Touring n°2019-02 février
Touring n°2019-02 février
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-02 de février

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Touring Club Suisse

  • Format : (210 x 282) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 29,5 Mo

  • Dans ce numéro : pleins feux sur les routes en Suisse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Les déchets s’amoncellent Jeter des détritus par la fenêtre en voiture ou abandonner des ordures sur le parking relèvent du littering. Ces actions, outre l’aspect légal, induisent nombre de nuisances à la communauté ainsi qu’à l’environnement. Retour sur ce phénomène à l’échelle des routes nationales. TEXTE ALINE BEAUD PHOTOS EMANUEL FREUDIGER La portion de frites terminée, certains automobilistes seraient tentés de laisser l’emballage choir sur le macadam avant de refermer la portière et de reprendre l’autoroute. Après tout, des collaborateurs sont employés pour nettoyer l’aire de services, pourrait-on croire. Mais ce serait négliger les conséquences néfastes que ce geste implique. Jeter des détritus sur la voie publique porte un nom, le littering ou déchets sauvages. Et les routes nationales ne sont pas épargnées, loin s’en faut. D’après les estimations de l’Office fédéral des routes (Ofrou), une tonne de déchets est récoltée chaque année sur chaque kilomètre de routes nationales. Fin 2017, le réseau comptait 1854,7 kilomètres, le calcul est vite fait. « La quantité varie selon la région et le volume de trafic, il est par exemple particulièrement accentué sur les axes transalpins durant les vacances. Le phénomène est aussi plus marqué à proximité de restaurants fast-food », explique Gabriele Crivelli, porte-parole de l’Ofrou. Concrètement, d’après Marc-André Luy de l’unité territoriale II en charge de l’entretien des routes pour Fribourg, Genève et Vaud  : « Ce sont surtout les jonctions autoroutières et les aires de repos qui sont concernées. Là où le trafic est ralenti ou faible. » 22 touring février 2019 Des mégots au frigo Des déchets ménagers, emballages de nourriture et boissons, ainsi que des mégots de cigarette constituent la majorité de ces détritus, explique Gabriele Crivelli, qui se souvient avoir aussi dû éliminer un frigo. Quant à Cédric Québatte, de la Communauté d’intérêts pour un monde propre IGSU, il se rappelle avoir vu des porte-skis, poussettes et autres objets encombrants sur les aires de repos. Pourtant cette accumulation de déchets sauvages sur la chaussée, les aires de repos et les espaces verts environnants a des conséquences néfastes. « Celles-ci se subdivisent en trois catégories principales, d’après Marco Buletti, Division Déchets et matières premières auprès de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Il y a l’esthétique – les déchets sauvages nuisent au paysage et à la qualité de vie –, mais aussi l’écologie et les coûts. » Il va sans dire que les déchets constituent une menace grave pour l’environnement, faune et flore confondues. Les espaces verts bordant les routes constituent des refuges pour les animaux sauvages et de nombreux prés où paissent des vaches voient des détritus s’accumuler, mettant en danger les bovidés. Côté financier, les frais du littering des routes nationales sont estimés à 2 millions par année et sont entièrement supportés par la collectivité, selon Gabriele Crivelli. Globalement, le nettoyage des déchets sauvages en Suisse, toutes zones confondues, coûte près de 200 millions de francs chaque année. Mandatées par la Confédération, onze unités territoriales (UT) sont chargées du nettoyage des routes nationales. Dans le Nord-Ouest par exemple, entre 25 et 35 collaborateurs travaillent à plein temps à cet effet durant près de 5 semaines réparties dans l’année, comme l’indique Thomas Leuzinger de l’UT VIII. Il dénombre trois procédures  : les nettoyages de base (4 fois par année) et les procédures supplémentaires (3 à 6 fois par année selon le degré de salissure attendue) aux jonctions et échangeurs autoroutiers. Troisième cas, les équipes interviennent en cas de perte de chargement ou de cadavre d’animal sur la chaussée. Des réductions locales de vitesse à 80 km/h et la fermeture temporaire d’une voie