Touring n°2019-11 novembre
Touring n°2019-11 novembre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-11 de novembre

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Touring Club Suisse

  • Format : (210 x 282) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 25,2 Mo

  • Dans ce numéro : en selle !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
MOBILITÉ « Mon rôle de mère me permet de décompresser » Concilier son métier de pilote et ses devoirs de maman ne pose pas de problème à Julia Bostel. Cette jeune femme de 39 ans nous explique quelles sont les exigences pour y parvenir et pourquoi elle éprouve toujours du plaisir à entrer dans un cockpit. TEXTE JULIANE LUTZ PHOTOS EMANUEL FREUDIGER Comment êtes-vous devenue pilote ? Julia Bostel  : J’ai toujours trouvé les aéroports passionnants, et ceci depuis mon plus jeune âge. Je me rendais souvent à Francfort avec mon grand-père pour y manger une glace et voir les avions décoller et atterrir. Plus tard, j’ai souhaité exercer une profession variée et passionnante, sans devoir me tenir à des horaires de bureau. La formation de pilote de ligne est considérée comme très exigeante. Qu’en avez-vous pensé ? Chaque formation comporte son lot de difficultés. Je savais à quoi m’attendre, et si vous avez certaines aptitudes, cela est tout à fait réalisable. Quelles sont ces aptitudes ? Devenir pilote professionnelle, c’est être capable de travailler en étant souvent sous pression. Les compétences sociales sont également très importantes. Il faut trouver du plaisir à travailler en équipe et savoir diriger des personnes très différentes. L’intérêt et la compréhension techniques représentent un plus, mais, finalement, beaucoup de choses s’apprennent durant la formation. Donc, nul besoin d’être un génie des maths ? Je suis loin de l’être. Mais les pilotes doivent quand même savoir faire 32 touring novembre 2019 preuve d’un certain sang-froid ? Il est bien sûr primordial de rester calme dans des situations critiques et de ne pas hésiter lorsque des décisions doivent être prises. Est-ce que les femmes pilotes sont nombreuses chez Easyjet ? Nous sommes désormais près de 200, ce qui représente 6% de l’effectif des pilotes de la compagnie. C’est 1% de plus que la moyenne mondiale des compagnies aériennes. Qu’est-ce que la compagnie entreprend concrètement pour permettre aux femmes pilotes de concilier vie professionnelle et vie familiale ? Je suis pilote à temps partiel, à 50%, ce qui n’est jamais acquis auprès d’autres compagnies. Etant mère de deux enfants, cela me permet d’atteindre l’équilibre parfait entre vie professionnelle et vie privée. Toutefois, même si je ne travaille qu’à mi-temps, j’ai l’obligation d’effectuer le même nombre d’heures sur simulateur que mes collègues employés à 100%. C’est un beau geste de la part d’Easyjet de financer intégralement ces heures-là, malgré ma charge de travail réduite. Nous sommes également l’une des rares compagnies aériennes du monde à avoir lancé sa propre initiative (ndlr  : l’initiative Amy-Johnson) pour attirer plus de femmes dans nos cockpits. L’objectif de cette initiative est d’augmenter la proportion de femmes pilotes embauchées à 20% d’ici à 2020. A-t-il été difficile de survivre en tant que femme dans ce monde essentiellement masculin ? J’ai toujours été traitée avec respect et courtoisie par mes collègues masculins. Il s’agit d’un environnement de travail professionnel dans lequel vous faites confiance à vos collègues afin que tout fonctionne, peu importe qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes. Depuis combien de temps êtes-vous copilote ? Depuis 16 ans aujourd’hui. Et quand deviendrez-vous capitaine ? Dans un avenir proche, je l’espère. Mais j’ai eu la malchance, par