TLC Mag n°24 aoû/sep 2009
TLC Mag n°24 aoû/sep 2009
  • Prix facial : 6,20 €

  • Parution : n°24 de aoû/sep 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (224 x 291) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 116 Mo

  • Dans ce numéro : le KDJ 95 VX en location pour le raid.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Un des équipements de l'observatoire de La Silla au Chili. Sur une piste à 4 000 m d'altitude. ment vers les hauts plateaux situés à plus de 3 700m. Peu à peu, une fumée noire s'échappe des pots d'échappement à chaque accélération en raison du manque d'oxygène. La route goudronnée fait place à une piste qui chemine à travers les sommets enneigés de la cordillère. Sur les 200 km qui séparent Calame de la ville frontalière d'011agüe, nous ne croiserons que des camions qui approvisionnent les mines et des trains qui transportent des réservoirs d'acide sulfurique. Après une longue journée de route et un premier col à 4 000m, nous parvenons au poste frontière bolivien... en remorquant un pick-up tombé en panne. La situation amuse les douaniers. Ce n'est pas tous les jours que des Français passent la frontière en remorquant une voiture chilienne conduite par un bolivien ! Immédiatement, un douanier se penche sur le moteur et après quelques minutes parvient à le relancer. L'absence d'additif anti-gel dans le gasoil distribué en Bolivie réserve quelques surprises... Les fermiers boliviens identifient leurs animaux en leur accrochant des rubans colorés. Nous dormons 100 m après la douane bolivienne. La nuit est froide, - 10 °C. Au lever du jour, nous effectuons les vérifications de routine sur les véhicules et constatons qu'il manque presque deux litres de liquide de refroidissement dans le radiateur du TP3. En fait, plusieurs colliers main- Un convoi approvisionnant les mines. Sur un site archéologique, vestige de la civilisation Tiwanaku. tenant les Durits se sont desserrés la veille sous l'effet des vibrations. Côté HJ, il manque un peu d'huile dans la boîte de vitesse. Nous refaisons les niveaux et mettons en marche les moteurs qui démarrent plus difficilement en raison de l'altitude et surtout du froid. Comparé au Chili, les hauts plateaux boliviens, plus arrosés, possèdent une flore plus abondante ce qui permet l'élevage des lamas. Ces camélidés sont moins peureux et plus habitués à la présence de l'homme que leurs cousins les guanacos et les vigognes. Ils paissent en liberté autour des nombreux points d'eau. Le salar d'Uyuni Nous prenons une piste pour rejoindre le célèbre Saler d'Uyuni. Au bout d'une vingtaine de kilomètres particulièrement pénibles en raison de la tôle ondulée qui occasionne de fortes vibrations, la piste se fond dans la vaste platitude du salar. A proximité du village de Colchani, situé à la pé-
Rencontre sur les plateaux péruviens. riphérie du salar, les habitants exploitent le sel. Le sel est ensuite transporté vers une usine qui se charge d'y ajouter de l'iode. Des agences de tourisme convoient des visiteurs à bord de 4x4, presque tous des Toyota, dont bon nombre de HJ 60 et 61. Il y a de nombreuses pistes qui partent dans toutes les directions sur le salar, le GPS est ici très utile pour ne pas se perdre. La piste qui relie Uyuni à Potosi constitue un des axes stratégiques pour le commerce en Bolivie. Elle fait actuellement l'objet d'importants travaux visant à la rendre plus praticable. La piste se fraie un passage à travers le fort relief de la cordillère. Il y a plusieurs cols au-delà de 4 000 met il n'est pas rare de trouver à cette altitude des pentes de 15°. La vitesse s'en ressent, nous parcourons 100 km en quatre heures. Les mines argentifères de Potosi Après deux jours de route, nous arrivons enfin à Potosi. Au XVIIe siècle, Potosi figurait parmi les plus grandes villes du monde avec 165 000 habitants. Les conquistadors se mirent à exploiter massivement le gigantesque gisement d'argent situé sous le Cerro Rico. Il y a plusieurs milliers de galeries dans la montagne. Le minerai était ensuite transformé dans la ville pour réaliser des objets en tout genre mais surtout les pièces de monnaie d'Espagne frappées sur place et acheminées ensuite vers l'Espagne. Les conditions de vie dans la ville de Potosi, et d'une manière générale en Bolivie, sont difficiles. Selon l'Atlas du Monde diplomatique, l'IDH (indice de développement humain, données datant de 2003) de la Bolivie est le plus faible de toute l'Amérique du Sud et comparable à celui de certains pays d'Afrique (dont l'Afrique du Sud, la Namibie, le Soudan), de l'Inde et du Pakistan. La marge de manoeuvre de ce pays est donc limitée. Le tourisme est probablement l'une des possibilités qui, à terme, permettrait d'améliorer un peu le sort de la population. Les sites d'intérêt ne manquent pas et la gentillesse naturelle des Boliviens constitue un point fort. Son essor ira de pair avec les progrès nécessaires au bien-être de la population : lutte contre la corruption, meilleures conditions sanitaires, développement des infrastructures routières, diminution de la délinquance. La Paz Nous prenons la route en direction