TLC Mag n°33 fév/mar 2011
TLC Mag n°33 fév/mar 2011
  • Prix facial : 6,20 €

  • Parution : n°33 de fév/mar 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (224 x 291) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 144 Mo

  • Dans ce numéro : un BJ 73 à l'africaine.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
Carpathia Tour te partie De Christian à Cugir Le Carpathia Tour regroupe une série de road-books qui vous permettront de découvrir la Roumanie à travers quelques-uns de ses plus beaux paysages. Sur huit étapes, TLCmag vous propose un parcours très particulier qui allie à la fois l'intérêt pictural, le contact humain et d'innombrables témoignages du passé. Au final, vous pourrez prévoir dix à douze jours sur le terrain en comptant l'évolution et les visites. De quoi vous offrir de belles vacances au pays des goules et des vampires. UN PAYS D'ART ET DE TRADITIONS Pays méconnu aux portes de l'Europe, la Roumanie est une terre sensuelle, d'une extrême humanité et riche d'un passé mouvementé qui lui a laissé un patrimoine extraordinaire. Au carrefour des invasions et des empires qui ont façonné l'histoire de l'Europe orientale, le peuple roumain a su maintenir une identité originale. Au fil des siècles et des diverses occupations qui ont laissé parfois une empreinte indélébile sur leur pays, les Roumains ont dû cohabiter avec un formidable éventail de cultures et de religions dont on ne connaît guerre d'équivalent ailleurs. De ces siècles de cohabitation forcée est née une nation particulièrement attachante qui puise ses sources dans le respect des traditions et dans un art de vivre que nous avons laissé derrière nous depuis des lustres. Deux véhicules aux antipodes l'un de l autre dans un village saxon le Toy et la carriole. Mmag.33Road-bookCarpathia LA ROUMANIE ET LA RÈGLE DE TROIS Un tiers de montagne, un tiers de collines et un tiers de plaine : telle est la définition rapide du territoire roumain dont la superficie équivaut environ à la moitié de celle de la France. En partant du sud-est et en allant dans le sens des aiguilles d'une montre, cette trinité géographique est délimitée par la Bulgarie, la Yougoslavie (ancienne Serbie), la Hongrie, l'Ukraine et la Moldavie. Le massif des Carpates, qui forme un arc de cercle du nord au sud-ouest, occupe un tiers du pays (notre secteur d'évolution se situe essentiellement dans les Carpates). Avec ses paysages somptueux et variés, une vie rurale omniprésente et ses villages d'un autre temps, la chaîne des Carpates présente, à certains endroits, un relief escarpé typiquement alpin avec des montagnes acérées et sauvages. A d'autres endroits, la haute montagne laisse place à des massifs plus complexes aux crêtes arrondies où alternent de vastes forêts, des plateaux couverts de vergers, des plaines fertiles où prédominent les cultures céréalières et légumières et des pâturages qui s'étendent à l'infini. Si l'on voulait décrire rapidement le visage des Carpates on pourrait dire que c'est un mélange très réussi des plus beaux paysages des Alpes, des Pyrénées et du Piémont italien. CLIMATOLOGIE Le climat continental de la Roumanie se rapproche un peu de celui de la France. Dans les Carpates on retrouve le même temps que dans nos massifs alpins et pyrénéens. De juin à septembre, il y fait très bon dans la journée mais les soirées peuvent être fraîches. Il est donc conseillé de prévoir des sweaters ou des polaires pour les bivouacs. La pluviosité atteint son pic au printemps ; les montagnes sont les plus arrosées et même s'il ne pleut pas souvent en été, les chemins de montagne conservent parfois l'humidité des averses de mai et juin. Il n'est donc pas rare, même au plus fort de juillet, de trouver ici et là quelques petits bourbiers persistants. Rien de dangereux, bien sûr, mais pour les franchir sans souci il est fortement conseillé de s'équiper de pneus mixtes. FAUNE ET FLORE A l'inverse de la population, les ours ont eu la vie belle sous Ceagescu ! Seul le président avait le droit de les chasser. Conséquence : les Carpates rassemblent aujourd'hui 60% de la population des ours en Europe. Les loups sont également nombreux : en Europe, 40% de l'espèce vit dans les Carpates qui abritent par ailleurs cerfs, chevreuils, sangliers, renards, blaireaux, piverts et chouettes grises. Les forêts des Carpates, riches en hêtres, sycomores, érables, peupliers et bouleaux sont sans doute les moins dégradées d'Europe. On a recensé près de 1 350 espèces de fleurs dans ces massifs, dont le coquelicot jaune, la saxifrage, l'ancolie de Transylvanie, et l'edelweiss. Actuellement, la Roumanie possède 11 parcs nationaux, dont les monts Retezat, dans les Carpates, et plus de cinq cents réserves naturelles. GASTRONOMIE Difficile de bien manger en Roumanie (du moins quand on est en groupe). Les res-