pour le nettoyage de la partie centrale sont parfois nécessaires. Du côté des cantons de Fribourg, Genève et Vaud, du personnel est déployé 7 jours sur 7 sur les aires d’autoroute pour vider les centaines de poubelles à disposition. Les autres interventions de nettoyage, urgences exclues, sont couplées à des travaux d’entretien, selon Marc-André Luy de l’UT II. Je paie, donc je peux Et lorsqu’il s’agit de décortiquer les raisons d’un tel comportement, les suggestions fusent  : « S’agit-il d’un manque d’éducation ? De laisser-aller, de stress ou d’ignorance ? De réflexions telles que « je paie, donc je peux » ou simplement d’irrespect ? », entonnent pêlemêle les spécialistes. A Marco Buletti de l’OFEV de préciser  : « Le littering est un phénomène de société, dont les causes reposent sur le comportement des hommes et non sur la gestion des déchets. Derrière ces actions se cachent plusieurs facteurs, tels l’augmentation de la mobilité, la consommation durant les déplacements ainsi que l’anonymat et le manque de contrôle social. On retrouve également ce phénomène à l’étranger. » D’après une étude représentative de Vinci Autoroutes de juillet dernier, un tiers des Français jette des déchets par la fenêtre sur l’autoroute, dont 25% de déchets organiques, contre 14% de mégots et 6% de papiers, mouchoirs et emballages. « En Suisse, les coûts étant stables, il n’y a aucune raison de croire à une augmentation disproportionnée du phénomène », rassure toutefois Gabriele Crivelli de l’Ofrou. Il n’empêche qu’au vu des conséquences néfastes du littering, lutter contre ce problème est indispensable. « Pour cela, il faut recourir à une batterie de mesures ciblées, déclare Marco Buletti de l’OFEV. Les plus efficaces se rapportent à l’homme, de la sensibilisation à la sanction via des amendes, en passant par la formation et la technologie. » Côté sensibilisation par exemple, l’IGSU mène chaque année une campagne sur les aires d’autoroute, par exemple sur l’A2 à Pratteln, en collaboration avec l’UT VIII. « Un panneau d’affichage arborant le slogan « J’élimine mes déchets correctement dans la poubelle, je m’engage » accompagne ces actions. Les automobilistes sont invités à le signer, explique Cédric Québatte. Nous distribuons aussi des petits sacs poubelles à placer dans l’auto. » →
DOSSIER Caricature des autoroutes suisses jonchées de détritus. février 2019 touring 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Touring numéro 2019-02 février Page 1Touring numéro 2019-02 février Page 2-3Touring numéro 2019-02 février Page 4-5Touring numéro 2019-02 février Page 6-7Touring numéro 2019-02 février Page 8-9Touring numéro 2019-02 février Page 10-11Touring numéro 2019-02 février Page 12-13Touring numéro 2019-02 février Page 14-15Touring numéro 2019-02 février Page 16-17Touring numéro 2019-02 février Page 18-19Touring numéro 2019-02 février Page 20-21Touring numéro 2019-02 février Page 22-23Touring numéro 2019-02 février Page 24-25Touring numéro 2019-02 février Page 26-27Touring numéro 2019-02 février Page 28-29Touring numéro 2019-02 février Page 30-31Touring numéro 2019-02 février Page 32-33Touring numéro 2019-02 février Page 34-35Touring numéro 2019-02 février Page 36-37Touring numéro 2019-02 février Page 38-39Touring numéro 2019-02 février Page 40-41Touring numéro 2019-02 février Page 42-43Touring numéro 2019-02 février Page 44-45Touring numéro 2019-02 février Page 46-47Touring numéro 2019-02 février Page 48-49Touring numéro 2019-02 février Page 50-51Touring numéro 2019-02 février Page 52-53Touring numéro 2019-02 février Page 54-55Touring numéro 2019-02 février Page 56-57Touring numéro 2019-02 février Page 58-59Touring numéro 2019-02 février Page 60-61Touring numéro 2019-02 février Page 62-63Touring numéro 2019-02 février Page 64-65Touring numéro 2019-02 février Page 66-67Touring numéro 2019-02 février Page 68-69Touring numéro 2019-02 février Page 70-71Touring numéro 2019-02 février Page 72-73Touring numéro 2019-02 février Page 74-75Touring numéro 2019-02 février Page 76-77Touring numéro 2019-02 février Page 78-79Touring numéro 2019-02 février Page 80-81Touring numéro 2019-02 février Page 82-83Touring numéro 2019-02 février Page 84-85Touring numéro 2019-02 février Page 86