Touring n°2019-02 février
Touring n°2019-02 février
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-02 de février

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Touring Club Suisse

  • Format : (210 x 282) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 29,5 Mo

  • Dans ce numéro : pleins feux sur les routes en Suisse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Tendance à la procrastination Environ la moitié des cantons diffèrent l’entretien et l’aménagement de leurs routes, ce qui pourrait constituer une charge financière importante pour les générations futures. Même si le réseau routier cantonal se porte actuellement plutôt bien. TEXTE DOMINIC GRAF PHOTO EMANUEL FREUDIGER Un milliard de francs environ sont investis chaque année dans l’amélioration et l’aménagement des routes cantonales. Un chiffre certes conséquent, mais à mettre en relation avec la valeur totale de 58 milliards de francs d’un réseau dépassant les 17 000 kilomètres. Afin d’en conserver la substance, des dépenses d’entretien régulières sont indispensables, un devoir que négligent pourtant un grand nombre d’autorités cantonales, relève Infra Suisse, l’organisation professionnelle des entreprises actives dans la construction d’infrastructures. Au total, 12 cantons – représentant 54% du réseau – n’alloueraient pas les ressources financières suffisantes au maintien de la valeur à long terme, à savoir Jura, Vaud, Neuchâtel, Obwald, Nidwald, Valais, Thurgovie, Schaffhouse, Tessin, Glaris, Fribourg ainsi que Berne. En dépit de l’état globalement satisfaisant du réseau routier cantonal, près de 13% présentent une couche de surface qualifiée de « mauvaise », voire de « critique ». Telle est la conclusion de l’étude menée par Infra Suisse sous le titre de travail « Analyse de l’état et de la conservation de valeur des routes cantonales 2017 ». 16 touring février 2019 60 000 fr. à 90 000 fr. par année et par kilomètre Selon le compte d’infrastructure routière de l’Office fédéral de la statistique (OFS), un kilomètre de route cantonale affiche une valeur de 3,4 mio. de francs. Pour la maintenir, l’Association suisse des professionnels de la route et des transports (VSS) recommande d’investir entre 1,8 et 2,4% de la valeur de remplacement, soit entre 60 000 fr. et 90 000 fr. par kilomètre et par année. Sur cette base, Infra Suisse a établi un classement mettant en lumière l’effort financier de chaque canton en matière d’améliorations et d’aménagements. Ainsi, Schwyz décroche la première place avec près de 180 000 fr. par kilomètre et par année, soit près du double recommandé pour le maintien de la substance. Il est suivi par Zoug, Bâle- Ville, Argovie, Lucerne ainsi qu’Appenzell Rhodes-Extérieures. Ces cantons investissent tous davantage que le standard conseillé par Infra Suisse. Quatorze cantons au total allouent des ressources en suffisance. Souveraineté cantonale Commentant l’appréciable volume d’investissements, Urban Keller, ingénieur cantonal d’Appenzell Rhodes-Extérieures, réagit avec circonspection  : « Dans une topographie vallonnée et préalpine comme la nôtre, les coûts sont élevés, raison pour laquelle nous tablons sur 4,5 mio. au lieu de 3,4 mio., ce qui représente un montant s’établissant entre 81 000 et 117 000 fr. par kilomètre et par année. » Dans cette perspective, Appenzell Rhodes-Extérieures ne se situerait pas dans la partie supérieure du classement, mais en queue de liste, note Urban Keller. Le spécialiste relève également le caractère non pertinent de l’établissement d’une valeur moyenne pour l’ensemble de la Suisse. Même appréciation pondérée de la part d’Andy Heller, ingénieur cantonal de Thurgovie. Selon les résultats de l’étude d’Infra Suisse, ce canton de Suisse orientale investirait seulement 40 000 fr. par kilomètre annuellement, ce qui le classe parmi les 12 mauvais élèves en matière de dépenses d’entretien et d’aménagement  : « Cette étude reflète avant tout les flux financiers, au détriment des charges et fonctions des différents types de routes de notre canton. Nous nous basons sur les observations concrètes de l’état du réseau, les pronostics d’évolution ainsi que les objectifs de conservation de la substance de nos infrastructures », commente Andy Heller. « A cette fin, nous nous appuyons sur nos propres relevés et analyses exhaustifs. Concernant le réseau routier thurgovien, il existe une stratégie et une planification de mesures actualisées tous les quatre ans en fonction des relevés effectués sur le terrain. Ces derniers indiquent également pour chaque tronçon à quel moment il conviendra de procéder aux assainissements, et