Touring n°2019-05 mai
Touring n°2019-05 mai
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-05 de mai

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Touring Club Suisse

  • Format : (210 x 282) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 28 Mo

  • Dans ce numéro : ludiques et utiles, les drones.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Le ciel suisse bourdonne Les drones posent des défis à l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC). Urs Holderegger, responsable de la communication, explique comment encadrer au mieux ce phénomène de masse. INTERVIEW DOMINIC GRAF PHOTO EMANUEL FREUDIGER Il y a un an, inondé de demandes de vols de drones, l’OFAC a suspendu les autorisations pendant quatre mois. Peut-on savoir où en est-on aujourd’hui ? Tout d’abord, nous voyons cette situation comme une opportunité. Nous avons introduit un certain nombre de nouvelles mesures standard qui simplifient la procédure d’approbation. Aujourd’hui, par exemple, l’autorisation de photographier un mariage avec un drone peut être traitée en deux semaines. Par ailleurs, le Conseil fédéral a approuvé une augmentation de nos effectifs et nous recrutons actuellement de nouveaux spécialistes familiarisés avec les défis posés par les technologies de l’information. En outre, avec la mise en place d’une nouvelle organisation appelée « Innovation et numérisation », nous voulons nous concentrer encore davantage sur les nouveaux besoins, par exemple sur U-Space. U-Space, qu’est-ce donc ? U-Space est une plate-forme numérique réunissant les deux mondes de l’aviation, avec et sans pilote. Le système repose sur l’identification électronique à distance de tous les utilisateurs de l’espace aérien, les drones signalant également leur position par radio à une sorte de Cloud. Cette gestion centralisée des données permet d’interdire ou de libérer l’espace aérien en temps réel afin d’éviter des collisions. Un ingénieur de l’OFAC a contribué à la conception de l’U-Space. Après le battage de l’année dernière, il semble que le nombre de gens s’intéressant au drone comme à un « jouet » ait diminué... Sans connaître les chiffres réels, nous le percevons également ainsi. La légère baisse du nombre d’inci- COMMENT BIEN PILOTER MON DRONE ? Sur son site internet, l’OFAC fournit des informations détaillées sur l’utilisation correcte et légale des drones. Par exemple où et quand une autorisation est nécessaire  : A moins de 5 km des aérodromes et héliports A plus de 150 m du sol dans les zones contrôlées A proximité de feux bleus Au-dessus ou à moins de 100 m de groupes de personnes En cas d’absence de contact visuel direct avec le drone Si le poids en vol de l’appareil est supérieur à 30 kg Plus d’infos sur  : ofac.admin.ch 18 touring mai 2019 dents signalés est un indice. Mais n’en déduisons pas que l’intérêt pour les drones s’est complètement tari et ne posera plus problème. L’utilisation professionnelle de drones, surtout, continuera de se développer. Différents tests sont déjà en cours à cet égard. Pas toujours avec succès, comme le montre le crash du drone de La Poste dans le lac de Zurich. Que pense l’OFAC de ces projets ? Je ne partage pas votre avis. Il ne s’agit pas de tests ratés. Le drone de La Poste ne s’est pas crashé, mais a dû procéder à un amerrissage contrôlé par un parachute en raison d’un problème technique. Il y a une différence et c’est même un coup de chance, car cela a permis notamment de tester l’atterrissage d’urgence en conditions réelles. A Lugano, par exemple, les drones transportent quotidiennement des échantillons de laboratoire d’un hôpital à l’autre depuis un an déjà. Du point de vue de l’OFAC, c’est un grand succès, car tout cela fonctionne déjà à un très haut niveau de professionnalisme. La Suisse a la réputation d’être une « Drone Valley ». Sommes-nous vraiment une sorte d’eldorado en comparaison internationale ? On peut le dire. En matière de drones professionnels, la Suisse fait partie de l’élite mondiale. On y compte actuellement plus de 80 entreprises représentant plus de 2500 emplois. Et ce n’est pas un hasard. D’une part, nous avons probablement la loi sur les drones la plus libérale d’Europe. D’autre part, les EPF de Zurich et Lausanne offrent une
