The Vampire Diaries n°10 jui/aoû 2012
The Vampire Diaries n°10 jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de jui/aoû 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Mag Events

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 62

  • Taille du fichier PDF : 6,1 Mo

  • Dans ce numéro : les papas sont à l'honneur ce mois-ci.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42 www.magevents.fr - Le Mag n °10 - t he Vampire Diaries | Juillet/Août 2012 lecture En cavale, Elena et Damon, rejoints par Bonnie et Meredith, sont en route pour le Royaume des Ombres, une dimension parallèle peuplée de démons et autres damnés, où ils espèrent retrouver Stefan. JOurnaL DE sTEFan TOME 4 et oui le tome 4 et DéJà en liBrairie et Je peux Vous Dire Que J’ai couru l’acheter pour saVoir ce Qui allait arriVer aux Deux Frères salVatore ! et Je n’ai pas été DéÇue ! J’Ai ADoré ! alors si Vous aussi Vous Vous laissieZ tenter par la suite Des aVentures De steFan et Damon. résuMé Du TOME 4 Déjà 20 ans que stefan et Damon vivent leur vie chacun de leur côté ! Depuis les mésaventures de new york, ils ne se sont pas revus. mais voilà que leur chemin va se croiser une nouvelle fois dans la bonne société londonienne. De plus, de nombreux meurtres sont commis dans la capitale ! et si Damon était celui qui se fait passer pour « Jack l’éventreur », stefan ne peut pas laisser celui-ci faire du mal à autrui ! Votre aVis Fanny très bon livre, je suis une accro à cette série : ) ! Vivement le prochain tome ! Déborah castellino Lisa Voilà fini. J’ai hâte de lire le prochain tome, je suis frustrée par la fin du livre.
magevents.fr - Le Mag N°10 - The Vampire Diaries | Juillet/Août 2012 43 En tout cas, l’intrigue est vraiment sympa. Le livre est très agréable à lire et j’adore cette auteure. A lire de toute urgence ! Julie Voilà terminé journal de Stefan 4, l’écriture était plus légère mais il m’a beaucoup plus quand même, le rapprochement des frères Salvatore, Stefan et Damon pour une cause commune est très touchant, j’ai hâte de voir ce que Violet est devenue et de voir la suite de leur combat contre Samuel... Emilie Pour ma part, j’ai beaucoup aimé il me tarde de savoir la suite. Une très belle intrigue qui nous laisse sur notre faim mais cela vaut le coup d’attendre. Extrait Le soleil filtrait par les larges poutres de la luxueuse cuisine du Manoir Abbott où j’étais employé. Debout à la fenêtre aux carreaux épais, je poussai un soupir de satisfaction face au spectacle de la campagne verdoyante qui ondulait autour de la propriété. Bien que la demeure ait été entretenue avec grand soin par Mme Duckworth, l’intendante dévouée des Abbott, j’apercevais des particules de pollen flottant dans les rais de lumière. Le cadre chaleureux et le confort de la maison me rappelaient notre domaine, Veritas, où le pollen des magnolias s’infiltrait par les ouvertures pour recouvrir en un instant toute une pièce d’une fine couche de poussière. — Pourriez-vous me passer un couteau, Stefan ? me demanda Daisy, l’une des jeunes domestiques, en papillonnant des cils pour m’aguicher. Mme Duckworth employait occasionnellement cette fille du coin pour aider en cuisine, le temps d’une journée. Avec ses cheveux bruns, bouclés, et ses taches de rousseur sur son nez retroussé, Daisy avait de faux airs d’Amelia Hawke, l’une de mes amies d’enfance – Amelia qui devait d’ailleurs désormais avoir des enfants de l’âge de Daisy. — Tout de suite, Daisy chérie, dis-je en forçant mon accent du Sud, avec une courbette exagérée. La jeune femme me taquinait toujours à propos de mon accent américain. J’appréciais la légèreté de nos échanges, enjoués et pleins d’innocence – la preuve tangible que les mots ne servent pas nécessairement un motif ultérieur, caché. Je lui sortis un couteau du tiroir pendant qu’elle choisissait un concombre dans un grand saladier en bois pour le poser sur la table en se mordant la lèvre de concentration. — Aïe ! Daisy écarta vivement son doigt du légume et le porta aussitôt à sa bouche. Elle se tourna vers moi, la main ensanglantée par le filet qui coulait. Sous mes gencives, je sentis mes crocs s’allonger. J’avalai ma salive et reculai de plusieurs pas afin d’essayer d’arrêter la transformation avant qu’il ne soit trop tard. — Stefan, aidez-moi ! m’implora Daisy. Je titubai vers l’arrière, submergé par le parfum du sang qui pénétrait mes narines pour s’infiltrer dans mon cerveau. J’imaginais déjà le goût du liquide sur ma langue. J’attrapai une serviette et la lui tendis avant de fermer les paupières, bien serrées, mais cela ne fit qu’empirer les choses : l’odeur ferreuse de sang parut plus puissante encore. — Tenez ! insistai-je avec brusquerie tandis que j’agitai à l’aveuglette la serviette sous son nez. Rien à faire. Elle ne la prit pas. J’ouvris donc un œil, puis l’autre. Daisy, debout, son bras allongé devant elle, semblait soudain différente. Je clignai une nouvelle fois des yeux. Ce n’était pas mon imagination. Sa chevelure d’un châtain terne s’était muée en auburn chatoyant, et ses joues, auparavant rondes, s’étaient affinées pour dessiner un visage anguleux quasiment dénué de taches de rousseur. Daisy avait disparu comme par enchantement et une autre femme se tenait à sa place. — Callie ? haletai-je d’une voix rauque en m’agrippant à la table en bois. Callie Gallagher, au tempérament fougueux, à la loyauté farouche, assassinée par Damon, me faisait face. Des pensées confuses fusèrent immédiatement en moi. Et si elle n’était pas morte ? Se pouvait-il qu’elle ait réussi, par miracle, à s’échapper en Angleterre afin d’entamer une nouvelle vie ? Je savais que cela n’avait aucun sens ; pourtant, elle était juste devant moi, aussi jolie que d’habitude. — Stefan... murmura-t-elle en penchant