Touring n°2019-05 mai
Touring n°2019-05 mai
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-05 de mai

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Touring Club Suisse

  • Format : (210 x 282) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 28 Mo

  • Dans ce numéro : ludiques et utiles, les drones.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
MOBILITÉ Course à la Lune Cinquante ans après le premier alunissage, l’astre nocturne reste l’un des fantasmes des grandes puissances et des investisseurs privés. L’espoir d’y trouver d’importants gisements de matières premières et de réaliser de substantiels bénéfices rappelle la ruée vers l’or. TEXTE DINO NODARI Cet été, nous célébrerons le 50e anniversaire du premier alunissage. Ce qui n’était qu’un petit pas pour Neil Armstrong est devenu l’un des événements phares du 20e siècle pour le monde occidental, qui a pu assister à cinq autres missions du genre jusqu’en 1972, avant que le soufflé ne retombe. Mais aujourd’hui, quelques décennies plus tard, la course à la Lune reprend et s’annonce plus effrénée encore que celle du siècle dernier. Depuis le début de l’année, la sonde chinoise Chang’e-4 découvre la face cachée de l’astre nocturne et cela semble troubler les Etats-Unis qui, après avoir tout misé sur la planète Mars, reconsidèrent leurs objectifs. Mieux, Washington bouscule son agenda et prévoit d’avancer la prochaine mission lunaire habitée prévue pour 2028. Entreprises en renfort A la fin du mois de mars dernier, le vice-président Mike Pence affirmait que son pays 28 touring mai 2019 enverrait des humains sur la Lune dans les cinq ans, si nécessaire avec l’appui d’entreprises privées. « Si les fusées commerciales sont la seule solution pour amener nos astronautes sur la Lune dans les cinq prochaines années, alors ils voleront avec les privés. » Balade lunaire Dans le même temps, l’agence spatiale euro- péenne (ESA) et la NASA américaine ont signé une lettre d’intention qui prévoit des recherches conjointes, des résultats coordonnés et l’étude de possibilités de coopération en matière de missions lunaires. La Russie veut également sa part du gâteau et annonce que ses astronautes seront sur la Lune en 2031 et qu’ils ouvriront la voie à des vols annuels réguliers et habités. Falcon Heavy  : la fusée la plus puissante au monde. Reste à savoir d’où vient ce retour d’intérêt pour le satellite de la Terre. D’autant plus que les collectivités publiques ne sont plus seules à s’impliquer puisque des entreprises se lancent, plus ou moins sérieusement, dans l’aventure. Il semble également acquis que le prochain voyage sur la Lune ne sera pas une simple visite de pres- tige. « Cette fois, nous ne nous contenterons pas de planter un drapeau et de marquer le sol de nos empreintes de pieds, nous jetterons les bases des futures missions vers Mars et peut-être vers d’autres planètes », lance Donald Trump, président des Etats- Unis. Matières premières Si l’intérêt pour l’astre lunaire est tel, c’est que ce dernier possède de sérieux arguments à faire valoir. Titane, aluminium, fer, magnésium, or, platine, iridium, rhodium ou encore hé- lium-3 sont présents sur la Lune. Et le gaz hélium-3, combustible idéal pour la fusion nucléaire, fait tout particulièrement rêver les investisseurs et autres scientifiques tant il suscite de fortes attentes. Selon les estimations, la lune cacherait plus de 1 million de tonnes d’hélium, alors que 40 tonnes suffiraient à couvrir les besoins annuels en électricité des Etats-Unis. Reste à régler le transfert de ce gaz entre la Lune et la Terre, sachant que la gravité pose de sérieux problèmes. Entre scénario de sciencefiction et réalité, des scientifiques planchent depuis longtemps sur le projet d’un ascenseur spatial et