets et des cercles avec les pieds. Ça m’évitait de m’assoupir. » Les chercheurs en pédagogie et les spécialistes des rythmes se sont penchés sur cet aspect. Ils s’accordent à dire que 55 minutes d’écoute attentive, d’affilée, sont perçues comme une éternité par les adolescents. C’est physiologique. « Il m’est arrivé d’envoyer un élève faire le tour de la cour en courant ; au retour, il était prêt à écouter et à participer », confirme Brigitte, professeure d’espagnol à la retraite. D’autres motifs de lassitude ? Ce n’est pas le manque de mouvements qui vous plonge dans les affres de l’ennui, mais bel et bien votre manque d’intérêt pour la matière ? Ou bien cela vient du prof, que vous trouvez soporifique ? Vous avez l’impression que vous savez déjà tout de ce qu’il raconte ? Là aussi des « remèdes » existent. Découvrez dans la suite de notre article comment d’autres élèves atteints par le même « mal » que vous ont réussi à ne plus s’ennuyer. Ils frôlaient le bore-out en cours  : comment ils ont vaincu l’ennui Les affres de la lassitude en cours, Hugo, 17 ans, les a connues. Pourquoi ? À cause de son manque d’intérêt pour la matière. C’est en cours de physique-chimie que cet interne en première L au lycée Bignon de Mortagne-au-Perche (61) a le plus bayé aux corneilles. « Plus on avançait dans le programme, plus je perdais pied, plus je m’endormais », dit-il, soulagé d’être entré dans une autre « ère », celle des disciplines littéraires. « Je ne souhaite cela à personne, j’étais réellement perdu et mal dans ma peau. J’ai galéré et failli redoubler ma seconde. Ce sont ma bonne volonté et mes notes en français et en histoire qui m’ont sauvé. » Son conseil  : « Prendre les choses à l’envers et demander de l’aide avant de sombrer. Il y aura toujours un surveillant, un copain, un prof pour nous expliquer. » ➫ 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 1Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 2-3Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 4-5Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 6-7Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 8-9Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 10-11Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 12-13Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 14-15Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 16-17Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 18-19Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 20-21Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 22-23Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 24-25Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 26-27Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 28-29Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 30-31Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 32-33Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 34-35Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 36-37Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 38-39Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 40-41Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 42-43Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 44-45Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 46-47Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 48-49Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 50-51Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 52-53Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 54-55Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 56-57Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 58-59Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 60-61Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 62-63Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 64-65Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 66-67Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 68-69Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 70-71Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 72-73Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 74-75Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 76-77Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 78-79Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 80-81Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 82-83Trendy numéro 3 nov 14 à fév 2015 Page 84