TLC Mag n°14 déc 07/jan 2008
TLC Mag n°14 déc 07/jan 2008
  • Prix facial : 6,20 €

  • Parution : n°14 de déc 07/jan 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (224 x 293) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 111 Mo

  • Dans ce numéro : nouveauté... Land Cruiser série 200 arrive en France.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
ï L W TTT 1 20 SÉRIE 7'MPTION 10 - Les sangles maintiennent le réservoir supplémentaire arrière de 90 litres. 11 - Le pare-chocs arrière est inchangé comme sur tous les séries 7. 12 - La base du schnorkel tout en plastique ABS est entièrement réadaptée à la forme de l'aile. 13 - L'élargisseur en plastique ABS est monté sur le VDJ 76 R modèle GXL pour la version Luxe. 14 - La plaque de consommation gasoil et la quantité de CO'. Notez la couleur rouge pour les 11,9 I aux 100. 15 -Les freins à disque sont installés sur l'arrière et le frein de parking est dans le tambour comme sur le HZ de 1992 : cela n'est pas une technologie récente. 16 - Le renfort du support d'amortisseur est évident. L'axe soudé dans le tube était trop cassant. 17 - Détail du frein à disque arrière. Le principe des suspensions à lames est maintenu. Indestructible ! Carrier » ou « Troopie » reste identique au HZJ 78 en volume intérieur. Surprise ! Le VDJ 76 Station Wagon est le véhicule le plus génial de la gamme actuelle des Land Cruiser. Il possède le confort d'accès d'une berline avec une carrosserie quatre portes avant. La double climatisation est possible sur ce VDJ et la radio-CD-sono-MP3 Panasonic agrémentera votre voyage à 120 km/h sur la tôle ondulé des pistes de la Finke Track. La facilité de chargement arrière et l'utilisation du volume intérieur le rendent aussi pratique qu'un utilitaire. Grâce à sa suspension avant à ressorts hélicoïdaux, il procure aussi un confort de conduite étonnant. Un look de baroudeur équipé avec le bullbar doté du treuil Warn8274, le kit de suspension, un arceau de sécurité 10 points, les pneus Mud 33 x 12,5 x 15 sur les jantes alu, la galerie de toit en alu, les antennes pour le GPS, la CB et UHF-VHF, le support de roue de secours arrière du type Kaymar, voilà la machine la plus merveilleuse pour profiter des pistes de la planète jusqu'à épuisement physique du pilote... Welcome, G'Day mate, I can help you En Australie le client est traité comme un véritable seigneur : une tradition bien préservée consiste à respecter la vie privée du client et ses choix d'achat ou non. Chez les Aussie, chaque lieu recevant le public possède un trésor : le fameux livre des estimations ou feedbock en anglais. Vous pouvez écrire vos impressions sur l'accueil, le service, la propreté et la convivialité. Ainsi, Glen le commercial de la plus grosse concession du sud du Northern Territory accepte sans aucune réticence de nous prêter un VDJ 76. le V 8 diesel, le moteur 1 VD-FTV A l'ouverture du capot, nous sommes surpris par un immense radiateur intercooler sur tout le dessus du moteur. Dans le style, on ne touche pas et on referme le capot, nous sommes en plein dedans. En mettant la tête sur le côté droit, nous apercevons un bloc fonte de 4 cylindres en V ; par contre, les quatre autres cylindres sont invisibles sous le filtre à air, l'échangeur, la batterie, les Durit et le turbo. « My God », il vaut mieux ne pas y mettre les doigts ou prenez des cours car le D4D devient difficile à toucher. Désolé messieurs les mécanos, Toyota vous a oubliés et les livres d'atelier n'existent plus. Plus d'inscription sur les caches noirs du moteur, comme s'il voulait rester anonyme... Sur l'autocollant, nous pouvons lire VDJ 76 R mais sur le châssis les inscriptions sont différentes : JTEEV 73 J 500001287. Pourquoi 73 pour un 76 et 71 pour 78 ? Nous étions calés sur un même repère châssis et plaque : fin d'un repère. Aucune documentation australienne ne précise la référence du moteur V 8, cela n'a plus la même importance pour le client depuis l'arrivée des D4D. Les commerciaux français ont souvent, et à tort, appelé un Land Cruiser D4D tout court pour un KDJ 120 châssis long ou un KDJ 125 châssis court. Toujours d'après l'autocollant, le moteur V 8 est un modèle 1 VD-FTV de 4461 cc. La boîte de vitesses manuelle à 5 rapports est une H 150 F. Le modèle essayé est un VDJ 76 R (R pour right ou conduite à droite). Running sequence ou séquence roulage Le VDJ 76 est aussi massif que le HZJ 75 d'Outback Import garé à côté sur le parking de l'immense concession Toyota « Peter Kittle » d'Alice Spring. S'installer à bord ne change pas par rapport au fidèle HZJ, aucune modification intérieure, à l'exception du compteur kilométrique à affichage numérique. Par contre, au tour de clé, le bruit du V 8 est parfaitement reconnaissable. Discret comme tous les V 8 équipés d'échappement d'origine. Le moteur ne claque pas comme sur les premiers D4D KDJ 120, 125 ou Prado et la température en cet hiver est glaciale : 5 °C au matin et 13° maxi. La conduite est un véritable plaisir. Sur la marche arrière, avec un cou-
ple de 430 Nm/1200-3200 nous nous demandons comment est-il possible de caler un moteur de bulldozer : impressionnant ! Première, seconde à 10 km/h, troisième à 25 km/h, quatrième à 40 et cinquième à 60 (vitesse maxi en ville). Sur route, le V 8 nous offre une plage de conduite vraiment cool et au couple, presque trop si vous vous endormez. Il faudra améliorer l'échappement pour libérer quelques bruits bien rauques à souhait. En utilisation normale, au feu vert, il arrache un max dans la grande tradition des Australiens qui sont les rois du démarrage à fond : rigolo mais attention aux burns ! Un D4D répond instantanément à la moindre sollicitation du pied droit. Cela n'est pas sa passion et il est construit pour être traité en douceur, V 8 et longévité oblige. Il reste très doux à conduire, parfait pour les futures boîtes auto en mode « cruise control » (régulateur de vitesse). Comme sur tous nos bons vieux Toy, le VDJ est bien de la même race : solide et sympa. Le plus dur est de rendre les clé à Glen. Sur piste Lors de notre rencontre avec le groupe de géologues à William Creek, la géologue, pilote du VDJ 76 R, nous déclare