Touring n°2019-09 septembre
Touring n°2019-09 septembre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-09 de septembre

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Touring Club Suisse

  • Format : (210 x 282) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 34,4 Mo

  • Dans ce numéro : parés pour le grand décollage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Parents et instits se préparent à des préaux encombrés Parents-taxis trop nombreux ; enseignants motorisés en butte à une raréfaction des places de stationnement devenues pour beaucoup payantes  : la rentrée scolaire a pris en maints endroits des allures de casse-tête pour ses acteurs adultes, surtout en agglomération. TEXTE JÉRÔME LATHION PHOTO PIA NEUENSCHWANDER ILLUSTRATION NICOLAS KRISTEN Les parents-taxis ? « Certains, s’ils le pouvaient, entreraient dans le bâtiment scolaire en voiture. » La boutade est signée Jean-Marc Haller, secrétaire général du Syndicat des enseignants romands (SER) – 8 associations cantonales et 7000 membres en Suisse romande. S’il entend le sentiment d’insécurité dictant une telle conduite – crainte de l’accident, de l’enlèvement ou des bagarres entre écoliers –, il déplore une habitude pas toujours justifiée (lire encadré). De leur côté, les enseignants doivent faire face à des difficultés croissantes en matière de stationnement. Car le temps n’est plus où l’instituteur, rétribué par la commune, faisait également office de concierge et disposait d’un logement de fonction dans le bâtiment scolaire. « Ce dernier est resté un atout à l’engagement jusque dans les années 1970, au vu des salaires pratiqués », précise Jean-Marc Haller. Aujourd’hui employé de l’Etat, l’enseignant primaire n’est plus astreint à résidence sur le territoire communal. Corollaire  : « La pendularité a augmenté, avec des différences géographiques liées à certains facteurs comme le prix du logement. » 18 touring septembre 2019 Enseignants mobiles En l’absence de données statistiques, le SER n’est pas en mesure de chiffrer la part des enseignants privilégiant la voiture pour se rendre à leur travail. Mais le recours à un véhicule s’avère parfois indispensable, s’il s’agit notamment de transporter du matériel pédagogique ou un volume conséquent de cahiers à corriger. Certains enseignants doivent en effet partager leur temps sur plusieurs sites et tous les bâtiments scolaires – dont certains ferment d’ailleurs tôt – ne disposent pas de salles permettant de s’acquitter du pensum sur place après les cours. « J’estime à 15% environ le taux des enseignants contraints à des déplacements professionnels motorisés en journée », confie le secrétaire général. Qui déplore dans ce contexte une tendance en voie de généralisation  : « Ce qui était gratuit devient payant ! » La raréfaction des facilités de stationnement aux abords des écoles est aggravée à l’entendre par le développement du temps partiel, qui induit toujours plus de personnes, et donc de voitures à garer. « Un peu plus de souplesse des autorités serait bienvenue, au moins pour les cas particuliers, soupire Jean-Marc Haller. Une chose est sûre  : la conversion à la mobilité douce n’est pas aisée pour notre corporation. » Renvoi aux communes Adjoint à la Direction générale de l’enseignement obligatoire (DGEO) de l’Etat de Genève, Philippe Lemière est sensible à ces doléances  : « Les places de parc constituent un problème, mais les bâtiments scolaires appartiennent aux communes, tient-il à rappeler d’emblée. Nous ne pouvons donc que renvoyer les enseignants aux autorités communales pour trouver si possible des arrangements en matière de stationnement. Il faut souligner en amont que la mobilité douce est fortement soutenue par le Conseil d’Etat et que l’Etat employeur n’a pas en principe à fournir de places de stationnement pour les trajets maison-bureau. Les communes non plus. » La République du bout du lac, ville et campagne, connaît tous les aspects du problème. Au total ici pour la prochaine rentrée, 58 établissements mais 165 bâtiments scolaires, dont un tiers situés au centre-ville ; 2400 enseignants primaires et 36 500 écoliers attendus, soit 800 de plus qu’il y a une année. « Au centre, outre le parcage, les enseignants ne sont pas aidés par les conditions de circulation. Nombre d’entre eux font le choix d’un deux-roues ou des transports publics. C’est plus difficile dans les communes de campagne, où la réduction des cadences se révèle parfois peu compatible avec les plans horaires de travail, poursuit Philippe Lemière. Nous nous employons à satisfaire dans la mesure du possible les