la tête vers moi. — Callie ! Mes crocs rétractés, je souris à pleines dents. Mon cœur s’emballa au souvenir des émotions que Callie avait, à l’époque, fait renaître en moi. Le bras tendu, je caressai son épaule puis m’enivrai de son parfum, un mélange de pomme et de foin. Mais lorsque je fermai puis rouvris à nouveau les paupières pour mieux la regarder, elle se transforma étrangement. Ses lèvres s’entrouvrirent trop, ses dents brillèrent d’un blanc trop étincelant, ses yeux s’injectèrent de sang. Un vent aux senteurs de citron et gingembre souffla dans la pièce. Je clignai des yeux d’horreur. Une peur glaciale coula dans mes veines. Était-il possible que... C’était Katherine. Katherine. Mon premier amour. À tout le moins, c’est ce que je croyais. La femme vampire qui avait volé mon cœur dans l’unique but de me voler mon âme. — Laissez-moi tranquille ! Ma voix dérailla et je reculai si vivement que je trébuchai contre un pied de table. Je me rattrapai de justesse. Je savais qu’il me fallait battre en retraite sans perdre une minute. Elle était diabolique. Elle m’avait détruit. Pourtant, elle était si belle. Une expression malicieuse dansait sur son visage. — Bonjour, Stefan, me salua-t-elle d’une voix suave en s’avançant vers moi. Je vous ai fait peur ? On dirait que vous venez de voir un fantôme ! — Vous êtes morte, m’écriai-je comme pour m’en persuader. Elle éclata de rire. Un rire aussi chaud et réconfortant qu’un whisky, une froide nuit d’hiver. — Ne l’ai-je pas toujours été ? Quel plaisir de vous voir. Vous avez bonne mine. Un brin trop pâle, peut-étre. — Comment êtes-vous arrivée ici ? Son corps avait été brûlé et enseveli dans une église de Virginie, de l’autre côté de l’océan. Toutefois, il était indéniable qu’elle se trouvait à quelques centimètres de moi, dans la cuisine des Abbott. — J’avais besoin de vous voir. (Katherine mordit sa lèvre inférieure de ses dents parfaitement blanches.) Je suis sincèrement désolée, Stefan. J’ai l’impression qu’il y a eu tellement de malentendus entre nous. Je ne vous ai jamais vraiment expliqué qui ou plutôt ce que j’étais. Croyez-vous qu’un jour vous me pardonnerez ? Je me surpris à hocher la tête en dépit de toute la haine qu’elle m’inspirait. J’étais conscient de devoir partir à tout prix et, à la fois, incapable de détacher mes yeux de ceux de Katherine. Il ne s’agissait pas de son influence magnétique. C’était pire. L’amour me poussait à rester. D’une main hésitante, j’effleurai la peau de son visage. Elle était si douce qu’un ardent désir de la caresser encore et encore m’envahit. — Stefan le Tendre, roucoula Katherine en s’inclinant vers moi. Ses lèvres, soyeuses comme les pétales d’une fleur, me frôlèrent la joue. Je m’approchai, succombant au parfum de citron et gingembre, et je laissai libre court à mes pulsions, étouffées pendant vingt longues années. Le passé m’était égal. Peu importait ce qu’elle nous avait infligé, à mon frère et à moi. Je la voulais. Mes lèvres trouvèrent les siennes et notre baiser m’arracha un délicieux soupir de joie. Lorsqu’elle se dégagea, je pus contempler de plus près son visage. Ses yeux, dans leurs orbites, étaient proéminents, ses crocs, allongés et étincelants sous les rayons de soleil. — Katherine ! m’écriai-je. Trop tard. Je ne pouvais lui échapper. Ses mains froides comme la glace autour de mon cou, elle me tirait vers elle. Une douleur fulgurante éclata soudain dans ma gorge. J’essayai de me libérer mais la douleur, profonde, s’enfonça dans mon corps puis remonta à la source de mon âme... Tout s’éteignit alors autour de moi. J’espère que cela vous a convaincu à lire la suite du journal de Stefan ! Et en attendant le tome 5 avec impatience, je vais me laisser tenter par une nouvelle série dont je vous parlerai la prochaine fois ! Bonne lecture à tous !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 1The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 2-3The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 4-5The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 6-7The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 8-9The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 10-11The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 12-13The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 14-15The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 16-17The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 18-19The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 20-21The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 22-23The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 24-25The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 26-27The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 28-29The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 30-31The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 32-33The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 34-35The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 36-37The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 38-39The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 40-41The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 42-43The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 44-45The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 46-47The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 48-49The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 50-51The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 52-53The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 54-55The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 56-57The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 58-59The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 60-61The Vampire Diaries numéro 10 jui/aoû 2012 Page 62