taurants affichent le plus souvent les mêmes plats avec une fastidieuse constance : grillade de porc, foie de porc, poulet grillé, soupe aux tripes et pommes de terre baignant dans la graisse. La spécialité est la mamaliga, sorte de version roumaine de la polenta italienne : une bouillie de farine de maïs cuite à l'eau, au four ou frite, que l'on parsème d'un peu de brânza, un fromage de chèvre très salé, et qui constitue le plat de résistance dans de nombreux foyers roumains. Autre pilier de la cuisine roumaine : la ciorba (soupe), souvent relevée, aux légumes et aux boulettes de viande (ciorba de perisoare). Les desserts typiques devraient satisfaire les amateurs de douceurs : placinta (chaussons), clatite (crêpe), cozonac (brioche) et saraillie (délicieux gâteau aux amandes nappé de sirop). Les vins roumains sont peu onéreux mais pas toujours très bons. Vous aurez donc intérêt, si cela compte pour vous, de prévoir quelques réserves d'urgence ! La tuica, féroce liqueur de prune (appelée aussi palinca dans certaines régions de Transylvanie), se boit en apéritif avant le repas. Évitez l'omniprésent ness, affreux café instantané produit à partir d'extraits végétaux, et essayez plutôt le cafea naturala, un « vrai » café préparé à la turque, servi avec une bonne couche de café moulu au fond de la tasse et une généreuse cuillerée de sucre. RETOUR DANS LE PASSÉ Indépendamment de l'aspect pictural de ses panoramas, la Roumanie présente bien d'autres attraits pour le voyageur qui allient le goût de l'insolite aux plaisirs de la découverte. Dans les campagnes, le temps semble s'être arrêté : dans les champs le cheval n'a pas encore été détrôné par le tracteur et on fauche toujours à la main, comme cela se faisait chez nous au siècle dernier. De la même façon, sur les bords des routes des bataillons de cantonniers coupent les herbes hautes à la faux ou à la faucille et creusent des fossés à la pelle et à la pioche. Les villages multicolores qui s'étalent dans les vallées semblent tout droit sortis d'un livre de contes de fée. On y retrouve toutes ces images qui bercent l'imaginaire des enfants (et parfois de leurs parents) avec les citadelles, les églises fortifiées, les rues de terre battue et les maisons du Moyen Age. Les puits et les fontaines ouvragées renforcent encore ces images du temps jadis avec les vieux séchoirs en bois d'où débordent de pleines brassées de fourrage. Dans ce pays où le monde rural reste omniprésent, le village reste le refuge principal de l'identité roumaine qui s'est forgée tout autour de l'Eglise et d'un cortège de traditions. ART SACRÉ, ÉGLISES ET MONASTÈRES Lorsqu'on dépeint la Roumanie, on se doit d'évoquer la place particulière qu'occupe l'art sacré dans ce pays. Ici les monastères, les basiliques et les églises sont légion. On en trouve partout, dans les villages, dans les prairies, au coeur des plus profondes forêts ou au détour d'un chemin, en pleine montagne. Avec leurs fresques et leurs toitures complexes, certains de ces dignes représentants de la religion orthodoxe sont autant de trésors qui témoignent encore de leur rattachement à l'ancienne culture byzantine revivifiée dans un étonnant esprit de fusion avec les courant religieux de chaque région. Les monastères de Roumanie furent les premiers au monde à être décorés de fresques extérieures. Peintes au XVl'siècle, à l'époque de la menace ottomane, ces fresques exprimaient souvent un message autant politique que religieux. Réalisées dans le dessein d'instruire et de divertir les soldats et les paysans analphabètes, elles représentent, à la façon de bandes dessinées ou de dazibaos, des épisodes bien connus de la Bible. Quatre siècles et demi plus tard, certaines ont fortement subi la morsure du temps, mais les couleurs ont gardé leur intensité. RELIGION La Roumanie est le seul pays latin qui n'ait pas de tradition catholique romaine. Les orthodoxes roumains représentent 86% de la population, les catholiques 5 0/0, les protestants 3,5%, les chrétiens uniates 1%, les musulmans 0,3% et les juifs 0,2%. La Roumanie est fortement marquée par la foi et la spiritualité. D'ailleurs l'Eglise Black- car www.black-star.fr exerce une très grande influence sur l'ensemble de la société, notamment dans le monde rural où la religion influe assez souvent dans le quotidien des villages. Soulignons au passage que, contrairement à d'autres pays de l'ex-bloc soviétique, l'église orthodoxe roumaine, loin d'avoir agi en force d'opposition, s'est faite l'instrument du régime communiste. Aujourd'hui, fortement hiérarchisée et installée dans une certaine opulence, elle professe le dogmatisme. LES GENS Dans l'ensemble les Roumains sont très hospitaliers. Ils ont le sourire facile, ils sont très curieux et leur amabilité n'est jamais intéressée. Dans leurs campagnes, même s'ils ne nagent pas dans l'opulence, les gens vivent bien. S'ils vous invitent chez eux, ce n'est donc pas