le passé, de travailler pour des compagnies qui ont fait faillite alors que j’étais sur le point de franchir ce pas. J’ai donc dû à chaque fois postuler ailleurs, et avec chaque changement, tout recommencer à zéro. Avez-vous une idée du nombre de vols que vous avez effectués en tant que copilote ? C’est difficile à dire parce que vous ne comptez pas le nombre de vols que vous avez effectués, mais le nombre d’heures. J’ai maintenant près de 6000 heures de vol derrière moi, ce qui n’est pas tant pour mon âge. Mais j’ai fait une pause maternité de trois ans, durant laquelle je n’ai pas volé. A titre de comparaison, mon mari a le même âge que moi, il a également commencé en même temps et il en est à près de 10 000 heures de vol. Quelles sont vos principales liaisons ? Principalement de courtes et moyennes distances. Les destinations les plus éloignées de ma base, l’aéroport de Bâle-Mulhouse, sont l’Islande, Israël, les îles Canaries et le Maroc. Vous avez décollé et atterri d’innombrables fois, vous connaissez de nombreux aéroports. Qu’est-ce qui est encore particulièrement intéressant après toutes ces années ? J’apprécie particulièrement le changement de rythme. Je me suis toujours rendue au travail avec plaisir, même s’il peut être épuisant de devoir parfois se lever à 2 heures du matin. Chaque jour a quelque chose de stimulant et chaque vol est différent. La semaine dernière, je me suis rendue pour la première fois à Dubrovnik, et l’approche était spéciale. C’est aussi agréable de voler avec différentes personnes dans l’avion. Et j’ai la chance de voir le soleil tous les jours de ma cabine de pilotage, même
Julia Bostel après l’Outside-Check d’un appareil d’Easyjet, à l’aéroport de Bâle. novembre 2019 touring 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Touring numéro 2019-11 novembre Page 1Touring numéro 2019-11 novembre Page 2-3Touring numéro 2019-11 novembre Page 4-5Touring numéro 2019-11 novembre Page 6-7Touring numéro 2019-11 novembre Page 8-9Touring numéro 2019-11 novembre Page 10-11Touring numéro 2019-11 novembre Page 12-13Touring numéro 2019-11 novembre Page 14-15Touring numéro 2019-11 novembre Page 16-17Touring numéro 2019-11 novembre Page 18-19Touring numéro 2019-11 novembre Page 20-21Touring numéro 2019-11 novembre Page 22-23Touring numéro 2019-11 novembre Page 24-25Touring numéro 2019-11 novembre Page 26-27Touring numéro 2019-11 novembre Page 28-29Touring numéro 2019-11 novembre Page 30-31Touring numéro 2019-11 novembre Page 32-33Touring numéro 2019-11 novembre Page 34-35Touring numéro 2019-11 novembre Page 36-37Touring numéro 2019-11 novembre Page 38-39Touring numéro 2019-11 novembre Page 40-41Touring numéro 2019-11 novembre Page 42-43Touring numéro 2019-11 novembre Page 44-45Touring numéro 2019-11 novembre Page 46-47Touring numéro 2019-11 novembre Page 48-49Touring numéro 2019-11 novembre Page 50-51Touring numéro 2019-11 novembre Page 52-53Touring numéro 2019-11 novembre Page 54-55Touring numéro 2019-11 novembre Page 56-57Touring numéro 2019-11 novembre Page 58-59Touring numéro 2019-11 novembre Page 60-61Touring numéro 2019-11 novembre Page 62-63Touring numéro 2019-11 novembre Page 64-65Touring numéro 2019-11 novembre Page 66-67Touring numéro 2019-11 novembre Page 68-69Touring numéro 2019-11 novembre Page 70-71Touring numéro 2019-11 novembre Page 72-73Touring numéro 2019-11 novembre Page 74-75Touring numéro 2019-11 novembre Page 76-77Touring numéro 2019-11 novembre Page 78-79Touring numéro 2019-11 novembre Page 80-81Touring numéro 2019-11 novembre Page 82-83Touring numéro 2019-11 novembre Page 84-85Touring numéro 2019-11 novembre Page 86-87Touring numéro 2019-11 novembre Page 88-89Touring numéro 2019-11 novembre Page 90-91Touring numéro 2019-11 novembre Page 92