par conséquent de dégager les moyens financiers à cet effet », détaille en outre Andy Heller. C’est notamment pour faire face aux besoins de manière appropriée qu’une enveloppe supplémentaire d’un million de francs a été allouée à l’entretien de construction pour la période 2018–2019  : « Le canton de Thurgovie investit les moyens adéquats au bon endroit au bon moment », résume encore l’ingénieur cantonal. Ménager les deniers publics Selon l’étude d’Infra Suisse, la durée de vie moyenne d’une route se monte à 50 ans. Quant à la perte de valeur, elle n’est pas linéaire  : « La valeur ne chute que de 40% durant les 75% du cycle de vie. Mais par la suite, la perte de valeur s’accélère et atteint à nouveau 40% durant les 12% du cycle restant. » Afin de maximiser l’efficience et, incidemment, de ménager les deniers publics, il importe donc d’entreprendre un assainissement complet de la superstructure tous les 35 à 40 ans. Temporiser peut entraîner un report de charges supplémentaires sensible. Il est donc primordial que les cycles de vie des routes soient connus, que leur état soit régulièrement inspecté et que les moyens financiers soient dégagés en temps utile. La conservation de valeur d’une route s’avère moins onéreuse lorsque l’entretien de construction est effectué de façon régulière. Directeur d’Infra Suisse, Matthias Forster établit un parallèle avec le toit d’une maison  : « Si j’attends qu’il pleuve à l’intérieur pour faire les réparations nécessaires, cela me coûtera bien davantage au final que d’effectuer un entretien régulier. » Afin de maintenir la bonne qualité actuelle du réseau cantonal, il incombe à chaque autorité cantonale d’investir méthodiquement et de ne pas trop serrer les cordons de la bourse. Car plus on cherche à temporiser, plus la facture s’alourdit. ◆
Les routes cantonales ont une valeur totale de 58 milliards de fr. LES ROUTES CANTONALES EN CHIFFRES Les routes cantonales sont des routes de grand transit sans séparation directionnelle (routes à grand débit destinées au trafic régional et assurant la liaison entre localités et avec les routes nationales) de propriété des cantons. Environ 17 000 km, ou un quart du réseau routier suisse. 1 km possède une valeur moyenne de 3,4 mio. (valeur totale  : 58 mia.) En Suisse, env. 1 mia. est investi par an 13% se trouvent dans un état. « critique » ou « mauvais » 5 cantons (Berne, Valais, Zurich, Vaud, Grisons) possèdent 50% du réseau routier cantonal. Bâle-Ville possède le réseau cantonal le plus dense, soit 300 km pour une surface de 37 km2. Les fréquences les plus élevées se situent sur les axes principaux de l’arc lémanique, du sud du Tessin, du Mittelland et des agglomérations des grandes villes. Sources  : OFS, Infra Suisse DOSSIER février 2019 touring 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Touring numéro 2019-02 février Page 1Touring numéro 2019-02 février Page 2-3Touring numéro 2019-02 février Page 4-5Touring numéro 2019-02 février Page 6-7Touring numéro 2019-02 février Page 8-9Touring numéro 2019-02 février Page 10-11Touring numéro 2019-02 février Page 12-13Touring numéro 2019-02 février Page 14-15Touring numéro 2019-02 février Page 16-17Touring numéro 2019-02 février Page 18-19Touring numéro 2019-02 février Page 20-21Touring numéro 2019-02 février Page 22-23Touring numéro 2019-02 février Page 24-25Touring numéro 2019-02 février Page 26-27Touring numéro 2019-02 février Page 28-29Touring numéro 2019-02 février Page 30-31Touring numéro 2019-02 février Page 32-33Touring numéro 2019-02 février Page 34-35Touring numéro 2019-02 février Page 36-37Touring numéro 2019-02 février Page 38-39Touring numéro 2019-02 février Page 40-41Touring numéro 2019-02 février Page 42-43Touring numéro 2019-02 février Page 44-45Touring numéro 2019-02 février Page 46-47Touring numéro 2019-02 février Page 48-49Touring numéro 2019-02 février Page 50-51Touring numéro 2019-02 février Page 52-53Touring numéro 2019-02 février Page 54-55Touring numéro 2019-02 février Page 56-57Touring numéro 2019-02 février Page 58-59Touring numéro 2019-02 février Page 60-61Touring numéro 2019-02 février Page 62-63Touring numéro 2019-02 février Page 64-65Touring numéro 2019-02 février Page 66-67Touring numéro 2019-02 février Page 68-69Touring numéro 2019-02 février Page 70-71Touring numéro 2019-02 février Page 72-73Touring numéro 2019-02 février Page 74-75Touring numéro 2019-02 février Page 76-77Touring numéro 2019-02 février Page 78-79Touring numéro 2019-02 février Page 80-81Touring numéro 2019-02 février Page 82-83Touring numéro 2019-02 février Page 84-85Touring numéro 2019-02 février Page 86