sont persuadés de la faisabilité de la chose. En bref, des cabines monteraient jusqu’à environ 40 000 km et transporteraient aussi bien les personnes que les matières premières entre l’espace et la Terre. Histoire d’argent La perspective de gains importants attire évidemment les entrepreneurs privés. A l’image du directeur de Tesla, Elon Musk, et de son programme Space X qui s’appuie sur Falcon Heavy, la fusée la plus puissante du monde. A noter que, à l’image de la NASA, Musk est persuadé que la route vers Mars et d’autres planètes passe par la Lune et soutient l’installation d’une base permanente sur cette dernière en guise de relais pour la conquête globale de l’espace. Toutefois, alors que le projet Space X s’articule autour d’une offre essentiellement touristique, le dossier Moon Express, issu de la Silicon Valley, consiste à transporter des matériaux entre la Lune et la Terre et possède déjà sa licence d’atterrissage. A l’instar de 33 autres entreprises PHOTOS ISTOCK, SPACE X
ou équipes de chercheurs, Moon Express a d’ailleurs participé au Google Lunar X-Prize, doté de 20 millions de dollars. Le défi consistait à se poser sur la Lune, à parcourir 500 mètres sur sa surface et à tourner le film de cette opération. Cyclistes trop souvent malmenés au giratoire Les ronds-points recèlent de nombreux dangers pour les adeptes de deux-roues. Impliqués dans près d’un tiers des accidents à ce type d’endroit, ces derniers sont pourtant rarement responsables. A fin mars, même si le délai a été prolongé deux fois, aucun candidat n’avait atteint l’objectif. Malgré l’abandon du TEXTE URS-PETER INDERBITZIN concours, de nombreux participants veulent poursuivre trafic dans un giratoire à forte En observant l’écoulement du l’aventure. Il faut reconnaître circulation, on constate un que la liste d’intéressés est grand nombre d’imprudences  : bien impressionnante et comprend d’illustres investis- intention de quitter le giratoire que la loi prescrive d’indiquer son seurs, dont les deux milliardaires Richard Branson, le compte plus les voitures s’enga- en actionnant le clignotant, on ne fondateur de Virgin, et Peter geant dans une sortie sans le Thiel, qui a fait fortune avec moindre signe avertisseur. Et que Paypal et Facebook. Quant à dire de l’attitude consistant à donner un coup d’accélérateur avant le Larry Page et Eric Schmidt, de Google, ils sont impliqués giratoire afin de ne pas être ralenti dans la société Planetary par les autres véhicules ? La loi Resources dédiée à l’exploitation des astéroïdes. Autre- modérer sa vitesse à l’approche stipule pourtant explicitement de ment dit, les idées ne d’un rond-point et d’accorder la manquent pas. ◆ priorité à tout véhicule qui, sur sa gauche, survient dans le giratoire. Ainsi que l’attestent les nombreux accrochages, il s’avère dangereux A QUI APPARTIENT de ne jeter qu’un furtif coup d’œil LA LUNE ? avant de traverser hâtivement l’ouvrage. Reste une question  : chacun peut-il s’approprier une parcelle d’univers et en exploiter les ressources ? Aux dernières nouvelles, la réponse est oui, Quand ils offrent une mauvaise Priorité bafouée certificats à l’appui, même si ces derniers pourraient être invalidés un jour. d’autant plus dangereux pour les visibilité, les giratoires se révèlent En effet, ratifié par 107 états, le Traité cyclistes. Selon les études, environ de l’espace de 1967 précise à l’art. I  : 90% des accidents survenus à ce « L’espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps type de carrefour tiennent au fait célestes, peut être exploré et utilisé que le conducteur de la voiture librement par tous les Etats sans ou du poids lourd n’a pas vu le aucune discrimination, dans des cycliste. La plupart des accidents conditions d’égalité et conformément résultent