TLC Mag n°29 jun/jui 2010
TLC Mag n°29 jun/jui 2010
  • Prix facial : 6,20 €

  • Parution : n°29 de jun/jui 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (224 x 291) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 117 Mo

  • Dans ce numéro : série 10... un LC 100 pour la course.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
La France se ferme aux 4x4, ce n'est pas un scoop. Face aux multiples interdictions qui ont fleuri ces dernières années, les organisations capables de nous proposer de belles balades sur l'Hexagone ne sont plus très nombreuses. Helios tire bien son épingle du jeu et cette traversée des Alpes n'a rien à voir avec les clichés traditionnels qui alimentent les dépliants touristiques. Bien au-delà de l'incontestable intérêt pictural, ce raid est aussi l'occasion de revisiter une longue page d'histoire pour découvrir la face cachée des Alpes. Nous avons pu embarquer à bord d'un véhicule d'organisation et vivre les reconnaissances à travers cette formidable frontière naturelle. Suivez le guide ! franço%s et) IL L M A/Relias en quelques lignes Créée il y a maintenant 22 ans sous le nom de Discovery Club, cette structure fut rebaptisée Helios en 1996. Helios apparaît aujourd'hui comme une référence pour tous ceux qui recherchent avant tout le tourisme et la sécurité. Avec un catalogue de vingt-deux randonnées en France et onze raids à l'étranger, cette organisation offre un large choix aux amateurs de sorties familiales. Pour Arys Panayotou, le responsable d'Helios, le meilleur chemin n'est pas forcément le plus court. Il s'attache à ce que ses parcours s'articulent autour de thèmes historiques et gastronomiques, ce qui contribue à l'originalité de ces itinéraires souvent ignorés par les autres organisations. Bref, TLC Mag 29 Helios vous propose une autre façon de voyager, d'une manière plus intelligente et plus ludique. LAlpen Raid au jour le jour L'Alpen Raid compte sept étapes qui relient Megève à la Brigue (dans le massif du Mercantour, au nord de Nice) sur des routes et des pistes dont l'altitude moyenne flirte allégrement avec les 2 500m. Bien sûr, compte tenu du relief très accidenté, ce grand parcours transalpin comporte pas mal de liaisons routières mais ici la route n'est jamais fastidieuse, bien au contraire. Jour 1 La première étape nécessite un départ matinal. Dans le secteur du
mont Blanc, en période estivale, les pistes sont interdites à la circulation motorisée de 9 à 18 heures. Au départ de Megève, les premières voitures démarrent à 7 heures en direction des Contamines, un village situé de l'autre côté de la montagne. Dès les premiers tours de roue on en prend plein les yeux ! En arrivant sur le Bettex, on se retrouve soudain avec un panorama à couper le souffle sur la barre des Aravis qui domine la vallée de Sallanches. Du Bettex, un chemin défoncé nous conduit jusqu'à un col où nous retenons notre souffle devant la majesté du seigneur des Alpes : le mont Blanc ! Arys nous raconte quelques histoires « croustillantes » sur les débuts de l'alpinisme puis nous redescendons sur St-Gervais. Ensuite, la piste grimpe raide à travers la forêt vers le col du Prarion et Les Houches. C'est l'esprit serein que l'on enjambe le col du Joly pour rejoindre le Beaufortin. Petite halte pour qu'Arys nous fasse un cours sur le système hydrographique alpin et nous voilà repartis. Nouvelle halte à Beaufort pour acheter le fameux fromage puis l'on reprend notre progression vers le Cormêt d'Arrèches. Le soleil tape dur et nous apprécions l'ombre des sapins qui nous accueillent pour ce premier déjeuner. L'ambiance est excellente. Après le déjeuner l'évolution reprend tranquillement et l'on entame une belle descente sur Valaisan et la vallée de la Tarentaise avec pour toile de fond les cimes acérées qui dominent La Plagne et la station des Arcs. A partir de Bourg-St-Maurice, la route reprend ses droits jusqu'à Arcs 1800 où la police municipale nous prend en charge pour franchir le col des Frettes. Un dernier coup d'oeil sur le Beaufortin et le mont Blanc que l'on aperçoit au loin et nous basculons dans une petite vallée glaciaire où trônent les immeubles d'Arcs 2000. Jour 2 En passant par Val-d'Isère et le col de l'Iseran, Philippe Jambert, précurseur de la randonnée motorisée, disait : « l'asphalte sublime », et c'est vrai que dans ce secteur des Alpes la route est absolument splendide. La descente sur la vallée de la haute Maurienne recèle d'innombrables panoramas superbes aussi. A présent la montagne devient plus sauvage et ces quarante kilomètres de goudron deviennent un vrai plaisir d'autant plus qu'Arys en profite pour nous raconter à la CB l'histoire passionnante de la Savoie. Avec ses commentaires historiques, ses anecdotes tantôt comiques, tantôt dramatiques, le guide d'Helios a su retenir une clientèle qui marie très bien la soif de découvrir, la curiosité et le plaisir de la conduite. Au niveau de Lanslevillard le joli parcours emprunte un chemin forestier qui nous amène au fort de la Thura, une construction qui domine la haute Maurienne et le lac Cenis. Un décor féerique qui fut pourtant le théâtre de sanglants affrontementspen-dant la Deuxième Guerre mondiale. Après la visite du fort de la Thura, nous rejoignons le plancher des vaches par un ancien chemin muletier et l'on fait le tour du lac en arrivant sur le fort de Variselle. Ensuite, l'on