Touring n°2019-06 juin
Touring n°2019-06 juin
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-06 de juin

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Touring Club Suisse

  • Format : (210 x 282) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 31,8 Mo

  • Dans ce numéro : l'art de voyager en famille.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
En couche-culotte dans l’avion Le désir de découvrir des destinations lointaines ne faiblit pas nécessairement avec l’arrivée de sa progéniture. Mais prendre l’avion avec des petits peut engendrer du stress pour la famille et les autres passagers. Faudrait-il pour autant renoncer aux vols long-courriers avec des enfants en bas âge ? TEXTE ALINE BEAUD ILLUSTRATION NICOLAS KRISTEN Lorsque Shiloh hurlait à pleins poumons durant le décollage, Vanessa et Remy Gerber* eurent un coup de stress. Le vol vers la Thaïlande, entrepris en décembre dernier, commençait mal. Le bébé, alors âgé de 7 mois, n’arrivait pas à compenser les différences de pression. « Le premier vol est compliqué, les enfants ont mal aux oreilles et les réflexes ne sont pas acquis chez les parents », confirme Aurélie Amiot, alias Madame Oreille. La blogueuse voyage et photographe a tout d’abord entrepris un vol court avec sa fille de 4 mois, pour s’habituer. Cinq mois plus tard, elle a emmené son enfant vers la Nouvelle-Calédonie, enchaînant deux vols de 12 heures. « Elle n’a pleuré qu’une seule fois, j’ai dû la réveiller durant des turbulences », se remémore Aurélie. A bord de l’avion Même expérience pour Nadine et son mari, intéressés à découvrir l’île de la Réunion  : « Nous ne pouvions pas imaginer un vol plus agréable avec notre fils de 18 mois. » Leur compagnie proposait, en outre, une limite de poids pour les couchettes plus élevée que la moyenne et les vols eurent lieu de nuit. « Ce qui facilita les choses », se souvient Nadine. « Les expériences de vol sont généralement très positives. Même si les bruits que font les enfants peuvent créer parfois des conflits », explique 20 touring juin 2019 Yassin Yassad, maître de cabine chez Swiss, qui se rappelle d’un vol Zurich–Hongkong durant lequel un nouveau-né a pleuré non-stop. Pour sa part, Stephanie, une voyageuse fréquente, ne s’indispose pas de la proximité des familles à bord  : « Les bébés ont souvent mal aux oreilles et ne peuvent s’empêcher de pleurer. Je mets mes boules Quies ou mes écouteurs. » S’il n’y a pas d’âge minimum pour voler, un certificat médical attestant de l’aptitude à voyager est requis pour les bébés de moins de 7 jours, précise Meike Fuhlrott, porte-parole de Swiss. Jean-Baptiste Armengaud, pédiatre au CHUV, indique qu’il n’existe pas de contre-indications formelles, si l’enfant se porte bien. « Pour les bébés nés à terme, je conseille d’attendre 10 à 15 jours, car les poumons des nouveau-nés sont encore immatures, en particulier la circulation sanguine entre le cœur et les poumons. La réactivité à l’hypoxie relative dans la cabine d’un avion est encore grande et potentiellement délétère. » Pour ce qui est du système immunitaire, le spécialiste tempère  : « Dans l’avion, les enfants sont un peu plus exposés à des agents infectieux qu’en moyenne, c’est toutefois comparable à la visite d’un centre commercial. Encore une fois, c’est surtout le très jeune âge qui impose la prudence, puisque les défenses immunitaires d’un tout jeune bébé sont encore insuffisantes. »
Les premiers souvenirs Et que répondre à la phrase « les enfants ne s’en souviendront pas » ? « J’ai l’impression que voyager fait du bien au développement de ma fille », indique la blogueuse. Pour le pédiatre, plusieurs éléments entrent en ligne de compte  : « Il faut se poser la question de la pertinence d’amener ces enfants de l’autre côté du monde à un si jeune âge (hors contrainte familiale ou professionnelle incontournable), mais cela peut aussi être un moment agréable dont les petits bénéficieront. En revanche, les premiers souvenirs conscients se forment vers 3 ou 4 ans. » Certains parents, comme Valérie, préfèrent éviter totalement les long-courriers  : « Un tel vol restreint la liberté du bébé qui, dès 6 mois, a besoin d’espace pour bouger. » Cette habituée du voyage ne trouve pas pratique d’avoir un enfant sur les genoux pendant des heures, sans parler des siestes, des repas et des changes. Selon elle, l’environnement bruyant, la forte lumière et le nombre de passagers sont des éléments trop agressifs sur une longue durée pour un bébé. « En voiture, nous pouvons au moins nous arrêter et prendre l’air », précise-t-elle. Si la question des vols long-courriers