de La Paz. Il y a 540 kmentre Potosi et La Paz, la route passe par les hauts plateaux et demeure presque toujours au-dessus de 3 800m. Nous traversons des villages dont certains sont très éloignés des infrastructures. Les terres sont cultivées, essentiellement de céréales telles que la quinoa et le blé. On y pratique aussi l'élevage de bovins, d'ovins et de camélidés. Les enfants participent activement à la vie des fermes. Quand ils ont la chance de pouvoir aller à l'école, il leur faut souvent parcourir de longues distances, 5 km à pied chaque jour est fréquent. L'habitat dans les campagnes est constitué de briques d'adobe et de toit en chaume. Dans les villes, l'adobe est remplacé par des murs en brique ou en blocs de béton recouverts de tôles ondulées. Les logements ne sont jamais très grands, deux ou trois pièces pour une famille. On s'éclaire parfois à l'électricité, souvent à la lampe à pétrole ou à la bougie. Dans la plupart des maisons, il n'y a pas de chauffage et les nuits au-delà de 4 000 m sont fraîches. Un des 170 camions utilisés dans la gigantesque mine de cuivre de Chuquicamata. Les plus gros transportent 330 tonnes, soit près de 600 tonnes en mouvement ! Un bivouac parmi d'innombrables blocs de grès propices à l'escalade. Eglise de Parinacota. datant du XVIle siècle. Brève visite péruvienne Trois jours et demi après avoir passé la frontière Bolivie-Pérou, nous voilà à nouveau en train de remplir les fiches douanières, en sens inverse cette fois-ci. De récentes manifestations générales, violentes par endroits, nous obligent en effet à fuir le Pérou. En une matinée, toutes les routes ont été bloquées. Des barrages de grosses pierres ont été érigés tous les cinq kilomètres et aux abords des villes. L'immédiateté des actions, leur amplitude et leur nombre ont de quoi surprendre. Ce mouvement de contestation est une réponse au gouvernement qui vient d'augmenter fortement le prix des aliments de base. Nous avons finalement pu rejoindre la frontière en passant par de petites pistes à travers la montagne, un peu moins agitée, en négociant TLC Mag 24



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 1TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 2-3TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 4-5TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 6-7TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 8-9TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 10-11TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 12-13TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 14-15TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 16-17TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 18-19TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 20-21TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 22-23TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 24-25TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 26-27TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 28-29TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 30-31TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 32-33TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 34-35TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 36-37TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 38-39TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 40-41TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 42-43TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 44-45TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 46-47TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 48-49TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 50-51TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 52-53TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 54-55TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 56-57TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 58-59TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 60-61TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 62-63TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 64-65TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 66-67TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 68-69TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 70-71TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 72-73TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 74-75TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 76-77TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 78-79TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 80-81TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 82-83TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 84-85TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 86-87TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 88-89TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 90-91TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 92-93TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 94-95TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 96-97TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 98-99TLC Mag numéro 24 aoû/sep 2009 Page 100