vœux de proximité exprimés par le personnel. Mais nous disposons d’une marge de manœuvre réduite car il faut tenir compte en priorité des besoins des établissements. » « La pendularité a augmenté, avec des différences liées à certains facteurs comme le prix du logement. » Jean-Marc Haller, Secrétaire général du Syndicat des enseignants romands (SER) La situation semble moins crispée dans les cantons à dominante rurale. En témoigne Fabien Kohler, responsable de la section Gestion au Service jurassien de l’enseignement (SEN). Sur les quelque 600 enseignants primaires recensés, plus de 400 sont actifs hors des deux centres urbains de Delémont et Porrentruy. C’est dire que le recours à la voiture s’impose pour la plupart  : « Nous n’avons pas de retour significatif de mécontentements lors de nos discussions avec la direction des écoles, si ce n’est le problème de la dépose-minute des enfants par les parents », confie le responsable. Les autorités jurassiennes se concentrent donc en priorité sur la mobilité douce des écoliers, favorisant le chemin de l’école à pied ou le Pédibus. ◆
DOSSIER DES PARENTS À TRANQUILLISER Responsable de la sécurité routière du TCS, Christophe Nydegger avoue sa perplexité  : « Les infrastructures routières sont toujours plus sûres, le nombre d’accidents sur le chemin de l’école est en baisse. Cela devrait ras- surer les parents, mais ce n’est visi- blement pas le cas. Le danger relatif à l’augmentation du nombre de véhi- cules sur les routes, l’incertitude de savoir si son enfant est arrivé en sé- curité à destination ou simplement le côté pratique de pouvoir déposer son enfant en partant soi-même pour le travail sont probablement des rai- sons qui poussent les parents à endosser le rôle du chauffeur de taxi. » Afin de clarifier ces éléments, une enquête a été menée dans ses services pour sonder les inquiétudes parentales, dont les résultats sont attendus pour la ren- trée. « Elle nous permettra d’intervenir de manière ciblée et en connaissance de cause auprès des parents, de les conseiller en communiquant avec eux de manière directe, par le biais des asso- ciations de parents d’élèves ou les réseaux sociaux, par exemple. » Le TCS mènera en parallèle des tests visant à augmenter la sécurité de la traversée des passages piétons non signalés par des feux ou dépourvus de patrouilleurs scolaires. La solution testée permettra également aux pa- rents d’être avertis lorsque leur en- fant aura atteint le périmètre de la cour d’école, et ainsi de les rassurer. septembre 2019 touring 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Touring numéro 2019-09 septembre Page 1Touring numéro 2019-09 septembre Page 2-3Touring numéro 2019-09 septembre Page 4-5Touring numéro 2019-09 septembre Page 6-7Touring numéro 2019-09 septembre Page 8-9Touring numéro 2019-09 septembre Page 10-11Touring numéro 2019-09 septembre Page 12-13Touring numéro 2019-09 septembre Page 14-15Touring numéro 2019-09 septembre Page 16-17Touring numéro 2019-09 septembre Page 18-19Touring numéro 2019-09 septembre Page 20-21Touring numéro 2019-09 septembre Page 22-23Touring numéro 2019-09 septembre Page 24-25Touring numéro 2019-09 septembre Page 26-27Touring numéro 2019-09 septembre Page 28-29Touring numéro 2019-09 septembre Page 30-31Touring numéro 2019-09 septembre Page 32-33Touring numéro 2019-09 septembre Page 34-35Touring numéro 2019-09 septembre Page 36-37Touring numéro 2019-09 septembre Page 38-39Touring numéro 2019-09 septembre Page 40-41Touring numéro 2019-09 septembre Page 42-43Touring numéro 2019-09 septembre Page 44-45Touring numéro 2019-09 septembre Page 46-47Touring numéro 2019-09 septembre Page 48-49Touring numéro 2019-09 septembre Page 50-51Touring numéro 2019-09 septembre Page 52-53Touring numéro 2019-09 septembre Page 54-55Touring numéro 2019-09 septembre Page 56-57Touring numéro 2019-09 septembre Page 58-59Touring numéro 2019-09 septembre Page 60-61Touring numéro 2019-09 septembre Page 62-63Touring numéro 2019-09 septembre Page 64-65Touring numéro 2019-09 septembre Page 66-67Touring numéro 2019-09 septembre Page 68-69Touring numéro 2019-09 septembre Page 70-71Touring numéro 2019-09 septembre Page 72-73Touring numéro 2019-09 septembre Page 74-75Touring numéro 2019-09 septembre Page 76-77Touring numéro 2019-09 septembre Page 78-79Touring numéro 2019-09 septembre Page 80-81Touring numéro 2019-09 septembre Page 82-83Touring numéro 2019-09 septembre Page 84-85Touring numéro 2019-09 septembre Page 86-87Touring numéro 2019-09 septembre Page 88-89Touring numéro 2019-09 septembre Page 90-91Touring numéro 2019-09 septembre Page 92