« L’utilisation professionnelle de drones, surtout, continuera de se développer. » base idéale, au plus haut niveau scientifique, pour la recherche et le développement. L’OFAC considère aussi que l’une de ses tâches consiste à créer les conditions cadres adéquates pour les acteurs de la « Drone Valley », sans qu’ils échouent déjà à cause de la bureaucratie. C’est la raison de la création du groupe de l’OFAC sur les drones, dont vous êtes membre ? Oui, mais pas seulement. Depuis plus de 20 ans, il existe une réglementation sur l’aviation sans pilote, par exemple pour le modélisme. Mais l’avènement des drones en tant que phénomène de masse a changé la donne. Alors que les pilotes de modèles réduits sont généralement familiarisés avec l’aviation, il n’est pas nécessaire d’avoir des connaissances dans ce domaine pour piloter un drone. Le groupe d’experts a été créé d’une part pour redéfinir les questions juridiques, et d’autre part pour revoir la surveillance, la communication et la prévention. Comme il est étroitement lié à la recherche et à l’industrie, il a été possible de répondre rapidement à leurs besoins. Dès 2020, les drones de plus de 250 grammes devront être enregistrés. Dans quel but ? Urs Holderegger Responsable de la communication, OFAC DOSSIER COURS DE DRONES DU TCS Apprenez à piloter un drone avec des professionnels ! Les cours TCS suivants offrent la base idéale pour acquérir toutes les connaissances correspondant à vos besoins  : Drone pour débutants  : bases et premiers essais de vols (2 h) Cours de base  : pour amateurs désireux de gagner en sécurité (6 h) Cours de drone Uno  : cours avancé, licence « UNO » incluse (2 jours) Cours de drone Due  : pour les professionnels, licence « DUE » incluse (5 jours) Cours spécifique  : recherche de faons par caméra thermique (3 h) Informations et inscriptions  : tcs.ch/cours-drones L’UE a adopté un nouveau règlement sur les drones qui sera introduit l’année prochaine et implique notamment une obligation d’enregistrement. C’est également logique pour nous, en Suisse. Il est prévu de créer, notamment en collaboration avec U-Space, un registre numérique qui non seulement obligera les propriétaires de drones à enregistrer leurs aéronefs, mais les aidera surtout à se déplacer en toute sécurité dans l’espace aérien, légalement et sans obstacles bureaucratiques majeurs. L’objectif est de pouvoir faire approuver un vol de drone directement via une application sur smartphone, et de recevoir en temps réel des informations sur l’espace aérien. Ainsi, l’obligation d’enregistrement ne devrait pas être un obstacle, mais un support qui simplifiera les vols de drones. Le TCS propose des cours de drones depuis 2017. Quelle est la position de l’OFAC par rapport à ces derniers ? Nous nous en félicitons. Les efforts tels que ceux du TCS contribuent enfin à la professionnalisation du pilotage de drones, et donc à une sécurité générale accrue. Lors de l’élaboration de ces cours, le TCS a collaboré avec l’Association suisse des drones civils. L’OFAC échange également des informations avec cette association. Ainsi, nous avons eu une influence indirecte sur les modules de cours du TCS, que nous approuvons sans réserve. Actuellement, il n’existe cependant aucune certification reconnue par l’OFAC pour les écoles de pilotage de drones. Mais avec le nouveau règlement de l’UE, cela va certainement changer. ◆ Profil  : Urs Holderegger (55 ans) est responsable de la communication de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) et membre du groupe d’experts de l’OFAC sur les drones. mai 2019 touring 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Touring numéro 2019-05 mai Page 1Touring numéro 2019-05 mai Page 2-3Touring numéro 2019-05 mai Page 4-5Touring numéro 2019-05 mai Page 6-7Touring numéro 2019-05 mai Page 8-9Touring numéro 2019-05 mai Page 10-11Touring numéro 2019-05 mai Page 12-13Touring numéro 2019-05 mai Page 14-15Touring numéro 2019-05 mai Page 16-17Touring numéro 2019-05 mai Page 18-19Touring numéro 2019-05 mai Page 20-21Touring numéro 2019-05 mai Page 22-23Touring numéro 2019-05 mai Page 24-25Touring numéro 2019-05 mai Page 26-27Touring numéro 2019-05 mai Page 28-29Touring numéro 2019-05 mai Page 30-31Touring numéro 2019-05 mai Page 32-33Touring numéro 2019-05 mai Page 34-35Touring numéro 2019-05 mai Page 36-37Touring numéro 2019-05 mai Page 38-39Touring numéro 2019-05 mai Page 40-41Touring numéro 2019-05 mai Page 42-43Touring numéro 2019-05 mai Page 44-45Touring numéro 2019-05 mai Page 46-47Touring numéro 2019-05 mai Page 48-49Touring numéro 2019-05 mai Page 50-51Touring numéro 2019-05 mai Page 52-53Touring numéro 2019-05 mai Page 54-55Touring numéro 2019-05 mai Page 56-57Touring numéro 2019-05 mai Page 58-59Touring numéro 2019-05 mai Page 60-61Touring numéro 2019-05 mai Page 62-63Touring numéro 2019-05 mai Page 64-65Touring numéro 2019-05 mai Page 66-67Touring numéro 2019-05 mai Page 68-69Touring numéro 2019-05 mai Page 70-71Touring numéro 2019-05 mai Page 72-73Touring numéro 2019-05 mai Page 74-75Touring numéro 2019-05 mai Page 76-77Touring numéro 2019-05 mai Page 78-79Touring numéro 2019-05 mai Page 80-81Touring numéro 2019-05 mai Page 82-83Touring numéro 2019-05 mai Page 84