du non-respect de la au droit international, toutes les régions des corps célestes devant être priorité et, en second lieu, d’un librement accessibles. » Art. II  : « L’espace extra-atmosphérique, y compris véhicule coupe la trajectoire du dépassement au terme duquel le la Lune et les autres corps célestes, ne deux-roues. Il va sans dire que les peut faire l’objet d’appropriation nationale par proclamation de souverai- à défaut de « zone déformable », cyclistes sont très vulnérables et, neté, ni par voie d’utilisation ou d’occupation, ni par aucun autre moyen. » subissent l’intégralité de l’impact. Ces textes laissent toutefois supposer URS-PETER qu’ils ne s’adressent qu’aux Etats et épargnent les entreprises et autres investisseurs privés, dont les droits doivent désormais être clarifiés. Rouler au milieu Comment alors se comporter en tant que cycliste dans un giratoire ? Est-on tenu de se maintenir à droite, comme c’est usuellement le cas dans le trafic ? Cela impliquerait d’entrer dans le giratoire tout à droite et de garder cette position jusqu’au moment de sortir ? A cet égard, il est important de préciser que depuis quelques années, les cyclistes peuvent déroger à l’obligation de tenir leur droite. Avant l’entrée dans le rondpoint, ils sont autorisés à s’approcher du centre de la chaussée et à traverser ainsi le giratoire. Etant mieux perçus par les automobilistes, ils bénéficient d’une sécurité accrue. De la sorte, il est plus facile d’éviter les situations de conflit avec les usagers motorisés, lesquels dépassent et ensuite quittent le giratoire à courte distance devant un vélo. Mais attention  : en s’approchant du centre de la chaussée, il importe de se montrer très prudent – même pour les cyclistes expérimentés – car les voitures arrivent alors très vite vers le giratoire. Se positionner subitement au centre de la route à l’approche d’un rond-point sans prendre garde au trafic demeure risqué. D’autre part, il va de soi que les automobilistes doivent aussi manifester une prudence accrue vis-à-vis des cyclistes et modérer leur allure. ◆ INDERBITZIN expert juridique mai 2019 touring 29 PARLONS DROIT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Touring numéro 2019-05 mai Page 1Touring numéro 2019-05 mai Page 2-3Touring numéro 2019-05 mai Page 4-5Touring numéro 2019-05 mai Page 6-7Touring numéro 2019-05 mai Page 8-9Touring numéro 2019-05 mai Page 10-11Touring numéro 2019-05 mai Page 12-13Touring numéro 2019-05 mai Page 14-15Touring numéro 2019-05 mai Page 16-17Touring numéro 2019-05 mai Page 18-19Touring numéro 2019-05 mai Page 20-21Touring numéro 2019-05 mai Page 22-23Touring numéro 2019-05 mai Page 24-25Touring numéro 2019-05 mai Page 26-27Touring numéro 2019-05 mai Page 28-29Touring numéro 2019-05 mai Page 30-31Touring numéro 2019-05 mai Page 32-33Touring numéro 2019-05 mai Page 34-35Touring numéro 2019-05 mai Page 36-37Touring numéro 2019-05 mai Page 38-39Touring numéro 2019-05 mai Page 40-41Touring numéro 2019-05 mai Page 42-43Touring numéro 2019-05 mai Page 44-45Touring numéro 2019-05 mai Page 46-47Touring numéro 2019-05 mai Page 48-49Touring numéro 2019-05 mai Page 50-51Touring numéro 2019-05 mai Page 52-53Touring numéro 2019-05 mai Page 54-55Touring numéro 2019-05 mai Page 56-57Touring numéro 2019-05 mai Page 58-59Touring numéro 2019-05 mai Page 60-61Touring numéro 2019-05 mai Page 62-63Touring numéro 2019-05 mai Page 64-65Touring numéro 2019-05 mai Page 66-67Touring numéro 2019-05 mai Page 68-69Touring numéro 2019-05 mai Page 70-71Touring numéro 2019-05 mai Page 72-73Touring numéro 2019-05 mai Page 74-75Touring numéro 2019-05 mai Page 76-77Touring numéro 2019-05 mai Page 78-79Touring numéro 2019-05 mai Page 80-81Touring numéro 2019-05 mai Page 82-83Touring numéro 2019-05 mai Page 84