qu'elle est enthousiasmée par la puissance du V 8. Dans le sable, le couple gigantesque du moteur permet de rouler à des régimes moteur très lents et à 800 g de pression il se comporte en véritable vaisseau du désert, un must inégalé. La pilote a remarqué qu'il roule plus fort sur les pistes que le HZJ 105 et elle doit souvent attendre le HZ. Le véhicule est capable d'atteindre 140 km/h et plus sur les pistes roulantes : Mad Max n'est pas loin... La géologue reconnaît que la consommation a diminué sérieusement par rapport au HZ : 10 à 12 1/100 pour le VDJ contre 15 à 18 1/100 pour un HZJ 75. La conception ultra-moderne du moteur D4D et 32 soupapes permettent cette réduction de consommation. Un souci de taille pour en faire un baroudeur : le VDJ 76 R possède un réservoir contenant seulement 90 litres de gasoil. Les VDJ 78 et 79 sont équipés d'origine de deux réservoirs totalisant 180 litres. Dans certaines contrées, il devient obligatoire de prendre quatre jerricans supplémentaires : dur, dur. Il faut espérer qu'un accessoiriste pourra proposer un réservoir supplémentaire mais la tâche ne sera pas facile, la place sous plancher est faible. Le VDJ 76 R, lourdement chargé, avait ses lames arrière très aplaties. Pas vraiment bon signe surtout qu'il penchait fort sur l'arrière et sur piste les butées étaient souvent en appui sur les rebonds. Ce défaut provoque des tangages du train arrière souvent dangereux pour la tenue de route ou de piste. Le kit de suspension s'impose si le véhicule doit être chargé comme un 105. Le pilote doit faire attention car les pneus sont des Dunlop d'origine 265/70/16 et les baroudeurs le savent bien, le BF Goodrich reste une référence mais ce sera forcément en seconde monte. La pilote regrette l'absence de blocages de différentiels de ponts avant et arrière qui sont des options comme sur les modèles HZJ 78, 79 et 105. Nous nous accordons pour convenir qu'un VDJ est un exceptionnel Land Cruiser qui va s'améliorer et inonder les pistes et les routes de la planète ! 25 1B - Le numéro du VDJ 76 R GXL : pourquoi est-il inscrit en 73 ? Un mystère Toyota. 19 - Fidèle à Dunlop depuis 1978, le SP en pneu radial est toujours monté sur les utilitaires Toyota. Des chambres à air sont toujours placées dans les Dunlop. La jante à cercle est à cinq trous et les boulons de roue sont chromés. Le pont arrière est du type flottant. 20 - Le principe de fermeture des ridelles de la benne est simple et pratique. 21 - Non, le tournage du film « Mad Max » est terminé : le nouveau bull bar pour le « Bush ». On aime ou on n'aime pas ! 22 - Il est construit pour être résistant au bétail, car ce VDJ va partir sur les fermes de l'Out Bock possédant plusieurs milliers d'hectares. Les rétros semblent un peu fragiles et nous en avons vu un cassé sur un véhicule neuf. 23 - Le bouchon et la Durit de remplissage du deuxième réservoir, repéré par un autocollant. 24 - Le bull bar plus discret de la société ARB. Une qualité de travail superbe. L'emplacement pour le treuil est possible. 25 - La plaque (maintenant un autocollant) qui raconte tous les secrets du VDJ. 2 ma'entein.re/Janvier 200. 1



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 1TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 2-3TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 4-5TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 6-7TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 8-9TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 10-11TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 12-13TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 14-15TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 16-17TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 18-19TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 20-21TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 22-23TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 24-25TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 26-27TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 28-29TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 30-31TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 32-33TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 34-35TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 36-37TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 38-39TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 40-41TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 42-43TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 44-45TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 46-47TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 48-49TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 50-51TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 52-53TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 54-55TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 56-57TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 58-59TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 60-61TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 62-63TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 64-65TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 66-67TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 68-69TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 70-71TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 72-73TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 74-75TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 76-77TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 78-79TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 80-81TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 82-83TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 84-85TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 86-87TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 88-89TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 90-91TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 92-93TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 94-95TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 96-97TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 98-99TLC Mag numéro 14 déc 07/jan 2008 Page 100