avec bébé reste encore controversée, beaucoup estiment, à l’instar de la globetrotteuse Stephanie, que chacun est libre de voyager avec qui il veut. Et la blogueuse Aurélie Amiot de conclure  : « Si les enfants sont en bonne santé, il n’y a qu’une seule question à se poser  : est-ce que les parents se sentent à l’aise ? Si un vol long est une source de stress, cela n’en vaut pas la peine. » ◆ * Famille fictive Choix de la destination La blogueuse Aurélie Amiot évite les destinations en haute altitude ou sujettes à de fortes chaleurs. Quant à Nadine et son mari, ils ont opté pour La Réunion, ses températures agréables et sa taille permettant de loger au même endroit durant deux semaines tout en préservant, la plupart du temps, les moments de siestes. La nourriture occidentale, le décalage horaire limité et le faible risque sanitaire rendaient la destination attrayante. Le pédiatre Jean-Baptiste Armengaud estime qu’il est primordial de balancer la nécessité impérative du séjour à ses risques inhérents, notamment sur le plan infectieux. Il enjoint de se renseigner auprès des médecins du voyage et de s’informer sur les dangers politiques d’une région. « Je me méfie toutefois de la stigmatisation, si l’on séjourne dans un hôtel impeccable et une zone sûre, les risques sont moindres. Et pour ce qui est du décalage horaire, les enfants ont de plus grandes capacités à réguler leur sommeil que nous. » Infos touristiques  : tcs.ch/infos-touristiques et safetravel.ch Préparer son enfant « Nous recommandons de discuter du voyage avec l’enfant, d’éveiller son envie de prendre l’avion et de lui expliquer toutes les étapes », indique la porte-parole de Swiss. Un enregistrement la veille et un vol de nuit rendent la tâche plus facile. Chez Swiss et la plupart des compagnies, les familles peuvent embarquer en premier et disposer de places adaptées à bord. Des lits bébé sont disponibles sur les vols longcourriers et des menus spéciaux peuvent être réservés en avance. Accueil des enfants à bord  : tcs.ch/enfants-en-avion DOSSIER Si vous vous lancez dans l’aventure… À bord « Les équipages proposent aux enfants des puzzles, coloriages et autres jeux », détaille la porte-parole de Swiss. « Sur les vols les plus longs, des en-cas sont disponibles dans toutes les classes », ajoute le maître de cabine Yassin Yassad. « Aussi, il faut avoir les deux mains libres et ne pas trop s’encombrer », préconise la blogueuse Aurélie Amiot. Que glisser dans le bagage à main ? Voici quelques conseils de Swiss  : Couverture fétiche de l’enfant Chaussettes épaisses Jouets et peluches Goûter favori Couches, lingettes et vêtements de rechange Biberons, tétines ou chewing-gum et bonbon pour aider à compenser les différences de pression Médicaments essentiels juin 2019 touring 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Touring numéro 2019-06 juin Page 1Touring numéro 2019-06 juin Page 2-3Touring numéro 2019-06 juin Page 4-5Touring numéro 2019-06 juin Page 6-7Touring numéro 2019-06 juin Page 8-9Touring numéro 2019-06 juin Page 10-11Touring numéro 2019-06 juin Page 12-13Touring numéro 2019-06 juin Page 14-15Touring numéro 2019-06 juin Page 16-17Touring numéro 2019-06 juin Page 18-19Touring numéro 2019-06 juin Page 20-21Touring numéro 2019-06 juin Page 22-23Touring numéro 2019-06 juin Page 24-25Touring numéro 2019-06 juin Page 26-27Touring numéro 2019-06 juin Page 28-29Touring numéro 2019-06 juin Page 30-31Touring numéro 2019-06 juin Page 32-33Touring numéro 2019-06 juin Page 34-35Touring numéro 2019-06 juin Page 36-37Touring numéro 2019-06 juin Page 38-39Touring numéro 2019-06 juin Page 40-41Touring numéro 2019-06 juin Page 42-43Touring numéro 2019-06 juin Page 44-45Touring numéro 2019-06 juin Page 46-47Touring numéro 2019-06 juin Page 48-49Touring numéro 2019-06 juin Page 50-51Touring numéro 2019-06 juin Page 52-53Touring numéro 2019-06 juin Page 54-55Touring numéro 2019-06 juin Page 56-57Touring numéro 2019-06 juin Page 58-59Touring numéro 2019-06 juin Page 60-61Touring numéro 2019-06 juin Page 62-63Touring numéro 2019-06 juin Page 64-65Touring numéro 2019-06 juin Page 66-67Touring numéro 2019-06 juin Page 68-69Touring numéro 2019-06 juin Page 70-71Touring numéro 2019-06 juin Page 72-73Touring numéro 2019-06 juin Page 74-75Touring numéro 2019-06 juin Page 76-77Touring numéro 2019-06 juin Page 78-79Touring numéro 2019-06 juin Page 80-81Touring numéro 2019-06 juin Page 82-83Touring numéro 2019-06 juin Page 84-85Touring numéro 2019-06 juin Page 86-87Touring numéro 2019-06 juin Page 88-89Touring numéro 2019-06 juin Page 90-91Touring numéro 2019-06 juin Page 92