rallie tranquillement l'« hôtel du Grand Malamot », en contrebas du barrage. Jour 3 Il pleut. Juste après le fort de Variselle on amorce une longue descente sur l'Italie. La piste chaotique longe les parois rocheuses et passe au milieu de gigantesques éboulis. Cette ancienne voie romaine, est un axe stratégique qui aurait vu passer les éléphants d'Annibal. Il fallait bien du courage aux voyageurs d'autrefois pour s'engager sur ce chemin en hiver. La descente, dans la neige ou dans la boue, s'opérait à la « ramasse » et parfois les traîneaux prenaient un peu trop de vitesse, devenant vite incontrôlables. L'aventure s'achevait alors dans l'abîme ou contre un rocher. L'arrivée sur Suza se fait sans encombre et l'on attaque tout de suite la montée sur le col de l'assiette par une suite de virages serrés qui s'enchaînent les uns après les autres. Arrivés au col, la vue embrasse un panorama extraordinaire sur les montagnes qui nous entourent de toutes parts. A nos pieds, la mer de nuages recouvre la vallée : on a vraiment l'impression d'être sur le toit du monde... La traversée du Piémont nous conduit jusqu'au col de Montgenèvre. De là, descente obligée sur Briançon et la vallée de la Clarée pour rallier Névache où nous attend une joli coin de bivouac, sous les arbres, au bord du torrent. Jour 4 Cette quatrième journée s'effectue en boucle dans le Briançonnais avec, en option, une petite incursion en Italie. Le matin, grâce à des autorisations exceptionnelles octroyées par l'Armée et par certaines communes, Arys nous entraîne vers le col du Granon pour rallier le fort de Les passerelles du vertige qui mènent au fort de la Croix-de-Bretagne, au-dessus de Briançon. Les pistes du Beaufortin. du côté du Cormet-d'Arrêche. Le chaos de la Bonnette. l'Olive. Le site est absolument magnifique ! On aperçoit au loin les sommets enneigés de l'Italie toute proche et, en contrebas, le petit village de Névache. Nous redescendons sur Briançon par le Granon. Au col nous sommes arrêtés par les gendarmes qui viennent de verbaliser des « voi- tures plates ». Au vu des autorisations officielles présentées par l'organisation, nous passons sans encombre. Arrivés à Briançon, nous optons pour une petite rallonge off road en Italie, sur le glacier de Rochemolles audessus de Bardonecchia. L'arrivée sur le glacier est un grand moment. TLC Mag 29 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 1TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 2-3TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 4-5TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 6-7TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 8-9TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 10-11TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 12-13TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 14-15TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 16-17TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 18-19TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 20-21TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 22-23TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 24-25TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 26-27TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 28-29TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 30-31TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 32-33TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 34-35TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 36-37TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 38-39TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 40-41TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 42-43TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 44-45TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 46-47TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 48-49TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 50-51TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 52-53TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 54-55TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 56-57TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 58-59TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 60-61TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 62-63TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 64-65TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 66-67TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 68-69TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 70-71TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 72-73TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 74-75TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 76-77TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 78-79TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 80-81TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 82-83TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 84-85TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 86-87TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 88-89TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 90-91TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 92-93TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 94-95TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 96-97TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 98-99TLC Mag numéro 29 jun/jui 2010 Page 100