dans le but de vous soutirer quelque chose comme cela se voit trop souvent dans certains pays et lorsqu'ils vous ouvrent leur porte vous aurez parfois du mal à les quitter. Suivant ce qu'ils vous offrent à boire, vous aurez même intérêt à avoir l'estomac bien accroché ! Quoi qu'il en soit, en Roumanie le touriste est toujours très bien accueilli surtout s'il sait se montrer attentif et respectueux avec ceux qu'il croise. A ce sujet, si vous ne voulez froisser personne, éviter les jambes nues en ville et surtout dans les lieux de culte. A suivre dans le prochain chapitre du « Carpathia Tour » : l'histoire de la Roumanie, de l'Antiquité à nos jours. Tour monumentale classique des citadelles saxonnes. Variations sur les oratoires où s'affrontent plusieurs styles et plusieurs courants de pensée. Avertissement : il est fortement déconseillé de se lancer sur les pistes roumaines sans de bons pneus mixtes. Même en été, certains passages peuvent être très glissants. Le présent road-book a été plusieurs fois modifié au cours des années car en Roumanie le terrain évolue sans cesse et pas toujours dans le bons sens. En principe, les étapes que nous vous livrons sont accessibles à tout vrai 4x4. En temps normal, elles ne présentent aucune difficulté majeure. Il n'empêche qu'en cas de fortes pluies, certains chemins peuvent rapidement se transformer en cloaque. Il arrive même que sous l'effet de glissements de terrain, les routes ou les pistes mal stabilisées s'effondrent sous votre passage. Il convient donc d'être très vigilant, d'être bien chaussé, de ne pas partir seul et de prévoir au moins un vrai treuil (oubliez les produits chinois !). Le GPS n'est pas indispensable mais il est quand même fortement conseillé, surtout pour se repiquer sur le road-book lorsqu'une partie doit être neutralisée. TLCmag33Road-bookCarpathia



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 1TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 2-3TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 4-5TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 6-7TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 8-9TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 10-11TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 12-13TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 14-15TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 16-17TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 18-19TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 20-21TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 22-23TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 24-25TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 26-27TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 28-29TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 30-31TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 32-33TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 34-35TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 36-37TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 38-39TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 40-41TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 42-43TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 44-45TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 46-47TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 48-49TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 50-51TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 52-53TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 54-55TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 56-57TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 58-59TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 60-61TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 62-63TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 64-65TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 66-67TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 68-69TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 70-71TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 72-73TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 74-75TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 76-77TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 78-79TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 80-81TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 82-83TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 84-85TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 86-87TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 88-89TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 90-91TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 92-93TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 94-95TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 96-97TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 98-99TLC Mag numéro 33 fév/mar 2011 Page 100