Touring n°2019-06 juin
Touring n°2019-06 juin
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-06 de juin

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Touring Club Suisse

  • Format : (210 x 282) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 31,8 Mo

  • Dans ce numéro : l'art de voyager en famille.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
Il signor Ivo enthousiasme les gourmets. Ricici, au centre de Triora, et partageons des bruschette, accompagnées de morue séchée, de fromage et d’une torta verde ligure. Les charmes de la Ligurie doivent aussi beaucoup à ses habitants. Prenons par exemple « il signor » Ivo, gérant du restaurant Cian de Bià, à Badalucco. Cet homme raffiné était auparavant fonctionnaire. Lorsqu’il prit sa retraite, la cuisine ligure des années 1950 et 1960 lui manqua tant qu’il ouvrit ce restaurant. Il ne propose qu’un seul menu, avec des plats qui étaient servis à cette époque, le dimanche et les jours fériés. Ce jour-là, on sert des haricots blancs avec du thon, une salade russe, un vitello tonnato et de la morue séchée, accompagnés de pommes de terre. 64 touring juin 2019 Marco Foresti et sa mère, dans la boutique de leur domaine. Les plats de pâtes sont préparés par Ivo lui-même. Ses raviolis fourrés à la bourrache fondent sur la langue, tout comme les tagliatelles aux cèpes. Le lapin et le budino de la nonna, sorte de pudding, suivront. Ce repas est une véritable fête et Ivo s’avère être un hôte exceptionnel, allant même jusqu’à organiser spontanément mon retour au bed & breakfast, afin que je puisse goûter à son vin en toute décontraction. Révolte pâtissière Il y a 20 ans, les rues de Dolceacqua, dans le Val Nervia, étaient vides. C’est ici que Monet lui-même avait immortalisé en 1884 le Ponte Vecchio courbé avec le Castello dei Doria en arrière-plan. Mais les efforts pour transformer Dolceacqua en un lieu de tourisme culturel ont été fructueux. Les cars s’arrêtent désormais dans cette jolie cité de 2000 âmes et lâchent les groupes de voyageurs dans les ruelles escarpées du quartier du château. Une petite visite s’impose, tout comme la dégustation de la michetta di Dolceacqua. Cette pâtisserie a une histoire. Au 14e siècle, les seigneurs bénéficiaient d’un droit de cuissage. Mais lorsqu’une fille osa leur résister, elle le paya de sa vie. En signe de protes- Apricale Y accéder est une aventure, son panorama une récompense. Le Ponte Vecchio de Dolceacqua, que Monet en personne peignit en 1884.
10 km FRA Monte Carlo I T A L I E Badalucco Imperia Apricale Dolceacqua Ventimiglia Triora Mer Méditer. BON À SAVOIR S’y rendre  : p.ex. en train via Milan jusqu’à Imperia. De là, en voiture de location. Y séjourner  : le Macine del Confluente, entre Taggia et Badalucco, B&B avec de jolies chambres et un restaurant haut de gamme ; Muntaecara, à Apricale, chambres dans d’anciens appartements, petit déjeuner raffiné ; Il Risveglio, à Imperia, gîte rural dans 2 maisons historiques. Halte bienvenue  : Cian de Bià, à Badalucco  : chaque repas est un festin ; Baci, à Apricale  : cuisine ligurienne comme il y a 60 ans. pingonepescaturismo.com Poisson frais sur un cotre (voilier) dans le port d’Imperia. tation, les jeunes femmes de Dolceacqua firent cuire des pâtisseries à la pâte briochée, aussi tendres qu’un organe féminin. Ils les donnèrent à ces messieurs avec ces mots  : « Vous nous voulez ? Et bien contentez-vous de notre michetta, rien de plus ! » Les amateurs de vin devraient aussi s’arrêter quelques minutes à l’extérieur du village, chez les Foresti. Le vigneron Marco gère 20 hectares de vignes avec l’aide de son père, de deux employés et de quelques habitants de la région, tandis que sa mère s’occupe du magasin. L’homme est enjoué, ses yeux brillent lorsqu’il parle de ses vignes, situées entre deux vallées. Il produit environ 60 000 bouteilles par an. Son rossese di Dolceacqua accompagne parfaitement les plats de poisson aux tomates, tandis que les vins blancs vermentino et pigato se marient bien avec les plats de légumes. Apricale  : plus vivante que jamais La voiture de location tente de maîtriser la route escarpée en épingles à cheveux qui mène jusqu’à Apricale. Ce village typique de l’ouest ligure est accroché aux flancs d’une étroite vallée latérale du Val Nervia. Son nom vient du terme « apricus » – face au soleil. L’isolement de l’endroit a entraîné un fort exode. Mais un maire engagé s’est efforcé récemment de briser cette spirale. Il a également convaincu Emanuela Pisano d’y ouvrir un hôtel, le Muntaecara. Au détour d’un copieux petit déjeuner, pris dans une ancienne écurie, la maîtresse des lieux, qui travaille à Turin durant la semaine, me raconte comment elle a transformé d’anciens appartements, disséminés dans tout le village, en chambres d’hôtel. Les meubles ont souvent été conservés, de sorte que chaque pièce possède son propre charme. Apricale a depuis longtemps su attirer les étrangers, qui y vivent parfois à l’année. Ils sont tombés amoureux de son labyrinthe de ruelles ainsi que de la magnifique place de l’église. Et comme finalement un voyage en Ligurie ne peut se faire sans voir la mer, je m’autorise un séjour à Imperia. Cette ville de 42 000 habitants sur la riviera du Ponente est peu connue à l’étranger. Le petit voilier de Salvatore Pinga est garé dans le coquet port d’Oneglia. Cet ex-courtier et pêcheur y propose un dîner, mais emmène également les personnes intéressées à bord, le matin, pour tirer les filets. Ensuite, le poisson frais est préparé à même le bateau, déjà prêt à être dégusté. Sa friture mixte est un véritable régal. Un peu plus tard, dans le gite rural Il Risveglio, magnifiquement accroché à un flanc d’Imperia, le coassement des grenouilles m’accompagne à nouveau dans mon sommeil. ◆ Ce reportage a été réalisé à l’invitation de Agenzia « in Liguria ». Barbara Cardone et Daniele Laigueglia Business à la famiglia Dans l’arrière-pays de la riviera du Ponente, de petites entreprises familiales valent le détour. Le clan Boeri presse depuis 5 générations des olives Taggiasca et produit une huile succulente. Giuseppe Boeri en confectionne même un grand cru. A Agaggio, Patrizia Cugge et sa sœur cultivent la lavande à 1200 mètres d’altitude et en extraient des huiles essentielles. Barbara Cardone et Daniele Laigueglia, à Badalucco, ne sont pas seulement des maraîchers bio et heureux propriétaires du gite rural Il Poggio di Maro. Depuis 2012, ils cultivent également du safran de très haute qualité sous le label Zafferano di Triora. Un bon plan  : la confiture de poires au safran de Barbara. Et à Sarola enfin, la jeune vigneronne Fabiana dicte le rythme dans la cave de Ramoino, et vend ses bouteilles jusqu’au Japon. Les amateurs de vin apprécieront le pigato, le vermentino, rossese di Dolce acqua, ainsi que l’ormeasco, provenant du cépage dolcetto. olioboeri.com anticadistilleriacugge.com ilpoggiodimaro.it ramoinovini.com La vigneronne Fabiana LOISIRS juin 2019 touring 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Touring numéro 2019-06 juin Page 1Touring numéro 2019-06 juin Page 2-3Touring numéro 2019-06 juin Page 4-5Touring numéro 2019-06 juin Page 6-7Touring numéro 2019-06 juin Page 8-9Touring numéro 2019-06 juin Page 10-11Touring numéro 2019-06 juin Page 12-13Touring numéro 2019-06 juin Page 14-15Touring numéro 2019-06 juin Page 16-17Touring numéro 2019-06 juin Page 18-19Touring numéro 2019-06 juin Page 20-21Touring numéro 2019-06 juin Page 22-23Touring numéro 2019-06 juin Page 24-25Touring numéro 2019-06 juin Page 26-27Touring numéro 2019-06 juin Page 28-29Touring numéro 2019-06 juin Page 30-31Touring numéro 2019-06 juin Page 32-33Touring numéro 2019-06 juin Page 34-35Touring numéro 2019-06 juin Page 36-37Touring numéro 2019-06 juin Page 38-39Touring numéro 2019-06 juin Page 40-41Touring numéro 2019-06 juin Page 42-43Touring numéro 2019-06 juin Page 44-45Touring numéro 2019-06 juin Page 46-47Touring numéro 2019-06 juin Page 48-49Touring numéro 2019-06 juin Page 50-51Touring numéro 2019-06 juin Page 52-53Touring numéro 2019-06 juin Page 54-55Touring numéro 2019-06 juin Page 56-57Touring numéro 2019-06 juin Page 58-59Touring numéro 2019-06 juin Page 60-61Touring numéro 2019-06 juin Page 62-63Touring numéro 2019-06 juin Page 64-65Touring numéro 2019-06 juin Page 66-67Touring numéro 2019-06 juin Page 68-69Touring numéro 2019-06 juin Page 70-71Touring numéro 2019-06 juin Page 72-73Touring numéro 2019-06 juin Page 74-75Touring numéro 2019-06 juin Page 76-77Touring numéro 2019-06 juin Page 78-79Touring numéro 2019-06 juin Page 80-81Touring numéro 2019-06 juin Page 82-83Touring numéro 2019-06 juin Page 84-85Touring numéro 2019-06 juin Page 86-87Touring numéro 2019-06 juin Page 88-89Touring numéro 2019-06 juin Page 90-91Touring numéro 2019-06 juin Page 92